Coupables écarts dans la cuisine

Publié le : 21/12/2016 

Un couple résidant à Bourges, en visite à la foire de Tours, se laisse influencer par un vendeur de Cuisines de France qui le convainc de signer un bon de commande pour une cuisine intégrée d’un montant avoisinant les 15 000 € avec versement d’un acompte de 4 500 €. De retour à son domicile, le couple éprouve quelques remords suite à son emballement pour la cuisine de ses rêves. Il téléphone aussitôt à la société afin de se rétracter. Mais celle-ci ne veut rien savoir, avançant à juste titre que, pour une commande passée lors d’une foire ou d’un salon, il n’y a pas de délai de rétractation. Désemparé, le couple prend contact avec l’UFC-Que Choisir de Bourges. Après un examen détaillé du bon de commande, l’association locale pointe plusieurs irrégularités : confusion des dates entre celle de mise à disposition et celle des relevés des cotes, et surtout absence de métré préalable à toute commande par le professionnel lui-même. S’appuyant sur ces écarts, l’association locale prend contact avec le siège de la société, qui ne cherche même pas à argumenter. Au courrier recommandé de l’UFC-Que Choisir de Bourges, Cuisines de France répond en retournant le chèque d’acompte versé.