Faillite des centres dentaires Dentexia Prise en charge à demander avant le 31 mars

Faillite des centres dentaires Dentexia

Prise en charge à demander avant le 31 mars

Publié le : 15/03/2017 

Les victimes de la chaîne de centres dentaires Dentexia, en liquidation judiciaire, ont jusqu’au 31 mars prochain pour faire une demande de prise en charge de leurs soins auprès de l’assurance maladie.

 

De nombreuses plaintes au pénal ont été portées contre les centres dentaires low-cost Dentexia qui, à l’issue d’une liquidation judiciaire, ont laissé sur le carreau des centaines de patients à Paris, Marseille et dans la région lyonnaise. En attendant que la justice suive son cours, certaines des victimes ont la possibilité de réclamer une prise en charge de leurs soins. Attention, le dossier doit impérativement être envoyé avant le 31 mars prochain et adressé, quel que soit le régime de rattachement, à l’assurance maladie, où une cellule spéciale Dentexia a été mise en place (1). L’aide est accordée sous conditions de ressources.

Les personnes concernées sont celles qui sont passées par un cabinet Dentexia en 2015 (2014 pour le centre de Marseille) et dont la situation après la liquidation occasionne un surcoût : à savoir celles qui ont subi des mutilations, et dont les soins doivent être repris, ainsi que celles qui ont engagé des frais pour des soins qui n’ont pas été réalisés. Les suites de soins « classiques », auprès d’un dentiste en cabinet, n’entraînent pas d’aide spécifique.

Le dossier doit obligatoirement comporter une radiographie panoramique de moins de 6 mois, prise en charge à 100 %, sorte d’état des lieux des dégâts à réparer. Elle est complétée par une analyse d’un dentiste et par deux plans de traitement. Des éléments relatifs à la situation financière sont également requis : avis d’imposition, fiches de salaire, indemnisations reçues au titre du chômage, etc. Les pièces demandées sont listées sur le site de l’assurance maladie (2).

Le scandale Dentexia comporte deux volets : des soins dentaires dans certains cas bâclés, voire mutilants et l’encaissement de sommes d’argent importantes avant même la réalisation des soins. La chaîne a été mise en liquidation en 2016.

Notes

(1) Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), à l’attention du médecin de la cellule nationale Dentexia, cabinet du directeur général, 26-50 avenue du Pr André Lemierre, 75986 Paris cedex 20.
(2) http://www.ameli.fr/assures/droits-et-demarches/par-situation-medicale/vous-avez-ete-victime-des-centres-dentexia.php

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)

asstamane