Appareil photo numérique

Que vaut l'appareil photo des téléphones mobiles ?

Mis à jour le : 16/09/2008 

Utiliser son smartphone pour prendre des photos devient de plus en plus une habitude. Faut-il pour autant remiser les appareils photo compacts ? Ces derniers conservent tout de même des atouts, notamment pour ce qui est de la qualité de la prise de vue.

 

Ils prennent de plus en plus fréquemment la place des appareils photo compacts, mais que valent réellement les smartphones en matière de photographie ? Peut-on se fier au discours des fabricants lorsqu’ils promettent des clichés « d’une qualité exceptionnell» et des « performances égales à celles des appareils photo compacts » ? Nos tests réalisés sur des modèles haut de gamme montrent que s’ils n’ont pas à rougir de leurs performances, les smartphones affichent certaines limites et souffrent de l’absence d’équipements. Alors oui, un smartphone peut remplacer un appareil photo compact d’entrée de gamme, mais à condition de ne pas être trop exigeant.

La qualité d’image : des soucis en basse lumière

Si les photos des smartphones prises dans de bonnes conditions de luminosité n’ont rien à envier à celles des appareils photo, il n’en est pas de même lorsque la lumière baisse. Les images ont alors tendance à être plus sombres et plus bruitées. La faute à leur capteur minuscule qui a du mal à emmagasiner la lumière. Qui plus est, impossible, avec un smartphone, d’obtenir le piqué et le fond flou des appareils photo les plus performants. Autre point faible : le risque de tremblement de l’image. Si la plupart des smartphones haut de gamme intègrent désormais une stabilisation optique, toutes ne sont pas efficaces. En mode vidéo, les mêmes défauts ressurgissent et la qualité peut varier fortement d’un modèle à l’autre. Le son, lui, est correct dans l’ensemble, voire très bon sur certains modèles.

La réactivité : de sévères écarts entre les modèles

Nos tests n’ont pas montré de différence significative entre compacts et smartphones en matière de rapidité d’exécution. Parmi les smartphones comme parmi les compacts, certains modèles sont plus rapides que d’autres au moment de déclencher la prise de vue. Les smartphones ont toutefois tendance à faire mieux que beaucoup de compacts en ce qui concerne le délai d’attente entre deux prises de vue. Certains intègrent en outre des modes rafale plus impressionnants que ceux des compacts.

Les équipements : des absences remarquées

Ce qui manque le plus aux smartphones, c’est le zoom optique. Tous sont munis d’une focale fixe et d’un zoom numérique pour rapprocher le sujet au prix d’une dégradation de la qualité. Les appareils photo compacts, quant à eux, sont équipés d’un zoom optique qui peut atteindre 30x sur certains modèles. L’autre différence concerne le flash. Sur les smartphones, il faut se contenter de la torche pour éclairer les sujets trop sombres, avec des résultats très variables. Et ne comptez pas ajouter un flash externe pour compenser le manque de lumière, comme certains compacts experts le permettent. Autre différence : certains smartphones ont un espace de stockage limité alors que les compacts stockent systématiquement les photos sur carte SD.

L’écran : avantage aux smartphones

C’est le point fort des smartphones. Grand, réactif et toujours tactile, l’écran permet d’accéder simplement aux réglages, de faire la mise au point très facilement, de faire défiler les photos que l’on vient de prendre… Sur les compacts, il est généralement plus petit et rarement tactile. En revanche, le fait qu’il soit orientable sur certains modèles est un vrai atout pour limiter les reflets et trouver des cadrages originaux. Même si la plupart s’en passent, certains compacts intègrent un viseur. Un petit « plus » qui peut s’avérer pratique à l’usage.

La connectivité : les compacts ont du mal à rivaliser

Si la plupart des compacts, même d’entrée de gamme, intègrent du Wi-Fi et/ou du Bluetooth, les fonctionnalités associées à ces connexions sans fil sont trop souvent limitées à la prise de vue depuis le smartphone ou au transfert sans fil des photos. Pour les envoyer sur les réseaux sociaux, il faut soit disposer d’un réseau Wi-Fi à proximité, soit passer par son smartphone (les APN n’intègrent pas la 3G). Pour partager ses photos, rien de tel qu’un smartphone.

L’ergonomie : le problème de la prise en main

Les smartphones étant avant tout conçus pour téléphoner, leur prise en main est souvent aléatoire et le risque est grand de mettre un doigt devant l’objectif par inadvertance. Seuls certains modèles sont munis d’un bouton de déclenchement. Avec les autres, il faut appuyer sur l’écran pour prendre la photo. Les compacts, eux, sont plus faciles à empoigner. En contrepartie, ils sont plus encombrants.

Les réglages : plus nombreux sur les compacts

Compacts comme smartphones intègrent souvent une prise de vue panoramique, un mode rafale, des modes scènes ainsi qu’une série d’effets (sépia, noir et blanc, etc.). Même s’ils privilégient le mode automatique, les compacts permettent en général de procéder à davantage de réglages manuels que les smartphones. Néanmoins, télécharger des applications permet d’étendre les possibilités de ces derniers.