Accident de la route

Pneus usés, pas d’indemnités !

Publié le : 23/05/2011 

Les pneus sont un élément de sécurité essentiel de la voiture. Mais, en pratique, trop d’automobilistes les négligent. Ainsi, nombre d’entre eux omettent de contrôler régulièrement leur pression ou roulent avec des gommes trop usées… quand ces deux manquements ne se cumulent pas ! Dans un récent arrêt, la Cour de cassation a indiqué que rouler avec des pneus usés à 50 % peut constituer une faute en cas d’accident, et réduire voire priver le conducteur de toute indemnisation.

 

Sociétés d’autoroutes, centres-autos ou fabricants, à intervalles réguliers, ces différents acteurs du monde de l’automobile sensibilisent les conducteurs sur la nécessité de rouler avec des pneus en bon état et bien gonflés. Des recommandations trop souvent négligées. Car, en réalité, combien d’automobilistes s’astreignent à vérifier chaque mois la pression de leurs gommes, comme la prudence l’impose pourtant ?

À sa manière, la Cour de cassation apporte sa contribution au débat, invitant de facto les automobilistes à la vigilance ! Dans un récent arrêt, elle considère en effet que rouler avec des pneus usés à 50 % constitue une faute en cas d’accident de la circulation. Une faute qui, cumulée avec d’autres commises de manière concomitantes, peut priver le conducteur victime de toute indemnisation.

Dans le cas soumis à la Cour, un automobiliste avait perdu le contrôle de sa voiture alors qu’il roulait de nuit sur autoroute à 120 km/h par temps de pluie (NDLR : dans cette situation, la limitation de vitesse passe de 130 à 110 km/h), avec des pneus usés à 50 % à l’arrière. Aux yeux des juges, ces deux manquements caractérisent un ensemble de fautes qui justifient donc le retrait du droit à indemnisation.

D’après les manufacturiers, les rainures d’un pneu classique de voiture atteignent une profondeur de 8 mm. La réglementation exige qu’il soit obligatoirement changé lorsque la profondeur n’est plus que de 1,6 mm. Une cote qui est signalée à l’automobiliste par l’apparition des témoins d’usure intégrés au pneumatique.

Arnaud de Blauwe

Contacter l’auteur(e)