Pesticides Une commune pousse-au-crime

Pesticides

Une commune pousse-au-crime

Publié le : 14/11/2017 

L’interdiction d’utiliser des pesticides s’applique aux collectivités locales depuis le 1er janvier 2017. Mais à Richelieu (37), une petite commune de Touraine, son célèbre maire a trouvé la parade !

 

Les communes n’ont plus le droit d’utiliser les pesticides pour entretenir les espaces verts, la voirie, les trottoirs… C’est une belle avancée de la loi sur la transition énergétique votée en 2015 en faveur de la protection de la santé, tant des jardiniers que du grand public. C’est aussi une avancée pour la protection de l’environnement, en particulier pour la ressource en eau. Les pesticides filent en effet très facilement des surfaces imperméables ou bitumées vers les cours d’eau.

Des collectivités locales pionnières ont d’ailleurs appris à se passer des produits phytosanitaires avant même l’interdiction, et elles s’en sortent plutôt bien.

Mais à Richelieu, une petite commune de Touraine, le maire n’a rien trouvé de mieux à faire que d’envoyer un courrier (voir ci-dessous) à ses administrés pour leur rappeler que, contrairement à la commune, eux ont encore le droit d’utiliser des pesticides jusqu’au 1er janvier 2019 !

Et le maire de poursuivre : « Je vous invite à vous saisir de cette opportunité pour que cet entretien des trottoirs soit mené à bien devant chez vous. »

À Que Choisir, on a d’abord cru à un canular. Mais vérification faite auprès de la mairie, non, c’est bien Hervé Novelli, ancien ministre et maire de Richelieu, qui est l’auteur de cette missive qu’on pourrait qualifier de pousse-au-crime sanitaire et environnemental !

Le courrier envoyé par la mairie à ses administrés.

 

Élisabeth Chesnais

Contacter l'auteur(e)