Relèvement du SRP Le Covid a bon dos !

Relèvement du SRP

Le Covid a bon dos !

Publié le : 11/06/2020 

Prenant prétexte (je cite) de « la crise majeure que traverse le pays au plan sanitaire », le Gouvernement et le Parlement viennent de faire passer en catimini une loi ‘’Diverses Dispositions Urgentes’’ (DDU) qui contient en réalité des dispositions tellement hétéroclites que les assistants parlementaires l’ont surnommé avec humour la loi ‘gloubiboulga’.

 

Tout cela pourrait faire sourire  si, entre des thèmes aussi divers que le fonctionnement des fédérations de chasseurs, le tirage au sort des jurés ou encore l’organisation de la saison sportive, ne s’était glissé un article permettant au Gouvernement de prolonger par ordonnance le relèvement du seuil de revente à perte (SRP). Mais quel virus a frappé nos institutions ? L’UFC-Que Choisir a pourtant clairement démontré il y a quelques mois que le relèvement du SRP, en gonflant la marge minimale de la grande distribution sur les produits alimentaires à hauteur de 10 %, est non seulement scandaleusement coûteux pour les consommateurs (1,6 milliard d’euros sur deux ans), mais en outre totalement inefficace pour améliorer le revenu des agriculteurs.

Pour ceux qui en doutaient encore, le monde d’après ce n’est vraiment pas ‘L’île aux enfants’ ou alors celui « du pays heureux de la grande distribution joyeuse », car en s’activant en coulisses, le lobby de celle-ci a réussi à obtenir une rallonge de 14 mois d’un chèque en blanc… payé par les consommateurs alors même que la préoccupation du pouvoir d’achat revient en force avec la crise.

Alors que de nombreuses filières agricoles ont véritablement souffert de la crise du Covid-19, je me dois de dénoncer cette instrumentalisation de l’urgence sanitaire pour faire passer un n-ième cadeau à la grande distribution, bien peu soucieuse en réalité, au-delà de son matraquage publicitaire, de l’intérêt des agriculteurs.