Le numerus clausus en progression à la rentrée

Audioprothésistes

Le numerus clausus en progression à la rentrée

Publié le : 25/04/2017 

Voilà une bonne nouvelle, et une victoire partielle de l’UFC-Que Choisir, découverte à la lecture du JO : le nombre d’étudiants audioprothésistes va progresser de 22 % à la rentrée prochaine grâce à l’ouverture d’une nouvelle école et la progression de la capacité de certaines autres.

 

En quoi est-ce une bonne nouvelle pour les consommateurs, me direz-vous ? Les audioprothésistes ont un rôle central dans l’accompagnement et l’équipement des personnes malentendantes. Loin de le nier, l’UFC-Que Choisir, rejointe depuis par l’Autorité de la Concurrence, souhaite même offrir les services de ces professionnels à davantage d’usagers, en augmentant leur nombre. Car depuis 2015, un numerus clausus limite le nombre d’étudiants formés chaque année, alors même qu’une pénurie patente existe (3 264 professionnels en exercice au 1er janvier 2016, alors que pour couvrir toute la population malentendante, il en faudrait plus de 7 000). Or, et c’est là le cœur du problème, cette pénurie de professionnels nuit très directement à l’accès aux soins.

Peu nombreux, donc très demandés, les audioprothésistes sont en position de force pour obtenir des rémunérations très supérieures aux professions comparables (infirmières ou kinésithérapeutes, à niveau de formation équivalent). Résultat : sur les 1550 € que coûte une audioprothèse, plus du tiers du prix (534 €, soit plus de 1050 € pour l’équipement des deux oreilles) revient en salaire à l’audioprothésiste. Augmenter leur nombre est le seul moyen de réduire cette rente et donc les prix, et par conséquent de diminuer le renoncement aux soins qui touche - est-il besoin de le rappeler- 2,1 millions de malentendants. Je ne peux manquer de saluer ce premier pas prometteur et continuer d’appeler les pouvoirs publics à poursuivre leurs efforts en direction d’un relèvement progressif mais soutenu du numerus clausus pour les études d’audioprothésiste. A bon entendeur…

Alain Bazot

Président de l'UFC - Que Choisir