Plan de rénovation énergétique Vers des actions performantes ?

Plan de rénovation énergétique

Vers des actions performantes ?

Publié le : 03/05/2018 

A chaque gouvernement son plan quinquennal pour la rénovation énergétique… Le gouvernement d’Edouard Philippe n’échappe pas à la règle puisque les ministres de la Transition écologique et solidaire et de la Cohésion des territoires se sont pliés, comme leurs prédécesseurs, à l’exercice…

 

Il est certain que l’enjeu est colossal puisque plus de 7 millions de logements sont de véritables gouffres à énergie. Dans un contexte d’augmentation des prix de l’énergie, cette situation constitue, au-delà de l’aspect environnemental, une véritable bombe sociale que le gouvernement ne peut ignorer et traiter à la légère.

Loin d’un véritable Big Bang de la politique de rénovation énergétique, ce nouveau plan ressemble plutôt à une évolution de l’existant. Il faut néanmoins souligner qu’il contient des avancées que l’UFC-Que Choisir attendait depuis longtemps à commencer par la fiabilisation et l’opposabilité des diagnostics de performance énergétique (DPE) puisque nos enquêtes régulières sur le sujet ont montré les failles du dispositif actuel. Alors même que le DPE est devenu obligatoire dans les transactions immobilières (location, achat et vente), les consommateurs doivent pouvoir mettre en responsabilité le diagnostiqueur en cas d’erreur manifeste de sa part.

Autre dispositif dans le viseur des ministres, le label RGE (Reconnu garant de l’environnement) devant permettre d’identifier les professionnels réalisant des travaux d’efficacité énergétique. Il évoluerait avec une amélioration des formations et un renforcement des contrôles des professionnels bénéficiant du label. Si ces annonces répondent aux demandes portées par l’association, il ne faut pas crier victoire trop vite tant certaines annonces passées n’ont pas été suivies d’effet, d’où nos constats peu reluisants sur le RGE.

Faute de mesures concrètes, il est prématuré de se prononcer sur la nature et la cohérence de ce plan. Mais il est une certitude que le gouvernement doit avoir en tête : la dynamique de marché ne pourra être lancée que si les consommateurs comprennent l’intérêt de la rénovation énergétique et qu’ils ont l’assurance de réduire réellement leur facture s’ils s’engagent dans une démarche d’efficacité énergétique. La confiance nécessaire au bon fonctionnement et développement du marché de l’efficacité énergétique ne se décrète ni ne se gagne grâce à la seule annonce d’objectifs ambitieux… elle doit se construire sur la base de règles claires de responsabilité et de mesures concrètes qui obligent les professionnels. A bon entendeur…

Alain Bazot

Président de l'UFC - Que Choisir