Mediator 500 morts minimum

Mediator

500 morts minimum

Publié le : 18/11/2010 

L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a enfin reconnu que le Mediator, commercialisé pendant plus de 30 ans, a entraîné la mort d’au moins 500 personnes. Le gouvernement conseille à toutes les personnes ayant pris ce traitement de consulter.

 

Toutes les personnes ayant pris, un jour ou l’autre, du benfluorex, un coupe-faim commercialisé essentiellement sous le nom de Mediator, doivent consulter pour dépister un éventuel problème cardiaque. C’est le message qu’a fait passer mardi Xavier Bertrand, le nouveau ministre de la Santé, élargissant ainsi le périmètre des recommandations de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Celle-ci, lors d’une conférence de presse, venait de demander aux patients soumis à ce traitement pendant 3 mois ou plus entre 2006 et 2009 de se rendre chez leur médecin. Un rappel personnalisé, par courrier, est impossible, car les données de remboursement de l’Assurance maladie, seules susceptibles de relier les patients à une prescription, ne sont pas conservées plus de 2 ans.

Du bout des lèvres

Ces recommandations constituent la suite logique d’un véritable scandale sanitaire, dont l’Afssaps reconnaît aujourd’hui seulement, et du bout des lèvres, l’ampleur. D’après une étude réalisée par l’Assurance maladie, le benfluorex est à l’origine d’au moins 500 décès. Une autre enquête, dont le résultat a été publié dans une revue internationale (« Pharmacoepidemiology and Drug Safety »), a montré que le risque d’être opéré des valves cardiaques était multiplié par quatre chez les diabétiques exposés au benfluorex. Avec toutes les incidences qu’une intervention aussi lourde sur le cœur peuvent avoir sur la vie quotidienne.

L’Afssaps, malgré l’intérêt quasi nul de ce médicament dans le traitement du diabète, a réagi très tardivement. Une première alerte avait pourtant été lancée en 1999. Résultat de cette lenteur, les médecins ont eu toute latitude de prescrire largement cet anorexigène, y compris et surtout à des patients non diabétiques souhaitant simplement perdre quelques kilos. Le retrait du produit n’a été décidé qu’en novembre 2009, grâce à la ténacité du Dr Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest 1. En Espagne, le benfluorex est interdit depuis 2003.

 

1. « Mediator 150 mg, sous-titre censuré », editions-dialogues.fr.

 

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)

asstamane