Fonction photo/vidéo des smartphones Des limites sans cesse repoussées

Fonction photo/vidéo des smartphones

Des limites sans cesse repoussées

Publié le : 14/10/2019 

La fonction photo/vidéo des smartphones a fait de tels progrès que l’on peut envisager, sous certaines conditions, de troquer son appareil photo contre un mobile.

 

Un tas de ruines ! Voilà ce qu’est devenu le marché des appareils photo compacts. Entre 2010 et 2018, leurs ventes ont été divisées par six dans le monde, passant de plus de 120 millions à moins de 20 millions d’unités. Les marques ne doivent leur salut qu’à leurs modè­les haut de gamme, qui continuent à trouver preneurs, et à l’augmentation de leurs prix. Mais jusqu’à quand ? Car, au vu des performances des fonctions photo et vidéo des smartphones de dernière génération, on voit mal comment Nikon, Canon, Fujifilm, Panasonic et les autres constructeurs pourraient inverser la tendance.

Y a pas photo, c’est bluffant !

Alors que l’on pensait les smartphones entravés par la petite taille de leurs capteurs et de leurs lentilles, notre nouveau test comparatif, réalisé sur la base du même protocole que celui des appareils photo, prouvent que les industriels ont réussi à repousser leurs limites. Sur plusieurs modèles, le traitement numérique a atteint un tel niveau d’efficacité qu’il est capable de rendre belle et lumineuse une photo vouée à être sous-exposée. Les utilisateurs déploraient l’absence de zoom optique ? Qu’à cela ne tienne, les marques ont pallié ce défaut en équipant leurs smartphones haut de gamme de deux, voire trois objectifs. Certains regrettaient l’absence d’arrière-plan flou (ou effet Bokeh), caractéristique des appareils reflex ? Les fabricants sont parvenus à en créer un numériquement.
Certes, selon les références, le résultat ne se révèle pas toujours optimal, mais force est de constater que les performances ne cessent de s’améliorer. À tel point qu’à moins d’avoir des besoins très spécifiques (appareil étanche et antichoc, zoom très puissant, piqué irréprochable, utilisation de réglages poussés…), on peut désormais se tourner vers certains smartphones de haut niveau pour remplacer un compact dans la grande majorité des situations.

Test

Six pros de l’image

Nous avons testé leur fonction photo/vidéo sur la base du protocole des appareils photo compacts (voir "Comment nous testons" ci-dessous). Globalement, les performances sont au rendez-vous.

iphone XS

Apple iPhone XS
1 039 €  |   |  15,1/20 

Nous n’avons pas pu intégrer à notre test l’iPhone 11, sorti trop récemment. Mais le XS fait déjà bien l’affaire. Avec lui, les photos et les vidéos de jour sont d’excellente qualité. Lorsque la luminosité baisse, l’autofocus perd en rapidité et les clichés, en détail, néanmoins, le rendu reste très satisfaisant. Ses deux objectifs offrent de belles possibilités de prises de vues. Ses principaux défauts : des réglages peu accessibles, un délai un peu long entre deux prises de vues (0,7 s) et des vidéos de nuit décevantes.

> Notre test de l'Apple iPhone XS

 

galaxy s10

Samsung Galaxy S10
900 €  |   |  15/20 

Deux objectifs, c’est bien. Trois, c’est mieux. Par rapport à l’iPhone XS, le Galaxy S10 ajoute un ultra grand-angle 13 mm, pratique pour les photos de paysages et en ville, même s’il a tendance à engendrer des distorsions de l’image et des aberrations chromatiques dans les scènes à fort contraste. Le reste du temps, les clichés sont beaux. À la lumière du jour, les couleurs se révèlent même éclatantes. Seules les vidéos de nuit sont clairement sous-exposées. Il faut également patienter entre deux prises de vues (0,7 s).

> Notre test du Samsung Galaxy S10

 

mate 20 pro

Huawei Mate 20 Pro
950 €  |   |  14,9/20

Le Huawei dispose de trois capteurs, dont un 80 mm capable de saisir des détails éloignés et un 26 mm offrant une résolution de 40 Mpixels. Néanmoins, le troisième, un ultra grand-angle 16 mm, génère des distorsions de l’image et des aberrations chromatiques. Cette combinaison d’optiques fournit une belle plage focale et permet de créer un effet Bokeh (fond flou), mais qui peut s’avérer gênant. Toutefois, les photos sont réussies, y compris en basse luminosité, et les vidéos, plutôt de bonne qualité.

> Notre test du Huawei Mate 20 Pro

 

pixel 3xl

Google Pixel 3 XL
860 €  |   |  14,6/20

Il se contente d’un seul objectif, un grand-angle 28 mm de 12 Mpixels. Le résultat est très correct, même s’il faut avouer qu’en basse lumière, les images sont un peu bruitées et les détails, lissés. L’autofocus se montre performant, quelles que soient les conditions de luminosité, tout comme le stabilisateur optique. Les vidéos s’avèrent aussi de qualité en toute situation, avec un excellent rendu sonore en stéréo. Enfin, le délai court entre deux prises de vues (0,3 s) permet d’enchaîner les clichés.

