De nombreux internautes estiment avoir été lésés par le site Showpingdeal.fr. Derrière des offres alléchantes se cache en effet un système d’abonnement à 24,90 € par mois auquel il est difficile d’échapper.

 

Showpingdeal

Un bon d’achat de 25 € sur votre plein d’essence ou un lecteur MP3/MP4 à 1 € seulement, nombreux sont les internautes à avoir succombé aux offres alléchantes du site Showpingdeal.fr et à avoir fourni leur numéro de carte bancaire sans avoir vraiment lu les conditions d’utilisation. S’ils l’avaient fait, ils se seraient aperçus que l’offre était soumise à la souscription d’un abonnement de 72 heures à tous les services proposés par Showpingdeal. Ils auraient surtout découvert que, passé ce délai et sans intervention de leur part, ils seraient alors automatiquement inscrits au service VIP du site, facturé 24,90 € par mois. Beaucoup d’internautes, qui ont contacté l’UFC-Que Choisir, se sont rendu compte trop tard de leur erreur, en découvrant un ou plusieurs prélèvements sur leurs relevés bancaires.

Lancé il y a quelques mois par BLT Développement, la société de Bernard Tapie et de son fils Laurent (dont les initiales forment le nom), Showpingdeal recense les « bons plans » du web. Bref, un site comme il en existe des dizaines d’autres sur Internet. Sauf que celui-ci est payant sur abonnement... Pour 24,90 € par mois, on pourrait au moins s’attendre à ce que les offres proposées soient plus intéressantes qu’ailleurs. Il n’en est rien. Les promotions mises en avant (« - 50 % sur une sélection de produits » sur le site Etam.fr, par exemple) sont celles que les sites proposent à tous leurs visiteurs, qu’ils soient ou non abonnés à Showpingdeal. Les deals (offres disponibles pendant une période limitée) proviennent en réalité des sites partenaires (Groupolitan, Wonderdeal et d’autres) sur lesquels les mêmes offres sont accessibles gratuitement. Quant au cash-back (reversement à l’internaute d’une partie de l’argent versé sur des sites partenaires), il n’est valable que chez une dizaine de cybermarchands (contre plusieurs centaines sur n’importe quel autre site de cash-back).

Capture d'écran du site Showpingdeal.fr

Capture d'écran du site Showpingdeal.fr

L’offre d’essai qui engage

En fait, le seul privilège accordé spécifiquement aux abonnés VIP de Showpingdeal, c’est la fameuse offre de bienvenue. Une offre dont le fonctionnement est assez particulier. Exemple : vous êtes intéressé par le lecteur MP3/MP4 à 1 €. Après avoir réglé la somme par carte bancaire, vous devrez vous-même l’acheter dans le commerce puis en demander le remboursement auprès de Showpingdeal en fournissant une preuve d’achat. Mais encore faut-il posséder un compte Paypal (seule voie de remboursement possible) et parvenir à trouver le fameux baladeur à un tarif intéressant. Le remboursement est en effet limité à 25 €. Au-delà, la différence sera à votre charge.

Surtout, si cette offre de bienvenue est en théorie « sans engagement », dans la pratique, il est impossible d’en bénéficier sans subir au moins 1 ou 2 prélèvements de 24,90 €. Showpingdeal précise en effet qu’« il est impératif d’être toujours membre VIP Showpingdeal au jour du remboursement ». Or, à en croire les conditions particulières, le remboursement est effectué « dans les 30 jours ouvrables ». Qui plus est, les conditions générales précisent que la demande de résiliation doit parvenir à Showpingdeal « au moins 48 heures » avant la fin de la période d’abonnement en cours. Du coup, même si vous bénéficiez d’une offre d’essai de 72 heures, vous ne disposez que de 24 heures pour suspendre l’abonnement. Passé ce délai, votre compte bancaire sera débité en toute légalité de 24,90 €. Et encore, à condition que la résiliation soit bien prise en compte. Même si lors de notre essai, notre demande de résiliation a bien été prise en compte, beaucoup d’internautes assurent avoir eu toutes les peines du monde pour suspendre leur abonnement et stopper les prélèvements.

Malgré nos demandes répétées, Showpingdeal n’a pas répondu à nos demandes d’interview. Personne n’a jamais répondu à nos appels au standard de la société éditrice (BLT Développement) ni à nos demandes effectuées par le biais du service client, que ce soit par téléphone ou par mail. Pas franchement rassurant.