Automobile

Éthylotest antidémarrage

Empêcher un conducteur de prendre le volant lorsqu’il a trop bu, c’est le rôle de l’éthylotest antidémarrage. Cet équipement devient obligatoire pour les automobilistes sanctionnés pour cette infraction.

 

Souffler avant de démarrer

Un décret, paru début septembre au Journal officiel, impose désormais l’installation d’un éthylotest anti­démarrage (EAD) sur les véhicules des conducteurs sanctionnés pour avoir conduit avec un taux d’alcoolémie égal ou supérieur à la limite légale (0,5 g d’alcool par litre de sang, soit 0,25 mg ­d’alcool par litre d’air expiré). L’EAD est un dispositif qui ­empêche la mise en route du moteur lorsqu’on a bu trop ­d’alcool. Au moment de prendre le volant, l’automobiliste doit souffler dans l’appareil avant de pouvoir actionner la clé de contact. Le but de cette nouvelle mesure est de lutter contre la récidive de l’alcool au volant. Obligatoire depuis 2010 dans les autocars neufs réservés au transport d’enfants, ce système va donc être imposé aux auteurs de conduite en état d’ivresse, et cela pour une durée variable et maximale de cinq ans.

Des sanctions en cas de fraude

En plus de l’obligation d’équiper son véhicule d’un EAD, la loi impose aux personnes condamnées de suivre un stage de ­sensibilisation à la sécurité routière. Et que ceux qui pensent pouvoir contourner le système en faisant souffler dans l’appareil une tierce personne se détrompent. Une amende de 1 500 € est prévue en cas de fraude au dispositif. Elle sera infligée aussi bien au conducteur qu’à la personne qui aura soufflé à sa place.

Installateur agréé

Le montage d’un EAD n’est pas très complexe mais il faudra ­impérativement confier l’opération à un installateur agréé par l’Utac (Union technique de l’automobile, du motocycle et du cycle). Si, pour le moment, les lieux de montage certifiés sont rares, l’infrastructure devrait s’étoffer pour éviter d’allonger les délais. En effet, à l’heure actuelle, moins de 150 sites sont ­capables d’installer un EAD en France. En outre, chaque appareil doit être vérifié périodiquement par un professionnel agréé, afin de contrôler la conformité des mesures et la précision de l’étalonnage. Le montage de l’éthylotest antidémarrage ­coûtera jusqu’à 1 000 €, ­selon le type d’appareil et le véhicule concerné. Toutefois, une proposition de location (environ 130 € mensuels) peut être intéressante en cas d’utilisation assez courte. Des frais qui sont à la charge de l’automobiliste.