Transports

La SNCF se la joue high-tech !

Publié le : 10/01/2010 

Le président de la SNCF, Guillaume Pépy, a annoncé la mise en place de nouveaux services, pour l'essentiel dématérialisés. Côté grille tarifaire, en revanche, c'est le calme plat.

 

Image

L'actualité donne parfois lieu à de drôles de collisions ! Le jour même où un énième Eurostar était bloqué dans le tunnel sous la Manche à cause, officiellement, « d'une panne de signalisation », la SNCF annonçait le lancement de nouveaux services high-tech pour 2010. Comme pour bien rappeler qu'elle était une entreprise moderne sachant parfaitement coller aux évolutions de son époque...

L'innovation majeure, présentée comme « une première mondiale » ? La création d'une radio. Les programmes, qui alternent informations sur le trafic des trains, plages musicales et reportages, peuvent d'ores et déjà être écoutés sur les téléphones mobiles 3G, les smartphones, les sites Internet de la SNCF, de même que dans les gares.

Pour « poursuivre la simplification des démarches du client avant et après le voyage », Guillaume Pépy, le président de la société nationale, a également annoncé le lancement ou l'extension de plusieurs services dématérialisés. Les voyageurs équipés d'un iPhone peuvent ainsi visualiser sur leur écran « le tableau d'affichage (horaires, numéros des voies) des départs et arrivées de plus de 600 gares » en activant l'application « SNCF Direct » proposée depuis octobre 2009 sur ces modèles.

Autres engagements notables, le développement de l'e-billet (billet électronique), la possibilité pour les usagers d'Île-de-France de recharger leur pass Navigo directement depuis leur ordinateur, l'arrivée du wi-fi à bord des TGV (à commencer par ceux du réseau Est) ou encore la possibilité d'accéder au service clientèle par courriel via le site Voyages-sncf.com, « avec réponse dans les 48 h », assure Guillaume Pépy.

Manque de transparence

Mais si la SNCF fait vibrer la corde du high-tech, elle a négligé la partition de la grille tarifaire, critiquée par de nombreux clients notamment pour son manque de transparence.

Tout juste a-t-elle annoncé qu'elle allait mettre en place sur Internet un « calendrier qui permettra aux clients de visualiser l'offre sur un mois et d'arbitrer entre la date de voyage et les tarifs (Prem's, IDTGV...) » et le lancement de TGV 100 % Prem's qui circuleront « les week-ends et en période de vacances scolaires ». Une référence aux billets Prem's vendus « à partir de 22 euros » (non échangeables et non remboursables) sur Internet. Mais quand on cherche à en savoir un peu plus sur cette offre, la SNCF se montre floue. On comprend cependant que tous les passagers ne bénéficieront pas d'un prix bas identique (par exemple, 22 euros) mais qu'ils auront seulement « l'assurance d'accéder à un petit prix ». Nuance !

Arnaud de Blauwe

Contacter l’auteur(e)