Appareil numérique jetable

Des ambitions floues

Publié le : 14/05/2011 

Alors que le numérique s’est imposé dans notre quotidien et que la guerre aux déchets polluants est ouvertement déclarée, la société Vistaquest fait un pari insensé : celui de vendre un appareil photo numérique à usage unique, à jeter après 40 poses.

 

 

Le numérique n’a pas complètement anéanti la photo analogique. Chaque année, il se vend encore en France 4 à 5 millions d’appareils photo jetables. C’est presque 10 fois moins qu’il y a 10 ans, mais le chiffre suffit à en faire rêver certains. Philippe Rousseau est de ceux-là. Depuis quelques mois, la société Vistaquest, dont il est P-DG, tente de séduire les consommateurs avec un appareil photo jetable non pas analogique, mais bien… numérique. « L’appareil intéressera les consommateurs pour les mêmes raisons qu’un appareil jetable classique : c’est un produit de dépannage, que l’on ne craint pas d’endommager, idéal pour un enfant qui part en colonie de vacances, ou pour une fête, par exemple. »

Vendu 15 € dans les hypermarchés (Leclerc, principalement) et sur Internet (Amazon.fr, Pixmania.com), le VQ15 permet de prendre 40 photos dans un format de 1280 × 960 pixels (soit 1,3 Mpx). Il offre une focale fixe et un flash (le résultat est assez peu convaincant, voir ci-dessous). Il faut réaliser les prises de vue dans les 40 jours après la première mise en service. Passé ce délai, les photos sont perdues, puisqu’il est impossible de recharger la batterie. Par ailleurs, il n’est possible de transférer qu’une fois les photos sur son ordinateur. Autrement dit, si l’utilisateur connecte l’appareil (à l’aide d’un câble USB-miniUSB non fourni) avant d’avoir pris les 40 photos, les photos restantes sont perdues.

Le pire des deux mondes

 Voilà des contraintes qui nous replongent au temps de l’argentique ! De plus, la solution n’offre aucun des avantages du numérique, puisqu’il est impossible de visualiser une photo avant de la prendre, ni même d’effacer une prise de vue insatisfaisante. Notez par ailleurs que l’appareil numérique jetable coûte au moins 50 % plus cher qu’un jetable classique. Et que lorsque l’on porte une pellicule à développer dans une boutique spécialisée, il est possible de repartir avec ses photos sur un CD en plus des tirages papier. En résumé, le concept de Vistaquest allie donc… le pire des deux mondes.

L’appareil numérique jetable soulève par ailleurs des questions quant à son recyclage. Sa batterie en lithium, son capteur électronique, sa grosse coque en plastique… « Tous les composants sont recyclables. Dans les appareils jetables analogiques, seuls 30 % des matériaux étaient récupérables », précise fièrement Philippe Rousseau. Certes, mais encore faut-il que l’appareil intègre les circuits de collecte ! Et de ce point de vue, les consommateurs n’ont pas encore tous pris les bonnes habitudes…

Vistaquest VQ15 : premières impressions

Intrigués par cet ovni numérique, nous l’avons acheté pour vous livrer nos premières impressions.

Pour commencer, notons que la prise en mains du VQ15 rappelle celle des jetables analogiques, dont il partage le look plastique. Un simple orifice rectangulaire fait office de viseur et son déclencheur est assez grossier. Aucun réglage n’est possible, mis à part un flash qu’il faut enclencher à chaque fois que l’on souhaite l’utiliser.

De fait, l’utilisation est simple. Transférer ses photos sur son ordinateur ne pose aucun problème non plus, il suffit de connecter l’appareil, qui apparaît alors dans les périphériques. Une simple opération de « copier-coller » permet de stocker les photos sur le disque dur. Attention, cette connexion n’est possible qu’une seule fois.

L’expérience se gâte au moment de regarder les clichés pris : leur qualité est peu satisfaisante. Les photos sont floues, même lorsqu’elles sont prises dans de bonnes conditions de luminosité. Le flash « brûle » complètement l’image. Avec une bonne optique, le capteur de 1,3 mégapixel aurait pu donner de meilleurs résultats. Avec son capteur de 0,7 mégapixel, même l’iPad 2 s’avère plus convaincant…

Quelques exemples de photos

Image
Photo prise dans une pièce lumineuse.

 

Image
Photos prises en intérieur privé de lumière naturelle directe, sans et avec flash.

 

Image
En extérieur par temps ensoleillé. À gauche, photo prise avec le VQ15 (1280 × 960). À droite, photo prise avec avec un iPad 2 dont le capteur a une résolution de 0,7 Mpx (720 × 960).

 

Image
En intérieur. À gauche avec le VQ15, à droite avec l’iPad 2.

Camille Gruhier