Permis de plaisance Une nouvelle organisation pour le permis bateau

Permis de plaisance

Une nouvelle organisation pour le permis bateau

Publié le : 05/07/2022 

Face au nombre croissant de candidats au permis plaisance, le gouvernement a durci l’examen théorique et pris des mesures pour réduire les délais de passage. Explications.

 

Près de 100 000 Français tentent chaque année d’obtenir le permis plaisance, avec un taux de réussite de plus de 80 %. Une ruée vers la mer qui se traduisait jusqu’ici par de longs délais d’attente – de 2 à 6 mois – avant de pouvoir passer l’épreuve théorique de l’examen.

Pour réduire ces délais, l’État a confié, depuis le 1er juin 2022, l’organisation de cet examen théorique à des organismes privés. Indépendants des établissements de formation dits « bateaux-écoles », ils sont au nombre de quatre (La Poste, Dekra, SGS : Objectif code et Bureau Veritas : CodeN’Go). Cette nouvelle organisation rejoint celle mise en place en 2016 pour l’examen du Code de la route. Les centres d’examen gérés par ces organismes accueilleront donc désormais les candidats passant les épreuves théoriques des principaux permis de conduire (bateau, auto, moto, poids lourds).

Selon le secrétariat à la Mer, « cette nouvelle organisation simplifie le passage de l’examen théorique du permis plaisance avec une augmentation du nombre de sessions d’examen, au plus près des candidats et sans modification des frais engagés ». Mais attention, si l’examen est bien « simplifié » en termes d’organisation, il est durci dans son contenu : il passe de 30 à 40 questions, et seules 5 erreurs sont toujours admises.

108 € le passage

Les candidats peuvent se présenter à l’épreuve théorique à la condition d’avoir suivi une formation de 5 heures minimum au sein d’un établissement de formation. Les frais de passage et de validation de l’examen ne changent pas : il vous en coûtera 108 €. La formation en bateau-école coûte, elle, environ 300 €.

Les services de l’État insistent sur le fait qu’un délai de 1 mois minimum est nécessaire en période estivale pour instruire et valider le dossier d’inscription à l’examen : attention donc aux prestataires qui vous assurent une obtention rapide du sésame nautique. Cette promesse « n’est pas tenable sur cette période, du fait de l’afflux massif de demandes et d’un grand nombre de dossiers d’inscription erronés », prévient le secrétariat à la Mer.

À noter : cette réforme concerne les épreuves théoriques des options « côtière » pour la navigation en mer et « eaux intérieures » pour la navigation fluviale. Les examens des options « hauturière » et « grande plaisance eaux intérieures » sont toujours organisés par les directions départementales des Territoires et de la Mer.

Morgan Bourven

morganBrv