Alimentation Une assiette plus verte que rouge

Alimentation

Une assiette plus verte que rouge

Publié le : 17/02/2019 

Moins de viande, plus de légumes, les nouvelles recommandations du Plan national nutrition santé (PNNS 4) enfoncent le clou. Sans surprise, viande et produits ultratransformés sont invités à sortir de nos assiettes, pour laisser place aux fruits et légumes, y compris les trop souvent oubliés fruits à coque et légumes secs (lentilles, etc.), le tout saupoudré d’une activité physique plus dynamique. C’est la recette pour allier santé et consommation responsable.

 

Adieu veau, vache, cochon, couvée ! La dernière mouture du Plan national nutrition santé (PNNS 4) encourage à réduire fortement la consommation de viande, dans le cadre d’une alimentation plus saine. Les apports de fruits et légumes sont à augmenter, les Français étant encore loin des « 5 fruits et légumes par jour ».

Produits de saison, locaux et bio

Nouveauté, les légumineuses (pois, lentilles, haricots…) et les fruits à coque non salés (noix, noisette, amande…) sont les bienvenus dans nos assiettes au quotidien. Pour le reste, privilégiez les céréales sous forme complètes, et réduisez drastiquement les produits gras, sucrés et salés, ainsi que les boissons sucrées et l’alcool (voir encadré ci-dessous). Les produits notés D ou E par le Nutri-Score sont à limiter.

Le PNNS 4 se mêle également d’environnement. Ainsi, les auteurs incitent à consommer des fruits et légumes de saison, et à acheter des aliments produits localement et si possible issus de l’agriculture biologique. En parallèle, ils déconseillent les produits ultratransformés, du fait de la présence « de nombreux additifs dont on ne connaît pas encore précisément l’impact sur la santé humaine », explique Santé publique France.

Côté sport, on passe à la vitesse supérieure. Les 30 minutes de marche quotidienne préconisées dans les précédents PNNS passent à 30 minutes « d’activités physiques dynamiques » : renforcement musculaire, assouplissements ou équilibre. Quant aux personnes sédentaires, c’est-à-dire celles vissées sur un siège toute la journée, elles doivent penser à se lever et à bouger toutes les deux heures environ.

Un menu radical

Hasard du calendrier, la revue médicale The Lancet a publié simultanément un travail sur les régimes à la fois sains et durables (1). Objectif : élaborer un menu qui préserverait la planète tout en nourrissant correctement ses 7 milliards d’habitants. Il implique un changement drastique de notre façon de manger, en divisant par deux notre consommation de viande rouge (moins d’un steak par semaine) et de sucre, et en doublant celle de fruits et légumes, légumineuses et fruits à coque. Il exige aussi une transition vers des systèmes agricoles durables.

Cette proposition du Lancet suit la même direction que le PNNS 4, en plus radical. Les chercheurs n’ont pas eu à tenir compte des habitudes alimentaires d’un pays en particulier, ni de l’acceptabilité de leurs propositions par la société. Les seuils du PNNS pour la viande rouge et l’alcool semblant être des concessions aux habitudes des Français, amateurs de pavé de bœuf et de vin.

Les recommandations du PNNS 4 pour un adulte

 Consommation à augmenter

▲▲ Fruits et légumes (frais, en conserve ou surgelés) : au moins 5 par jour.
▲▲ Fruits à coque (noix, noisette, amande, pistache…) : une petite poignée par jour.
▲▲ Légumes secs (lentilles, haricots, pois chiches…) : au moins 2 fois par semaine.

Consommation à maintenir

Féculents (pâtes, pain, riz, semoule, patate) : au moins un féculent par jour, de préférence complet.
Matières grasses (huile, beurre, crème, margarine) : à consommer tous les jours en petite quantité, et en privilégiant les huiles de colza et noix, riches en oméga 3, et olive.

Consommation à réduire

Viande : privilégier la volaille, et limiter les autres viandes (porc, bœuf, veau, mouton, agneau, abats) à 500 g par semaine maximum.
Charcuterie (jambon blanc, sec ou cru, saucisses, bacon, lardons, viandes en conserve…) : pas plus de 150 g par semaine, l’équivalent de trois tranches de jambon blanc.
Poisson : 2 fois par semaine, en alternant un poisson gras riche en oméga 3 (sardine, maquereau, hareng, saumon) et un maigre.
Produits laitiers (lait, yaourt, fromage, fromage blanc) : 2 par jour.

▼▼ Boissons sucrées et tous les aliments gras, sucrés, salés et ultratransformés (sodas et jus, céréales du petit déjeuner sucrées, gâteaux, chocolats, crèmes dessert, glaces, biscuits apéritif, plats préparés…) : à limiter fortement.
▼▼ Alcool : maximum 2 verres par jour, et pas tous les jours.
▼▼ Sel : réduire sa consommation, favoriser le sel iodé.

Consommation à augmenter
Consommation à maintenir
Consommation à réduire

(1) Food in the Anthropocene, The Lancet, 16 janvier 2019.

Elsa Casalegno

Contacter l’auteur(e)