Santé - Pour réduire la fracture sanitaire

Santé - Pour réduire la fracture sanitaire

De nombreux Français rencontrent des difficultés pour obtenir un rendez-vous avec un médecin traitant proche de leur domicile, mais aussi avec certains médecins spécialistes. L’UFC-Que Choisir se mobilise contre cette fracture sanitaire qui concerne les usagers des campagnes, au cœur de déserts médicaux, mais aussi ceux des villes, confrontés à des dépassements d’honoraires injustifiables.

Ce qu'il faut savoir

La fracture sanitaire à laquelle sont confrontés les Français a une double dimension.

Géographique tout d’abord (1) : selon les spécialités, jusqu’à 20 millions de Français vivent dans un territoire où l’offre de soins libérale est insuffisante (2). En 2019, une enquête conduite par les associations locales de l’UFC-Que Choisir a en outre démontré que près de 1 médecin traitant sur 2 refusait désormais les nouveaux patients (3), la situation la plus dégradée touchant les villes moyennes (10 000 à 100 000 habitants). Une pénurie d’autant plus préoccupante que le médecin traitant est au cœur de notre système de santé, gérant l’orientation de ses patients dans le parcours de soin.

Mais la fracture sanitaire est également financière. Les dépassements d’honoraires payés par les usagers ne cessent de croître, pour atteindre 2,4 milliards d’euros par an. Surtout, pour la plupart des spécialités, il devient de plus en plus difficile de trouver des médecins qui respectent le tarif de la Sécurité sociale. Ainsi, 8 Français sur 10 manquent de gynécologues et d’ophtalmologistes en secteur 1 (sans dépassements d’honoraires) à moins de 45 minutes de chez eux (4). Dès lors, les dépassements d’honoraires, loin d’être « choisis », sont bel et bien « subis » par les usagers.

Une image contenant intérieur, personne, debout, homme

Description générée automatiquement

Malgré l’aggravation accélérée de la situation, les pouvoirs publics s’entêtent avec les vieilles lunes de l’incitation, qui ont pourtant fait la preuve de leur inefficacité. Ainsi, après des centaines de millions d’euros dépensés en pure perte pour « encourager » les médecins à venir pratiquer dans les zones où ils sont attendus, le gouvernement doit désormais en venir à des mesures plus contraignantes.

 

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

De même, la création de l’Option de pratique tarifaire maîtrisée (Optam(5)), entre-deux entre le secteur 1 à tarif sécurité sociale et le secteur 2 à prix libres, est vouée à un coûteux échec tant qu’on laisse la possibilité aux médecins d’opter pour le secteur 2.

 

Notes

(1) Carte interactive de la fracture sanitaire : habitez-vous dans un désert médical ? https://www.quechoisir.org/carte-interactive-fracture-sanitaire-n21245/
(2) Étude de l’UFC-Que Choisir : « Accès aux soins en France : l’inquiétant creusement de la fracture sanitaire », https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-acces-aux-soins-en-france-la-fracture-s-aggrave-n21799/?dl=20039, 29/06/2016.
(3) Enquête auprès des médecins généralistes : près de 1 médecin traitant sur 2 refuse de nouveaux patients, https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-enquete-aupres-des-medecins-generalistes-pres-d-un-medecin-traitant-sur-deux-refuse-de-nouveaux-patients-n73175/, 21/11/2019.
(4) Étude de l’UFC-Que Choisir : « Accès aux soins en France : l’inquiétant creusement de la fracture sanitaire », https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-acces-aux-soins-en-france-la-fracture-s-aggrave-n21799/?dl=20039, 29/06/2016.
(5) L’Optam a remplacé le Contrat d’accès aux soins (CAS) le 1er janvier 2017. Le CAS avait été instauré en 2014.


 

Ce que nous demandons

  • L’instauration d’un conventionnement territorial des médecins, afin de garantir une meilleure répartition des professionnels de santé sur le territoire.
     
  • La fermeture de l’accès au secteur 2 (à honoraires libres), à l’origine du développement incontrôlé des dépassements d’honoraires. Les nouveaux médecins ne devraient avoir le choix qu’entre un secteur 1 aux honoraires sans dépassement, mais revalorisés lorsque c’est nécessaire, et l’Optam, qui encadre les dépassements d’honoraires.
     
  • Le plafonnement strict des dépassements d’honoraires, pour les médecins déjà installés en secteur 2 qui n’auraient pas rejoint l’Optam.
     
  • La suspension de la pénalisation financière des usagers qui n’ont pas de médecin traitant déclaré, dans les territoires où la pénurie existe, et l’organisation d’un système de désignation d’un médecin traitant à chaque usager qui en fera la demande.

 

 

 

 

 

Une image contenant homme, tenant, sécheuse, debout

Description générée automatiquement

 

Voir aussi

Action UFC-Que Choisir

Enquête sur les soins déprogrammés pendant la crise • Du retard dans la reprogrammation des soins annulés pendant le confinement Publié le : 07/07/2020 

Une enquête de l’UFC-Que Choisir menée auprès de 4654 personnes1 révèle l’ampleur alarmante du retard pris en matière de reprogrammation des soins à la suite du déconfinement. Alors que les trois quarts des rendez-vous initialement prévus entre le 17 mars et le 11 mai ont été annulés, moins de 20 % 

Billet du président

Fracture sanitaire • La Cour des Comptes prône nos remèdes ! Publié le : 23/09/2017 

Très attendue, chaque année mais encore plus en début de mandature à l’heure des bilans, la Cour des comptes a remis cette semaine au Parlement et au Gouvernement son rapport annuel sur la sécurité sociale.

Action UFC-Que Choisir

Accès aux soins en France • La fracture sanitaire s'aggrave ! Publié le : 29/06/2016 

Alors que l’assurance-maladie et les syndicats de médecins négocient actuellement la nouvelle convention médicale qui va organiser l’offre de soins de ville pour les prochaines années, l’UFC – Que Choisir rend publique aujourd’hui sa carte de France interactive de l’accès aux soins.

CONNEXION

Erreur

Comment retrouver votre numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné se trouve sur le film transparent d’expédition de votre mensuel et dans nos courriers.

Je n’ai pas de compte, je souhaite m’abonner.