Les compacts sont avant tout destinés à un public amateur à la recherche d’un appareil photo facile à transporter et simple à utiliser. Dans cette catégorie se côtoient des appareils aux performances et aux prix très variables.

 
SOMMAIRE

 

Même s’ils sont de plus en plus concurrencés par les smartphones, les compacts représentent encore près de 80 % des ventes d’appareils photo. Il faut dire qu’ils offrent de sérieux atouts, notamment en termes d’encombrement, de poids et de simplicité d’usage. En plus, les fabricants proposent un choix très varié de modèles, des appareils basiques vendus autour d’une centaine d’euros aux modèles experts intégrant des zooms puissants et des réglages poussés, pour lesquels il faut être prêt à dépenser entre 500 et 1 000 €. Il existe aussi des modèles ultracompacts pesant moins de 150 grammes, faciles à ranger dans un sac ou une poche mais aux caractéristiques limitées, et des compacts tout-terrain, destinés aux baroudeurs, capables de résister à l’eau et aux chocs.

 

Vive les grands capteurs

 

Plus que la résolution (tous les appareils photo embarquent désormais suffisamment de pixels pour un usage courant), c’est la taille du capteur qu’il faut prendre en compte. En effet, plus le capteur est grand, plus il est capable d’emmagasiner de la lumière et donc plus les photos ont des chances d’être lumineuses. Cette taille est exprimée en millimètres ou en fraction de pouces (un capteur de 1/2,5 pouces est plus petit qu’un capteur 1/1,6 pouces, par exemple). Malheureusement, cette information n’est pas toujours fournie par les fabricants.

 

Le zoom et la focale

 

Si la plupart des appareils photo compacts se contentent d’un zoom de 5 à 20x, certains modèles experts proposent d’agrandir l’image jusqu’à 50x. Utile pour capter des détails lointains. Dans tous les cas, oubliez le zoom numérique qui a tendance à dégrader l’image et concentrez-vous sur le zoom optique. Si vous optez pour un zoom puissant, assurez-vous que l’appareil est muni d’un bon stabilisateur, sans quoi vous risquez d’avoir du mal à cadrer le sujet et de n’obtenir que des images floues. Là aussi, préférez un stabilisateur optique ou mécanique à un stabilisateur numérique qui dégrade l’image. Au-delà du rapport de grossissement, regardez aussi la plage focale couverte par l’objectif, et notamment la focale minimale. Une focale mini de 28 mm ou moins permet de bénéficier d’un grand angle, utile pour photographier des paysages ou des groupes d’individus.

 

Gare à la sensibilité

Plus elle est élevée, plus l’appareil sera capable de prendre des photos dans des conditions de faible luminosité. Désormais, des appareils compacts affichent des sensibilités allant jusqu’à 6 400 voire 12 800 ISO (ou 25 600 pour certains compacts experts). Toutefois, les hautes sensibilités ont tendance à générer du « bruit » (des parasites sur l’image). Pour réduire ce phénomène, les appareils intègrent des réducteurs de bruit plus ou moins efficaces et souvent destructeurs de détails.

 

Importante réactivité

Que ce soit au moment de l’allumage ou lors du déclenchement, l’appareil photo doit être rapide. C’est la condition pour réussir ses photos, notamment lorsque le sujet est en mouvement. Le délai entre deux prises de vue est également important à prendre en compte. Ces informations n’étant pas fournies par les fabricants, vous pouvez vous référer à nos tests. Le nombre d’images prises en mode rafale peut aussi donner une idée de la réactivité de l’appareil.

 

Vive l’écran tactile

 

Plus l’écran est grand, mieux c’est. Cela facilite la prise de vue et la navigation dans les menus. Tenez compte aussi de sa résolution, de son contraste et de sa capacité à limiter l’apparition de reflets. Le fait qu’il soit orientable horizontalement et verticalement est un plus. Tactile, il facilite la navigation dans les menus, permet de faire défiler les photos d’un simple glissement de doigt voire, sur certains modèles, de faire la mise au point d’un simple clic sur le sujet, comme sur un smartphone. La présence d’un viseur peut s’avérer utile, notamment lorsque le soleil génère des reflets sur l’écran.

 

La connectivité, oui, mais pas n’importe laquelle

 

Si la plupart des appareils photo compacts intègrent du Wi-Fi, tous ne tirent pas avantage de cette connexion sans fil de la même manière. Sur certains modèles, le Wi-Fi sert surtout à connecter l’appareil photo à un smartphone pour déclencher la prise de vue depuis une application ou transférer les photos prises sur son téléphone. Avec d’autres, il permet aussi de transférer ses photos sur son ordinateur ou vers un espace de stockage en ligne (cloud), d’envoyer la photo vers une imprimante ou sur un téléviseur connecté au même réseau. Il peut aussi être utilisé pour envoyer ses photos directement depuis son appareil photo par e-mail ou sur les réseaux sociaux. Certains appareils intègrent même un navigateur pour effectuer des recherches sur Internet directement sur l’écran de son appareil photo. Le mieux est qu’il soit accompagné du NFC. Il suffit alors d’approcher l’appareil photo du smartphone pour les appairer.

 

Piles ou batterie, il faut choisir

Si l’alimentation par piles limite les risques de se retrouver à court d’énergie, notamment lors de longs voyages, la plupart des appareils intègrent désormais une batterie rechargeable, moins chère à l’usage. Pour éviter de se retrouver à court d’énergie, il peut être opportun d’acquérir une seconde batterie et un chargeur indépendant.

 

Des fonctionnalités selon les besoins

Vérifiez que les fonctionnalités que vous êtes susceptible d’utiliser sont présentes : mode vidéo HD, prise de vue en rafale, GPS pour géolocaliser ses photos ou encore mode manuel avancé. Pour les utilisateurs les plus exigeants, mieux vaut se tourner vers des compacts experts qui offrent certaines fonctionnalités complémentaires (mode RAW, griffe pour le flash…) et permettent d’accéder à des réglages manuels (modes PASM, correction d’exposition, réglage de l’ISO…).