Union trop rapide

Publié le : 30/01/2013 

Pour rompre sa solitude, une habitante de Lorgues (83) prend rendez-vous avec une agence matrimoniale de Draguignan. Se ravisant, elle l’annule. Quelques jours plus tard, l’agence la relance et la convainc de signer un contrat et un chèque de 400 €. Le lendemain, elle se rétracte par courrier recommandé et demande le remboursement des 400 €. Sans réponse de l’agence, elle contacte l’UFC-Que Choisir de Var-Est. La réglementation est claire : dans les sept jours qui suivent la signature d’un tel contrat, le client peut revenir sur son engagement sans avoir à payer d’indemnité. Et avant l’expiration de ce délai, aucun versement d’ar­gent ne peut être exigé. Ce rappel de la loi par l’association locale a suffi pour que l’agence résilie le contrat et rembourse la cliente.

Jean-Paul Geai