Honor 7X

Honor 7X(*5*)

Android 7.0

Mis à jour le : 08/07/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Que Choisir regrette

  • Sensibilité au réseau moyenne
  • Qualité des haut-parleurs moyenne
  • Précision de localisation moyenne
  • Enregistrements vidéo médiocres

Honor, filiale de Huawei, lance son smartphone 7X, un modèle vendu 300 €. Loin des smartphones dépassant les 1 000 €, le 7X est bien équipé avec son écran bord à bord de 5,9 pouces en format 18/9 haute résolution (2160 × 1080 pixels). Il est également doté d’un design en métal fin et compact.

Le 7X fonctionne avec un processeur Kirin 659 cadencé à 2,36 GHz, avec 4 Go de mémoire RAM, 64 Go de mémoire interne et un lecteur de carte mémoire. Il utilise le système d’exploitation Android Nougat (version 7.0) et dispose d’un double emplacement de carte SIM, d’une batterie d’une capacité de 3 340 mAh et d’un lecteur d’empreinte digitale. Il possède également des connexions 4G, Bluetooth 4.1 sans NFC et Wi-Fi 5 GHz. Embarquant un appareil photo frontal de 8 Mpixels et un double objectif arrière de 16 + 2 Mpixels, il filme en haute définition (1920 × 1080 pixels).

Le Honor 7X offre un bon rapport qualité/prix. Il possède un design d’appareil haut de gamme et des caractéristiques intéressantes, mais on regrette l’absence du Bluetooth 5.0 ou de la NFC.

La qualité de construction est jugée bonne. Si l’écran n’est pas sensible aux rayures, on regrette que la face arrière en métal n’y résiste pas. Une housse de protection est conseillée.

Le smartphone passe sans problème le test de chute. En revanche, un premier modèle n’a pas résisté au test de simulation de pluie fine, l’écran ne s’allumant plus. Mais deux autres modèles ont réussi cet essai.

Le smartphone est facile à mettre en service. Un outil est fourni pour ouvrir le compartiment de la carte SIM. Hélas, insérer une seconde carte SIM condamne le lecteur de carte mémoire, et il n’est pas possible de déplacer des applications vers la carte mémoire même après l’avoir formatée.

Un assistant d’installation guide l’utilisateur pas à pas pour la configuration du smartphone et des comptes nécessaires. Si la structure des menus est moins flexible que sur la plupart des smartphones Android, elle est tout de même agencée logiquement. De nombreux écrans d’accueil sont paramétrables. Le lecteur d’empreinte digitale fonctionne correctement pour déverrouiller l’écran d’accueil sans avoir à taper le mot de passe.

Pour un modèle de milieu de gamme, la qualité de l’écran est surprenante. Sans être au niveau des smartphones premium, l’écran du 7X est lumineux, bien lisible et offre une bonne résolution. Son utilisation tactile ne pose pas de problème. Il s’avère précis et très réactif au toucher.

En téléphonie, la sensibilité au réseau n’est que moyenne, mais la qualité audio et la commodité d’emploi sont bonnes. Il est aisé de rechercher un contact, lancer ou recevoir un appel. Même si le smartphone est un peu lourd (166 g), il s’avère confortable à tenir pendant une communication.

L’autonomie est jugée bonne : 20 h 30 d’autonomie sur notre cycle d’utilisation prédéfini pour un temps de charge de 2 h 15.

Le Honor 7X s’en sort plutôt bien en photo. L’appareil photo arrière n’est que moyen car les clichés sont teintés, bruités et manquent de contraste. Mais l’appareil frontal prend des photos nettes, lumineuses, et le flash se montre efficace.

Pour les vidéos, les résultats des tests sont plus décevants. Les images sont floues, saccadées, avec des sauts de luminosité. De plus, l’absence de stabilisateur est préjudiciable. Le son enregistré est également moyen car trop bruité.

Les fonctions SMS et e-mail sont jugées très bonnes, bien aidées par le bel écran et le clavier virtuel très pratique pour la saisie de texte. Le navigateur est très rapide et commode d’emploi.

Enfin, il est possible d’utiliser le 7X comme GPS. Avec les cartes Google Maps, la qualité de navigation est bonne, mais la précision de localisation n’est que moyenne.

Vincent Erpelding

Vincent Erpelding

Rédacteur technique