Vélib'

La caution en question

Publié le : 09/11/2007 

Pour s'abonner à Vélib' pour un jour, une semaine ou un an, il faut choisir un code secret. La mairie de Paris recommande de ne pas le divulguer. Et pour éviter de voir sa carte bancaire bloquée, mieux vaut ne pas multiplier les abonnements « un jour » sur une courte période.

 

Image

Vélib', le système de location de vélos mis en place à Paris en juillet dernier, a le vent en poupe. Attention toutefois à deux écueils relayés ces derniers jours dans la presse et par des utilisateurs.

D'une part, la mairie de Paris met en garde contre la divulgation du numéro d'abonné et du code secret. « Certains sites Internet proposent aux utilisateurs de retracer leurs trajets, et demandent pour cela ces informations confidentielles », précise-t-on au service de presse de Vélib'. « Il vaut mieux éviter de les fournir, tout simplement parce que cela pourrait ouvrir l'accès à des données personnelles. » Pour l'instant, aucun incident n'a été répertorié. Et, pour ceux qui désirent connaître leurs itinéraires, le site officiel (www.velib.paris.fr) propose cette fonction.

Le second problème concerne l'abonnement Vélib' « un jour », qui permet d'effectuer un nombre illimité de trajets sur 24 heures pour seulement 1 euro, à condition de ne pas dépasser 30 minutes à chaque fois. Malgré ce tarif modéré, des adeptes de la formule ont eu la surprise de voir leur carte bancaire bloquée, et ce pendant plusieurs jours. En cause : non pas le coût du service en lui-même, mais la caution de 150 euros retenue à chaque ticket « un jour » payé. La somme n'est pas débitée, mais elle est immobilisée sur le compte, et la restitution du vélo ne suffit pas à la « libérer ». Il faut d'abord attendre que JC Decaux, qui gère le système, clôture le compte. « Ce qui peut prendre quelques jours actuellement », précise Albert Asseraf, directeur général de la stratégie, des études et du marketing au sein de l'entreprise. Ensuite, tout dépend de la banque de l'usager. Mais en général, là encore, plusieurs jours s'écoulent avant que l'argent ne soit débloqué. Résultat : un cycliste prenant plusieurs abonnements d'un jour sur une petite période bloque à chaque fois 150 euros. A ce rythme-là, le plafond de dépense autorisée est vite atteint ! Un problème qui ressemble fort à celui que nous dénoncions dès 2004 à propos des automobilistes faisant le plein dans des distributeurs automatiques de carburant (voir le lien dans la colonne de gauche).

Le nombre de personnes concernées est restreint, car ceux qui utilisent beaucoup Vélib' prennent en général un abonnement d'une semaine ou d'un an. « Mais imaginons qu'un père de famille emmène ses enfants et des amis deux jours de suite en ballade avec Vélib' : son compte peut vite saturer », reconnaît Albert Asseraf. JC Decaux cherche à réduire les délais qui relèvent de sa responsabilité. Mais pour le reste, c'est à l'utilisateur de négocier avec sa banque.

Anne-Sophie Stamane