Banques

Les associations familiales et de consommateurs demandent la mise en place du SBU

Publié le : 27/01/2006 

Le 30 janvier prochain doit se tenir la réunion plénière du Comité Consultatif du Secteur Financier (CCSF) qui examine une nouvelle fois en présence des Ministres de l'Economie et de la Cohésion sociale, la question de l'accès à un compte en banque et aux moyens de paiement.

Les associations demandent qu'à cette occasion des propositions concrètes visant à mettre en place un Service Bancaire Universel soient faites.

Quatre mois après l'annonce du Premier Ministre, le principe de SBU n'a pas encore été acté. Pourtant, le diagnostic de la situation et des problèmes est clair.

Le dernier CCSF faisait apparaître un large consensus autour de 3 points :

-Des millions de personnes sont privées de compte bancaire et de moyens de paiement.

-Concernant la procédure du droit au compte et du service bancaire de base, les deux Ministres reconnaissent que les campagnes de communication et les mesures adoptées dans le cadre du plan d'action (lettres de refus / orientation vers le droit au compte) n'ont pas permis de faire progresser l'exercice du droit au compte. Le Ministre de l'Economie - déclarant lui-même que le nombre d'ouvertures de droit au compte n'était pas à la hauteur du problème - a exhorté les banques à faire très vite des propositions concrètes pour régler le problème (depuis 2001, 100.000 personnes ont bénéficié du Service Bancaire de Base (SBB) alors qu'on estime à plusieurs millions le nombre d'exclus bancaires). Il ne s'agit donc pas d'un problème d'information mais d'organisation de l'accès au dispositif.

-Quant à l'opportunité d'un Service Bancaire Universel, 8 membres du CCSF sur 13 affirment qu'il y a « au-delà de l'actuel SBB, nécessité d'un service universel dit d'intérêt général », c'est précisément ce que serait le SBU, ouvert à tous.

Malgré cela, aucune avancée significative sur ce dossier n'a été réalisée. Pourtant, il est urgent d'agir contre l'exclusion de manière efficace !

Les associations signataires demandent aux Ministres de prendre position pour un Service Bancaire Universel, accessible directement, sans condition de ressources, et gratuitement.