Etats Généraux de l’Alimentation  Simplement faire avaler des hausses de prix aux consommateurs ?

Etats Généraux de l’Alimentation

Simplement faire avaler des hausses de prix aux consommateurs ?

Publié le : 30/08/2017 

Alors que s’ouvraient hier les travaux des Etats Généraux de l’Alimentation, avec la tenue des premières réunions, notamment sur le volet prix, l’UFC-Que Choisir ne pouvait manquer l’occasion de rappeler que bien souvent agriculteurs et consommateurs sont, l’un comme l’autre, victimes des politiques aberrantes de marge de la grande distribution.

 

La publication de l’étude sur les sur-marges de la grande distribution sur les fruits et légumes bio est ainsi particulièrement révélatrice de la sanction économique qu’inflige la grande distribution aux consommateurs de bio avec des prix gonflés par des sur-marges. Surtout, cette étude montre qu’une autre politique de marges économiquement profitable à tous les acteurs (agriculteurs, consommateurs et grande distribution) est possible…

Ce dossier comme tant d’autres (traçabilité des produits, gestion de l’eau, marketing alimentaire, etc.) souligne que l’intérêt des consommateurs ne saurait intrinsèquement ou nécessairement s’opposer à celui des professionnels : agriculteurs, industriels… Encore faut-il admettre de ne pas camper sur des modèles économiques historiques, faire preuve d’innovation, garantir des équilibres et de la transparence, et être ouvert à la discussion sur TOUS les sujets !

Si la feuille de route de ces Etats Généraux reste encore bien floue, les discours ambiants laissent à penser que sous couvert du thème de l’alimentation c’est essentiellement, pour ne pas dire quasi exclusivement, le sujet du revenu des agriculteurs qui en constitue la trame véritable. Si ce problème très préoccupant est bien réel, il n’est pas admissible de tout ramener à un « mal absolu » que serait la guerre des prix, que l’on confond bien souvent et hâtivement avec une guerre de pure marketing (notre dossier sur le bio en est une éclatante démonstration), et faire avaler l’idée que les consommateurs devront accepter une hausse généralisée des prix. Les Etats Généraux ne sauraient faire l’économie de traiter de l’ensemble des aspects du sujet de l’alimentation pour nos concitoyens.

Les premières réunions des Ateliers permettront vite de voir si les Etats Généraux sont les bien nommés, et si l’intérêt des consommateurs, en forte demande d’offre alimentaire saine, accessible à tous, où règne un principe de transparence, et qui soutient une authentique réorientation de la politique agricole et de gestion de l’eau est pris en compte. A défaut, l’UFC Que Choisir, comme l’ensemble des consommateurs, risquent de très mal digérer la manœuvre.

Alain Bazot

Président de l'UFC - Que Choisir