Mondial 2010

Une télé pour une victoire !

Publié le : 20/05/2010 

À grand renfort de publicités, Carrefour, Planet Saturn et RueduCommerce.com annoncent qu'ils rembourseront les téléviseurs achetés si l'équipe de France remporte la prochaine Coupe du monde de football. Ce faisant, ils ne prennent pas beaucoup de risques : de telles opérations sont en effet soigneusement encadrées... et la perspective d'une victoire tricolore paraît aujourd'hui bien lointaine !

 

Une véritable épidémie ! Alors que la Coupe du monde de football débute dans moins d'un mois, de nombreux distributeurs spéculent autour d'une victoire finale de l'équipe de France. Les voies des techniques promotionnelles étant impénétrables, Carrefour (par ailleurs partenaire officiel des Bleus), Planet Saturn et RueduCommerce.com ont simultanément (!) eu la même idée : rembourser au consommateur le téléviseur acheté « si la France gagne la finale ».

Une manière provocante d'animer cette période pré-Mondial de foot, en général porteuse pour les ventes de téléviseurs. La perspective de regarder les 64 matches de la compétition pousse en effet certains téléspectateurs à anticiper l'achat d'un nouvel appareil, voire à en acquérir un supplémentaire.

Évidemment, les offres des distributeurs sont assorties de nombreuses conditions. Outre la victoire du Onze tricolore, elles sont limitées dans le temps. Ainsi, chez Carrefour, il faut que l'achat soit effectué entre le 7 et le 29 mai. Le client doit également se tourner vers certains écrans ou catégories d'écrans (« supérieur à 94 cm » chez Carrefour, un modèle de marque Acer bien précis de 51 cm chez RueduCommerce.com...). En cas de succès français, le remboursement se ferait en bons d'achat chez RueduCommerce et Carrefour (ce qui obligera donc le consommateur à dépenser la somme « gagnée » auprès de l'enseigne !), Planet Saturn ayant choisi l'option du virement bancaire.

Opération sans risques

Mais quel que soit le résultat final de la compétition, les distributeurs s'en sortiront gagnants ! L'effet des campagnes de publicité (presse, affichage...) accompagnant leurs offres est amplifié par le « buzz », de nombreux articles (dont celui-ci !) les ayant évoquées. De plus, si les bénéfices qu'une telle opération induit sont certains, le risque financier est quant à lui quasi nul. Déjà, parce que peu d'observateurs parient sur une victoire finale de la France. Et, de toutes les façons, si par extraordinaire cela se produisait, les distributeurs feraient jouer l'assurance qu'ils ont souscrite pour se couvrir (ils seraient à leur tour remboursés des montants remboursés à leurs clients !). Enfin, de telles opérations reprennent finalement la technique du prix d'appel. Appâté, le consommateur se dirige vers l'enseigne et en ressort, souvent, avec un ou plusieurs autres articles que celui objet de l'offre qui l'a incité à venir par curiosité !

Arnaud de Blauwe

Contacter l’auteur(e)