Electricité

De royales promesses… de soldats gascons !

Publié le : 18/06/2016 

Sous couvert de protéger le pouvoir d’achat des ménages, Ségolène ROYAL avait d’autorité annulé la hausse de 5 % du tarif réglementé d’électricité prévue au 1er août 2014 avant d’annoncer une hausse plus faible de 2,5 % au 1er novembre. A l’époque, j’avais alerté sur le caractère trompe l’œil de cette bonne nouvelle dès lors, que cédant aux errements gouvernementaux passés, la Ministre avait préféré les effets d’annonces, les arbitrages politiques non bordés juridiquement aux véritables réformes… Les exemples d’invalidation par le Conseil d’Etat de gels ou hausses modérées des tarifs réglementés par les gouvernements de droite comme de gauche étaient en effet légion…  Et la liste s’est donc enrichie cette semaine avec l’annulation par le Conseil d’Etat, saisi par les fournisseurs alternatifs, des deux arrêtés de 2014, engendrant inévitablement des hausses rétroactives pour les millions de consommateurs au tarif réglementé… Si certains, dans une lecture hâtive, blâme la haute juridiction administrative pour cette douloureuse nouvelle pour notre porte-monnaie ou les fournisseurs alternatifs à l’origine de recours, il ne faut pas se tromper de responsable. C’est bel et bien parce que nos hommes et femmes politiques ne se sont pas attaqués suffisamment tôt à la réforme des modes de calculs des tarifs réglementés que les consommateurs trinquent aujourd’hui… Et le montant devrait atteindre en moyenne 30 euros par ménage.  Heureusement, dorénavant c’est la Commission de Régulation de l’Énergie qui doit avoir la main pour fixer le tarif réglementé  d’électricité, ce qui devrait nous protéger à l’avenir de ces yoyos tarifaires incompréhensibles et qui participent à l’illisibilité du tarif réglementé pour bon nombre de consommateurs… Pour autant, à mon étonnement, la Ministre vient d’annoncer que la hausse du tarif réglementé, au 1er août, serait « de moins de 1 %, peut-être aux alentours de 0,5 % »… Nouvelle promesse de soldat gascon ? L’UFC-Que Choisir refuse que les consommateurs continuent de subir des hausses inconsidérées du tarif réglementé, et va d’ailleurs prochainement passer à l’action pour une électricité moins chère.

Alain Bazot

Président de l'UFC - Que Choisir