Compteur Linky Direct Énergie pris en faute

Compteur Linky

Direct Énergie pris en faute

Publié le : 29/03/2018 

Recueillir les données de consommation des usagers équipés d’un compteur Linky sans leur consentement « libre, éclairé et spécifique » est rigoureusement interdit. Direct Énergie ne s’en est pourtant pas privé, heureusement la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) veille.

 

Voilà le fournisseur de gaz et d’électricité Direct Énergie exposé à la vindicte publique. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a frappé fort en publiant la mise en demeure qu’elle lui a adressée. Il faut dire que l’opérateur d’énergie a clairement bafoué la loi et l’autorité du régulateur en charge de la protection des données personnelles et du respect de la vie privée.

Concernant les données qui peuvent être transmises par le compteur Linky, la Cnil avait en effet cadré les choses. Jugeant que l’enregistrement continu des consommations permet de connaître les habitudes et le mode de vie des occupants et représente donc un vrai risque d’intrusion dans la vie privée, elle a interdit à Enedis de transmettre ces données-là à des tiers sans l’accord très explicite de l’usager.

Mais quand ses clients sont équipés d’un compteur Linky, Direct Énergie triche. Le fournisseur d’électricité demande à Enedis de lui fournir les données de suivi de consommation enregistrées toutes les demi-heures, sans avoir au préalable recueilli le consentement éclairé des clients, a constaté la Cnil lors de ses contrôles.

Direct Énergie recueille en effet l’accord de ses clients sur deux points précis : « la mise en service du compteur Linky  » et « la collecte de données horaires […]permettant au client de bénéficier d’une facturation au plus juste ». Or il s’agit de contre-vérités. D’une part, Direct Énergie n’a rien à voir avec la mise en service du compteur Linky, c’est Enedis qui s’en occupe et ce n’est jamais au choix du client ! D’autre part, la facturation au plus juste sur la base des données horaires n’existe pas, juge la Cnil, Direct Énergie n’ayant pas d’offres tarifaires calées sur la consommation horaire. Il y a même une troisième contre-vérité : Direct Énergie parle de données horaires à ses clients alors qu’il collecte leurs données par demi-heure auprès d’Enedis, ce qui est encore plus intrusif !

Avec d’aussi mauvaises manières, Direct Énergie s’avère un fournisseur d’énergie bien peu recommandable. Et en termes de prix de l’électricité, ce n’est pas le fournisseur le mieux placé, comme le démontre notre comparateur.

Élisabeth Chesnais

Contacter l’auteur(e)