Terminaisons d’appel

La dernière baisse sera la bonne

Publié le : 28/03/2011 

L’Autorité de régulation des communications électroniques (Arcep) vient de rendre publique sa décision de revoir encore à la baisse les terminaisons d’appel mobile, d’ici au 1er janvier 2013. Reste à savoir si cette chute drastique sera répercutée par les opérateurs sur les tarifs de leurs forfaits.

 

Image

Les terminaisons d’appel mobile (TAM) n’en finissent pas de chuter. Ces frais, que se facturent entre eux les opérateurs dès qu’un de leur client appelle vers le réseau d’un concurrent, avaient déjà connu une baisse sérieuse ces dernières années. Entre 2009 et aujourd’hui, ils sont passés de 6,5 à 3 centimes par minute chez Orange et SFR et de 8,5 à 3,4 centimes par minute chez Bouygues Télécom. Intéressant, mais pas suffisant pour la Commission européenne qui réclame depuis longtemps de faire converger les TAM aux alentours de 1 à 2 centimes par minute.

L’Autorité de régulation des communications électroniques (Arcep) a donc décidé d’aller plus loin et d’imposer de nouvelles baisses drastiques, quitte à aller au-delà des exigences de la Commission européenne. À partir du 1er juillet prochain, les terminaisons d’appel mobile devraient donc passer à 2 centimes par minute, puis à 1,5 centimes par minute 6 mois plus tard et 1 centime par minute encore 6 mois après pour atteindre son tarif de croisière le 1er janvier 2013 : 0,8 centime par minute. Autre changement : dès le 1er juillet prochain, tous les opérateurs se verront appliquer un barème identique. Jusque-là, Bouygues Télécom bénéficiait de tarifs plus avantageux que ses concurrents pour compenser son retard en parts de marché. Une différence de traitement qui, selon l’Arcep, n’est plus justifiée. Les terminaisons d’appel baissant, les écarts en termes de coût seront de plus en plus faibles.

Grâce à cette baisse annoncée, les opérateurs paieront moins cher lorsqu’un de leurs abonnés appellera le client d’un autre réseau (il touchera moins aussi lorsqu’un de ses clients sera appelé par un client d’un réseau concurrent). Reste à savoir si les consommateurs en profiteront réellement. Logiquement, les plages d’appels illimités vers tous les opérateurs (et non seulement vers les clients du même opérateur) devraient être élargies et les appels vers les mobiles passés depuis les fixes devraient de plus en plus souvent être inclus dans les forfaits. Mais avec les opérateurs, difficile de savoir à quoi s’attendre…