Air intérieur chez les politiques

Au vu de leurs résultats, les législateurs doivent déloger la pollution !

Publié le : 24/08/2010 

L'UFC-Que Choisir publie ce jour une enquête exclusive sur la pollution de l'air intérieur des lieux de vie de personnalités politiques, réalisée avec le concours de Chantal JOUANNO et de 35 députés et sénateurs . Alors que, comme pour tous les Français, la quasi-totalité des personnalités sondées est exposée à un air contaminé, l'UFC-Que Choisir leur demande l'adoption d'une Loi pour protéger les consommateurs.

Sur les 36 analyses effectuées, 29 révèlent une qualité de l'air mauvaise (dont 9 très mauvaise), 7 moyenne, mais aucune ne peut prétendre à la mention « bonne » ! En effet, dans la totalité des prélèvements, a été détectée la présence de benzène, substance cancérigène et de formaldéhyde, classé polluant prioritaire par l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur. Bref, aucun des participants ne respire un air sain !

Pour le formaldéhyde, 78 % des analyses dépassent la valeur maximale recommandée . Par exemple, l'échantillon du Député Jean MALLOT dépasse plus de 4 fois cette valeur ! Quant au benzène, si les députés André FLAJOLET et Jérôme LAMBERT obtiennent ex-æquo la contamination la plus faible en conformité avec les recommandations, on relève en revanche dans l'échantillon du Député Georges COLOMBIER la teneur la plus élevée, équivalant à quatre fois la valeur repère fixée par la réglementation !

Loin de vouloir stigmatiser le cas particulier des politiques, l'UFC-Que Choisir entend provoquer une prise de conscience sur ce problème généralisé de santé publique. En effet, si les comportements individuels (manque d'aération des logements, tabagie ...) peuvent, pour partie, contribuer à des forts niveaux d'exposition, ce sont avant tout les produits de consommation qui sont à l'origine de ce cocktail chimique dont la dangerosité est encore accrue par le confinement des lieux où nous passons 85 % de notre vie.

Neuf ans après notre première enquête sur la pollution dans les logements, nos tests comparatifs continuent à détecter des émanations toxiques sur des produits aussi anodins que les meubles, les nettoyants ménagers, les revêtements de sols ou les désodorisants. Pire, sur la centaine de milliers de substances chimiques utilisées par les fabricants, seule une part infime a été étudiée pour en connaître la dangerosité.

Face à un tel fléau sanitaire, une information claire du consommateur est primordiale. Obtenu de haute lutte lors du Grenelle de l'Environnement, un étiquetage devait permettre aux consommateurs d'identifier les produits les moins polluants. Or, sous la pression des lobbies, l'échelle de notation en cours d'élaboration est devenue particulièrement laxiste. Ainsi, les deux meubles pour enfants les plus mal notés dans le Que Choisir de ce mois qui déconseille leur achat, obtiendraient malgré tout des appréciations sans rapport avec leur dangerosité (une appréciation bonne et une moyenne), selon la version actuelle du projet de réglementation !

Sur la base de ce constat sans appel, l'UFC-Que Choisir demande aux législateurs, particulièrement à ceux ayant participé à cette enquête, d'agir en adoptant une grande Loi de lutte contre la pollution de l'air intérieur, imposant notamment :

- Des études toxicologiques pour déterminer la dangerosité de toutes les substances non étudiées à ce jour ;

- Une vérification par des laboratoires indépendants du niveau d'émanation pour tous les produits de consommation susceptibles de dégager des substances nocives ;

- L'interdiction de commercialiser les produits lorsque les émanations dépassent les seuils recommandés ;

- Un durcissement du barème d'étiquetage pour permettre aux consommateurs d'identifier les produits les moins polluants ;

- Une incitation financière aux particuliers pour l'installation de dispositifs d'aération efficaces dans les logements.

 

Annexe : Participants par ordre alphabétique :

*Nota : un parlementaire a souhaité garder l'anonymat.

 

 

Qualité

Circonscription

Groupe politique

Monsieur Gérard BAPT

Député

Haute-Garonne

PS

Monsieur Jérôme BIGNON

Député

Somme

UMP

Monsieur Jean-Claude BOUCHET

Député

Vaucluse

UMP

Monsieur Yves BUR

Député

Bas-Rhin

UMP

Monsieur François CALVET

Député

Pyrénées-Orientales

UMP

Monsieur Christophe CARESCHE

Député

Paris

PS

Monsieur Yves COCHET

Député

Paris

Verts

Monsieur Georges COLOMBIER

Député

Isère

UMP

Monsieur Frédéric CUVILLIER

Député

Pas-de-Calais

PS

Monsieur Jean DIONIS du SEJOUR

Député

Lot-et-Garonne

Nouveau Centre

Monsieur Jean-Pierre DUFAU

Député

Landes

PS

Madame Odette DURIEZ

Députée

Pas-de-Calais

PS

Monsieur Yannick FAVENNEC

Député

Mayenne

UMP

Monsieur André FLAJOLET

Député

Pas-de-Calais

UMP

Madame Geneviève GAILLARD

Députée

Deux-Sèvres

PS

Monsieur Claude GATIGNOL

Député

Manche

UMP

Madame Catherine GENISSON

Députée

Pas-de-Calais

PS

Monsieur Didier GONZALES

Député

Val-de-Marne

UMP

Monsieur Philippe GOSSELIN

Député

Manche

UMP

Monsieur François GROSDIDIER

Député

Moselle

UMP

Monsieur Michel HAVARD

Député

Rhône

UMP

Monsieur Denis JACQUAT

Député

Moselle

UMP

Madame Chantal JOUANNO

Secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie

/

UMP

Madame Christiane KAMMERMANN

Sénateur

Français établis hors de France

UMP

Madame Fabienne LABRETTE-MENAGER

Députée

Sarthe

UMP

Monsieur Jérôme LAMBERT

Député

Charente

PS

Monsieur Jean MALLOT

Député

Allier

PS

Madame Jacqueline MAQUET

Députée

Pas-de-Calais

PS

Monsieur Jean-Luc PERAT

Député

Nord

PS

Madame Bérengère POLETTI

Députée

Ardennes

UMP

Madame Catherine PROCACCIA

Sénateur

Val-de-Marne

UMP

Monsieur Jean-Marc ROUBAUD

Député

Gard

UMP

Monsieur Lionel TARDY

Député

Haute-Savoie

UMP

Monsieur Philippe TOURTELIER

Député

Ille-et-Vilaine

PS

Monsieur Jean-Marie VANLERENBERGHE

Sénateur

Pas-de-Calais

Union Centriste