De la grêle et des dégâts

Publié le : 15/10/2013 

Suite aux violents orages de grêle qui ont abîmé sa voiture, monsieur K., de Folschviller, contacte le garage Esch pour une intervention sur la carrosserie et la peinture. Aucune anomalie n’est signalée excepté le dysfonctionnement d’un feu clignotant. Lorsqu’il récupère son véhicule, il constate que le joint du toit panoramique est décollé et gondole. Il signale ce défaut au garagiste, qui lui propose de présenter la voiture au professionnel ayant remédié aux dégâts causés par la grêle. Quand il reprend sa voiture deux jours après, aucune réparation n’a été faite. Par courrier, il met en demeure le premier garage de remédier à ce problème. Ce dernier ­refuse, prétextant la présence de corrosion sous le joint. Monsieur K. envoie un autre courrier au garage, qui reste sans réponse. Il se tourne alors vers l’UFC-Que Choisir de Moselle-Est, qui écrit au garage Esch pour demander la réparation du joint au titre de l’obligation de résultat. Le garagiste répond par une contre-expertise au cour de laquelle son assureur lui signale que la déformation du joint est due aux impacts de grêle et que le coût de son remplacement aurait dû être indemnisé par les assurances. Finalement, l’assurance de monsieur K. prend en charge le remplacement du joint et celle du garagiste le traitement de la carrosserie.