Le Crédit agricole méconnaît la loi

Publié le : 15/03/2016 

En visite aux États-Unis, un couple tente de retirer de l’argent dans un distributeur de billets. Sans succès, mais le compte est débité. Leur banque rechigne à les rembourser.

 

Revenant d’un voyage aux États-Unis, un couple de clients du Crédit agricole de Vimoutiers (61) constate que deux retraits ont eu lieu sur un distributeur de billets à La Nouvelle-Orléans, pour un total de 1 430 € (commissions comprises). Pourtant, les deux tentatives de retrait, même avec l’assistance d’une employée de la banque américaine concernée, avaient échoué. Le couple conteste ces deux retraits auprès du Crédit agricole de Caen, qui refuse de recréditer le compte au prétexte que la banque américaine ne répond pas à ses demandes de remboursement. Or il s’avère qu’en la matière, un silence de la banque étrangère n’est pas un préalable pour ne pas procéder au rem­boursement immédiat des clients. Saisi par le couple, le médiateur régional du Crédit agricole conforte la posi­tion de la banque tout en recommandant un « geste commercial » à l’agence de Vimoutiers. Refus de celle-ci. Les clients consultent l’UFC-Que Choisir de l’Eure qui confirme le bien-fondé de leur demande. L’article L. 133-18 du code monétaire et financier impose un remboursement immédiat, rappelle l’association locale à la banque. Celle-ci persistant dans son erreur, l’association conseille au couple de saisir le juge de proximité. L’audience est fixée à Évreux pour mai 2016. Finalement, le Crédit agricole a remboursé ses clients dès le mois de décembre ; la banque américaine aurait, hasard du calendrier, accédé à ses demandes répétées…