Médicament

La dénomination commune internationale

Nous connaissons les médicaments sous leur nom de marque. Dans notre propre intérêt, il est préférable d'apprendre à connaître les médicaments par le nom de leur principe actif, la DCI (dénomination commune internationale) pour éviter les doublons, ne pas rester en panne à l'étranger, faire des économies... L'UFC-Que Choisir s'est associée à la revue Prescrire et à la Fédération nationale de la mutualité française pour faire une campagne destinée à promouvoir la DCI.

 

Ne pas rester en panne à l'étranger

Marcelle et René sont partis en voyage organisé en Thaïlande. Mais ils ont oublié en France leurs médicaments pour la tension. Pas de problème pour Marcelle. Elle connaît la DCI de son médicament bêtabloquant quotidien : le métoprolol. Le médecin de Bangkok renouvelle son traitement sans difficulté. René, lui, ne se souvient que du nom commercial de son médicament, Avlocardyl, que le médecin de Bangkok ne connaît pas. En Thaïlande, le même médicament est commercialisé sous une douzaine de noms de marque différents : aucun n'évoque le nom d'Avlocardyl. Le médecin lui prescrit un autre médicament pour éviter une poussée d'hypertension. Mais ce dernier ne lui convient pas du tout. René fait un malaise qui le conduit aux urgences. Dommage qu'il n'ait pas connu la DCI de son médicament!

Comment se repérer

Il est possible de repérer la famille à laquelle appartient son médicament grâce à des segments clés. Ainsi, les bêtabloquants, médicaments contre l'hypertension artérielle, se terminent tous par le suffixe «olol». Exemples: acébutolol (Sectral), aténolol (Ténormine), labétalol (Trandate), métoprolol (Lopressor), propranolol (Avlocardyl)... Autre classe d'hypertenseurs, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion, qui se terminent tous par «pril» : captopril (Captolane, Lopril), énalapril (Renite), lisinopril (Prinivil, Zestril), ramipril (Triatec)...

Catherine Sokolsky