Santé - Pour réduire la fracture sanitaire

Santé - Pour réduire la fracture sanitaire

De nombreux usagers rencontrent des difficultés pour accéder à un médecin traitant, mais aussi à  certains médecins spécialistes proches de leur domicile et au tarif de la sécurité sociale. L’UFC-Que Choisir se mobilise contre cette fracture sanitaire (accès géographique et financier aux soins), qui concerne les usagers des campagnes, au cœur de déserts médicaux, mais aussi ceux des villes, confrontés à des dépassements d’honoraires injustifiables. Elle publie une carte interactive sur la fracture sanitaire, et appelle les pouvoirs publics à la réduire urgemment.

Ce qu'il faut savoir

La fracture sanitaire à laquelle sont confrontés les patients une double dimension, géographique et financière, que l’UFC-Que Choisir s’attache à mesurer et à dénoncer depuis 2012.

  • Tout d’abord, la dimension géographique révèle que jusqu’à 25 millions d’usagers vivent dans un territoire où l’offre de soins libérale est insuffisante. Pour les gynécologues, 23,6 % des femmes vivent dans un désert médical et ce sont 27,5 % des enfants qui vivent dans un désert médical pédiatrique. Si les déserts médicaux sont moins importants pour les généralistes (2,6 % de la population), 23,5 % de personnes éprouvent néanmoins des difficultés pour accéder à moins de 30 minutes de route à ce maillon essentiel du parcours de soins. Comment alors s’étonner du fait que près de 1 médecin traitant sur 2 refuse les nouveaux patients (comme l’a montré l’enquête conduite par les associations locales de l’UFC-Que Choisir en 2019)

 

  • Mais la fracture sanitaire est également financière. Les dépassements d’honoraires payés par les usagers ne cessent de croître, pour atteindre 3,5 milliards d’euros par an en 2021. Surtout, pour la plupart des spécialités, il devient de plus en plus difficile de trouver des médecins qui respectent le tarif de la Sécurité sociale. Ainsi, plus de 8 patientes et patients sur 10 manquent de gynécologues et d’ophtalmologues en secteur 1 (sans dépassements d’honoraires) à moins de 45 minutes de chez eux. Dès lors, les dépassements d’honoraires, loin d’être « choisis », sont bel et bien subis par les usagers.

 

Découvrez notre carte interactive sur la fracture sanitaire “habitez-vous dans un désert médical ?”

 

Malgré l’aggravation accélérée de la situation, les pouvoirs publics s’entêtent avec les vieilles lunes de l’incitation, qui ont pourtant fait la preuve de leur inefficacité.

Ainsi, après des centaines de millions d’euros dépensés en pure perte pour « encourager » les médecins à venir pratiquer dans les zones où ils sont attendus, le gouvernement doit désormais en venir à des mesures plus contraignantes.

De même, l’Option de pratique tarifaire maîtrisée Optam, entre-deux entre le secteur 1 à tarif sécurité sociale et le secteur 2 à honoraires libres, est vouée à un coûteux échec tant qu’on laisse la possibilité aux médecins d’opter pour le secteur 2 hors Optam.


 

Ce que nous demandons

 

  • L’instauration d’un conventionnement territorial des médecins, afin de garantir une meilleure répartition des professionnels de santé sur le territoire, et qui ne permette plus aux médecins de s’installer en zones surdotées, à l’exception du secteur 1 quand la situation l’exige.

 

  • La fermeture de l’accès au secteur 2 (à honoraires libres), à l’origine du développement incontrôlé des dépassements d’honoraires. Les nouveaux médecins ne devraient avoir le choix qu’entre un secteur 1 aux honoraires sans dépassements, mais revalorisés lorsque c’est nécessaire, et l’Optam, qui encadre les dépassements d’honoraires.

 

  • La suppression des aides publiques aux médecins ne respectant pas le tarif de la sécurité sociale, à l’exception de l’Optam.

 

  • L’organisation d’un système de désignation effective d’un médecin traitant à chaque usager qui en fait la demande

 

 

 

 

 

 

Une image contenant homme, tenant, sécheuse, debout

Description générée automatiquement

 

Voir aussi

Billet du président

Accès aux soins • Cet été, Bison Futé voit rouge dans le sens des hospitalisations ! Publié le : 26/07/2021 

Alors que le gouvernement annonce l’entrée dans la 4ème vague qui pourrait prochainement de nouveau déferler sur les hôpitaux, je constate à quel point l’alerte du mois de juin de l’UFC-Que Choisir reste d’actualité : l’embouteillage de patients créé à la suite des déprogrammations d’opérations est

Action UFC-Que Choisir

Enquête sur les soins déprogrammés pendant la crise • Du retard dans la reprogrammation des soins annulés pendant le confinement Publié le : 07/07/2020 

Une enquête de l’UFC-Que Choisir menée auprès de 4654 personnes1 révèle l’ampleur alarmante du retard pris en matière de reprogrammation des soins à la suite du déconfinement. Alors que les trois quarts des rendez-vous initialement prévus entre le 17 mars et le 11 mai ont été annulés, moins de 20 % 

Billet du président

Fracture sanitaire • La Cour des Comptes prône nos remèdes ! Publié le : 23/09/2017 

Très attendue, chaque année mais encore plus en début de mandature à l’heure des bilans, la Cour des comptes a remis cette semaine au Parlement et au Gouvernement son rapport annuel sur la sécurité sociale.

CONNEXION

Erreur

Comment retrouver votre numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné se trouve sur le film transparent d’expédition de votre mensuel et dans nos courriers.

Je n’ai pas de compte, je souhaite m’abonner.