> Notre test du Google Pixel 3 XL

 

p30 pro

Huawei P30 Pro
1000 €  |   |  13,8/20

Comme son petit frère le P20, le P30 Pro possède trois capteurs, auxquels s’ajoute un quatrième dit « TOF », pour « Time of Flight », chargé de déterminer la forme et la distance des objets. Il est censé aider l’appareil à créer un effet Bokeh, bien que le résultat ne soit pas flagrant. Les images sont de bonne qualité, même si nous avons trouvé leur traitement un peu excessif et les couleurs approximatives. Depuis notre test, le fabricant propose une mise à jour du logiciel interne qui semble corriger en partie ces défauts.

> Notre test du Huawei P30 Pro

 

xperia xz3

Sony Xperia XZ3
600 €  |   |  13,1/20

Ses photos en plein jour sont de très bonne qualité. Néanmoins, en luminosité réduite, le risque est grand qu’elles soient floues, surtout si le sujet bouge. La faute, notamment, au système de stabilisation qui perd en efficacité. Et ce n’est pas mieux en mode vidéo. Autre point négatif : le délai de déclenchement. Il faut parfois patienter 0,6 s entre le moment où l’on clique sur le déclencheur et la prise de vue, puis encore 0,5 s avant de pouvoir prendre un nouveau cliché. Un peu trop long !

> Notre test du Sony Xperia XZ3

Avec mon smarphone...

Je peux

Prendre des clichés facilement, n’importe quand
Un smartphone, on l’a toujours dans sa poche. Il suffit de l’en sortir, de cadrer et d’appuyer sur le déclencheur. L’appareil fait le reste. En plus, avec la plupart des modèles, le déclenchement est quasi instantané.

Faire de belles photos en plein jour
Si la plupart des smartphones récents permettent de prendre des photos nettes et contrastées, certaines références haut de gamme font mieux que la plupart des appareils photo compacts d’entrée et de milieu de gamme.

Retoucher mes images et les partager
Une fois la photo prise, il est très simple de la recadrer, d’appliquer des filtres, de modifier les couleurs et, surtout, de la partager avec ses proches ou sur les réseaux sociaux.

Je ne peux pas

Obtenir de belles images de nuit
Même si certains ont fait un vrai bond en qualité dans cette configuration, beaucoup de smartphones ont encore du mal à prendre des photos de nuit ou en intérieur nettes et contrastées. Et le flash manque souvent de puissance.

Stocker aisément mes photos
Pour sauvegarder ses clichés pris avec un mobile, le plus simple est de les transférer depuis le dossier DCIM vers un ordinateur via un câble USB. Seulement, la procédure devient moins évidente pour peu que le câble recharge l’appareil sans transférer les données, qu’un logiciel de synchronisation soit nécessaire, que les photos soient réparties dans divers fichiers, etc. Il est possible de programmer une sauvegarde dans le cloud, mais cette option peut être payante et consomme de la data.

Comment nous testons

Qualité photo

Nous avons testé la fonction photo des smartphones comme nous le faisons habituellement pour les appareils photo compacts. Ainsi, pour noter la définition, nous avons photographié une mire aux focales longue et courte (au format Jpeg), puis un jury a apprécié la netteté au centre et sur les bords de l’image. Nous avons aussi jugé la capacité à prendre des photos dans diverses conditions de luminosité en évaluant la netteté, l’exposition et le bruit (parasites) des clichés obtenus. Nous avons également jugé l’efficacité du flash à 1, puis 3 et 5 mètres. Un jury composé de deux experts et trois amateurs s’est prononcé sur différentes prises de vue en intérieur. Enfin, le stabilisateur d’image a été testé en installant le smartphone sur une machine simulant le tremblement de la main.

Qualité vidéo

Un jury s’est prononcé sur la qualité des images et du son de scènes filmées en lumière du jour et en faible luminosité.

Qualité de l'écran

Sa lisibilité a été évaluée au soleil et en faible lumière. L’angle de vue, intéressant pour les photos prises à bout de bras, a également été apprécié, tout comme la qualité de l’écran en mode lecture.

Performances

Pour chaque modèle testé, nous avons mesuré le temps de démarrage (délai nécessaire pour prendre une première photo), le délai entre le déclenchement et la prise de vue (une fois la mise au point effectuée, sujet situé à 1 m) et le délai entre deux prises de vue. Le jury a aussi évalué divers paramètres (les réglages de base, par exemple).

NB : Les tensions commerciales actuelles entre la Chine et les États-Unis sèment le doute sur la pérennité logicielle des smartphones Huawei qui fonctionnent avec Android de Google.

Neil Mcpherson

Rédacteur technique