Bio Planète Huile d'olive fruitée - Classic

Bio Planète Huile d'olive fruitée - Classic

Vierge extra - Portugal

Mis à jour le : 24/06/2021

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

L’huile d’olive vierge extra fruitée classique Bio Planète est obtenue de la pression d’olives cultivées et récoltées conformément aux critères de l’agriculture biologique. Issue d’olives originaires de Tunisie, d’Espagne ou du Portugal, cette huile revendique une saveur fruitée, un goût puissant et une note piquante. Disponible en magasins bio, elle coûte environ 15 € le litre.

Huile d’olive vierge extra dans le cadre des déterminations physicochimiques et organoleptiques effectuées.

L’acidité oléique est faible, ce qui témoigne notamment d’une bonne qualité des olives avant leur trituration. La faible teneur en esters éthyliques d’acides gras, marqueurs de fermentation du fruit, l’atteste également. Par ailleurs, l’indice de peroxyde est bas, ce qui permet de penser que, stockée dans de bonnes conditions, cette huile devrait plutôt bien se conserver. L’absorbance UV spécifique à la longueur d’onde 232 nm est cependant plus élevée que souhaité (bien que conforme), laissant penser à un début d’évolution de l’huile.

Tous les résultats obtenus pour les paramètres de pureté sont conformes. On ne peut donc pas suspecter la présence d’huiles étrangères dans l’échantillon testé. Les analyses montrent également que l’huile ne contient pas d’huile raffinée.

Côté contaminants, l’échantillon testé ne présente aucune trace des nombreux pesticides recherchés. Des huiles minérales sont présentes, mais à de faibles niveaux. L’analyse des plastifiants montre la présence de DEHA(1). La teneur mesurée est toutefois rassurante.

À la dégustation, c’est une des huiles dont le fruité est le plus prononcé.

(1) Le DEHA (diéthylhexyl adipate) appartient à la famille des adipates. Identifié comme un substitut potentiel du DEHP (un phtalate jugé toxique pour la reproduction et classé perturbateur endocrinien), il ne semble toutefois pas être un candidat idéal du fait de son potentiel toxique.

Domitille Vey

Domitille Vey