Remises et Réductions

Le piège des 10 euros

Publié le : 12/02/2010 

Après avoir commandé sur des sites Internet connus, de nombreux clients ont vu leur compte bancaire débité de plusieurs dizaines d'euros. Ils ont eu le tort de succomber à une offre commerciale, celle du site de cash-back « Remises et Réductions », leur promettant une remise de 10 euros sur leur prochaine commande.

 

« Cliquez ici pour recevoir votre chèque de 10 euros dès votre prochaine commande. » C'est en suivant ce lien apparu sur l'écran de son ordinateur après une commande chez Rueducommerce que Micheline est tombée dans le panneau et a découvert, quelques semaines plus tard, plusieurs prélèvements de 12 euros sur son compte bancaire. Des témoignages comme celui-là, le réseau Anti-arnaques, partenaire de l'UFC-Que Choisir, en a reçu des dizaines. Chaque fois, la victime avait répondu à une offre de remise similaire sur des sites marchands fréquentés.

En remplissant le formulaire intitulé « Remises et Réductions » (1), Micheline s'est en fait abonnée à un service payant émanant non pas du cybermarchand qu'elle venait de visiter, mais d'une société indépendante, Webloyalty, la branche française d'une société spécialisée dans le cash-back, un système qui permet aux internautes de récupérer une partie des sommes qu'ils ont dépensées sur le Net. Mais alors que les autres sociétés de cash-back proposent leurs services gratuitement, Webloyalty fait payer à ses membres un abonnement mensuel de 12 euros. En contrepartie, la société promet des reversements « deux à trois fois supérieurs » à ceux de ses concurrents.

Pour l'apprendre, il faut lire avec attention le long texte accompagnant le formulaire. Et encore ! Impossible, avant de s'abonner, d'avoir à accès à la liste complète des cybermarchands partenaires, ni de connaître exactement le pourcentage de remise accordé chez chacun d'entre eux. « Étant donnée la volatilité des remises consenties, nous n'avons pas cette possibilité technique, se justifie difficilement un représentant de Webloyalty. De toute manière, chaque client bénéficie d'une période d'essai de 30 jours pendant laquelle il peut résilier sans frais. » Plus inquiétant, d'après le réseau Anti-arnaques, qui a révélé l'affaire, de nombreuses victimes affirment avec certitude ne pas avoir donné leurs coordonnées bancaires à Webloyalty, laissant supposer que le cybermarchand pourrait avoir transmis à la société les données bancaires utilisées au moment de la commande. « Impossible, assurent de leur côté Webloyalty et plusieurs cybermarchands. Nous n'avons pas en notre possession ces éléments qui passent par des systèmes sécurisés. »

Fin du partenariat

Chez Webloyalty, on assure que les internautes s'engagent en toute connaissance de cause. Ses partenaires, eux, sont plus dubitatifs. « Il faut avouer que le concept est bien foutu. Les gens sont convaincus de rester sur notre site », admet un cybermarchand partenaire qui a tout de même demandé à Webloyalty de procéder à quelques modifications afin de mieux informer ses clients. « Beaucoup de gens n'ont pas compris cette offre », concède un autre qui a préféré mettre fin au partenariat.

À raison d'une remise moyenne de 5 % par achat (estimation donnée par Webloyalty), il faut dépenser au moins 240 euros par mois (hors frais divers) sur les sites partenaires pour commencer à gagner un peu d'argent, et plus encore pour concurrencer les sites de cash-back gratuits.

Heureusement, Webloyalty suspend les prélèvements, voire rembourse les sommes avancées sur simple demande au service client (appel gratuit).

1-Pour toute réclamation : www.remisesetreductions.fr ou www.remisereduc.fr/