Annonces frauduleuses

Chienne d'arnaque

Publié le : 11/10/2008 

Une nouvelle arnaque rappelle que les transactions sur Internet requièrent la plus grande prudence. Cette fois, il s'agit de petites annonces publiées dans le but de donner des chiens dont les maîtres ne peuvent plus s'occuper. Rien à payer, à l'exception des frais liés au transport des animaux. Qui bien sûr n'arriveront jamais.

 

Les fausses annonces visant à soutirer de l'argent sont monnaie courante sur Internet. La dernière en date a de quoi mettre les victimes dans... une humeur de chien. Car c'est précisément ce dont il s'agit. L'arnaque, mise au jour par le site Zataz.com, concerne des petites annonces à travers lesquelles les escrocs cherchent à placer leur animal de compagnie sous prétexte qu'ils manquent de place ou qu'ils ne peuvent plus s'en occuper correctement. Les animaux sont cédés gratuitement, mais il faut payer les frais de transport et éventuellement défrayer un intermédiaire. Bien sûr, les escrocs caressent leurs victimes dans le sens du poil en annonçant de jolis petits chiens, comme des chiwawas, pas trop âgés. Ensuite, pour créer un climat de confiance, ils prennent contact via une adresse e-mail insoupçonnable (qui se méfierait d'une julia.lorianne@hotmail.fr ?) et tissent un lien familier. « L'interlocuteur indique que nous sommes la famille idéale pour son chien », raconte l'une des victimes.

Les escrocs demandent ensuite à être payés via des sites de transporteurs, mais ces sites complices sont en réalité créés uniquement pour l'occasion. Zataz.com en a identifié plusieurs, comme mondial-trans-express.net, anesa-services.fr, cargo-livraison.eu, azimut-express.com, rapido-livraison.fr, aironetransport.fr, transportcontinental.com, easy-travel.fr, transcolis-inter.eu, livraison.francelines.com ou encore sti-transport-express.com... Les internautes payent... mais le chien, lui, n'arrive jamais.

L'histoire se répète

Ce type d'arnaque sévit depuis longtemps sur la Toile. En fait, seul change le prétexte à la transaction, et éventuellement le système de paiement. L'un des fleurons du genre concerne les voitures d'occasion. Cette fois, la note est encore plus salée, puisque outre les frais de port, l'acheteur paye le prix négocié pour la voiture elle-même ! Des sociétés spécialisées dans le transfert d'argent, type Western Union, servent alors d'intermédiaire. Et là aussi, les escrocs encaissent... sans jamais rien livrer.

Camille Gruhier