Erreur de millésime

Publié le : 21/04/2016 

Le bon de commande de la Nissan mentionnait « millésime 2015 », mais c’est un véhicule de 2014 qui est livré. Et le concessionnaire tarde à dédommager son client.

 

Un habitant des Hauts-de-Seine commande un véhicule Nissan à la concession Pari­west de Maurepas (78). À la livraison, il constate que le véhicule est un modèle 2014 et non 2015 comme porté sur le bon de commande, et que deux options souhaitées sont absentes. Il prend toutefois possession de la voiture, le concessionnaire lui promettant de le recontacter plus tard pour le dédommager. Sans nouvelles après deux mois, l’automobiliste s’adresse directement au service clients de Nissan afin d’obtenir une compensation. Après plusieurs relances, il reçoit une réponse négative. Si le concessionnaire a fini par donner entre-temps quelques petits accessoires sans grande valeur en dédommagement, silence radio en revanche sur l’erreur de millésime. L’automobiliste, s’estimant trompé, sollicite l’aide de l’UFC-Que Choisir de Meudon-Issy-les-Moulineaux-Vanves-Malakoff. L’association lui conseille de saisir de son litige la Direction départementale de la protection des populations. « Les faits signalés relèvent des dispositions législatives et réglementaires, répond celle-ci. Une enquête sera effectuée auprès de Nissan Pari­west, les éléments communiqués étant susceptibles d’être uti­lisés dans le cadre d’une éventuelle procédure pénale. » Très rapidement, cette fois, le concessionnaire a repris contact avec son client, lui proposant une mise à jour gratuite de son GPS (valeur : 190 €) et un chè­que de 660 € correspondant au montant des accessoires manquants.