Fiat 500 1.3 Multijet

Fiat  500 1.3 Multijet

3p - diesel - 75 ch - boîte manuelle - commercialisé en juillet-07

Mis à jour le : 11/07/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Avec son air rétro, la Fiat 500 dispose d’une ligne très sympathique et très agréable à l’œil. Son gabarit est réduit et sa maniabilité importante. Équipée d’un moteur 1.2 de 69 ch, elle est donc très à l’aise en ville, mais se montre un peu moins pertinente sur route. La version 1.4 de 100 ch y est plus à sa place et offre à la 500 davantage de polyvalence. Quant au diesel, avec ses 75 ch, il s’en sort assez bien et garantit de bonnes performances à la petite citadine. À noter la présence d’un filtre à particules. Au quotidien, c’est une voiture agréable à utiliser, dotée de commandes ergonomiques. Si l’équipement des versions de base est moyen, celui offert sur les versions haut de gamme est pléthorique avec, par exemple, l’aide au démarrage en côte. Enfin, malgré sa taille réduite, elle dispose d’une habitabilité assez importante, surtout à l’avant, et d’un coffre appréciable. Côté tenue de route, il est conseillé d’opter, quand cela est possible, pour l’ESP disponible en option.

En résumé : avec sa bouille sympathique et ses dimensions réduites, la Fiat 500 est la citadine par excellence.

Qualité de vie à bord

Qualité de fabrication, finition

L’habitacle est assez bien fini, avec des jeux d’assemblages plutôt bien maîtrisés. Pourtant, certains plastiques s’avèrent sensibles aux rayures. Le compartiment moteur est entièrement caréné, ce qui limite les turbulences aérodynamiques. La charge maximale sur le toit est de 50 kg et la charge utile de 300 ou 310 kg selon les versions.

Les +

Intérieur très convivial et design agréable.

Les portes émettent un son agréable à leur fermeture, et cela même lorsque les fenêtres sont fermées.

Pas d’apparition de grincement ni de vibration désagréable, même sur mauvais revêtement.

Les radars d’aide au stationnement (en option) sont bien intégrés au pare-chocs arrière.

Les -

Manque de protection de la carrosserie (uniquement proposé en option).

Les pare-chocs sont assez mal protégés.

La prise en main des poignées de porte risque, à terme, d’engendrer des griffures sur la carrosserie.

La trappe à carburant doit être ouverte avec la clé de contact.

Roue de secours galette limitant la vitesse à 80 km/h.

Accès et habitabilité

Avec cette ouverture, il est facile de s’installer… à l’avant.

Les arrêts de porte sont un peu insuffisants pour maintenir les battants ouverts dans une position quelconque. On apprécie la fermeture automatique des serrures lorsqu’on s’éloigne de la voiture. La clé de commande n’est pas très pratique et il est facile de confondre ses boutons. La Fiat 500 n’offre que quatre places.

À l’avant

L’accès à l’avant est relativement aisé grâce à des portes qui dégagent une large ouverture. Dommage, les sièges avant ne comportent pas de mémoire de position (option facturée 50 euros). Comme le seuil de porte est relativement bas, l’accès à bord est très facile. Seule l’assise du siège conducteur est réglable en inclinaison. Les sièges manquent de maintien latéral. Les personnes de grande taille (2 m) trouveront facilement leurs aises, mais la console centrale gêne un peu l’espace aux jambes. La largeur aux coudes est également moyenne.

À l’arrière

L’installation aux places arrière est délicate. Les sièges sont fermes, mais manquent de maintien latéral. Manque d’espace pour les jambes et la place est limitée pour des passagers de plus de 1,75 m : si un automobiliste de grande taille est installé à l’avant, leurs genoux tapent dans le dossier de son siège. Manque de garde au toit et de largeur aux coudes.

Coffre

Avec un volume de coffre minimal de 185 l, la capacité est dans la moyenne. Une fois les dossiers arrière rabattus, le volume passe à 465 l : un volume acceptable pour la catégorie.

Les +

Banquette arrière fractionnable en deux parties égales.

La manipulation des dossiers de sièges arrière s’avère très facile.

Le coffre s’ouvre et se ferme sans encombre.

Le coffre dégage une ouverture spacieuse, ce qui facilite le chargement.

Les -

Le rebord de coffre, de 18 cm de haut, élève le seuil de chargement à 70 cm et complique la mise en place des bagages.

Les sièges repliés ne fournissent pas un plancher plat.

Manque d’espaces de rangement (mais ce n’est pas trop gênant au regard de la taille restreinte du coffre).

À défaut d’être immense, le coffre est d’une forme très pratique.

Commandes, instruments, rangements

La nouvelle Fiat 500 est facile à prendre en main : les pédales sont bien placées, le volant réglable en hauteur et le levier de vitesses tombe bien sous la main. La plupart des commandes et des boutons sont facilement accessibles et intuitifs.

Les +

La commande de clignotant à impulsion est appréciable : émission de trois flashes suite à une simple pression sur la manette.

Le réglage de l’ensemble chauffage-climatisation est facilement ajustable. On aurait toutefois apprécié des pictogrammes un peu plus grands pour une meilleure identification des différentes fonctions.

Bonne visibilité de l’autoradio.

Commande à impulsion pour la descente et la montée de la vitre du conducteur.

Bonne précision de réglage des rétroviseurs extérieurs.

L’habitacle possède de nombreux espaces de rangement à l’avant et des aumônières sur les dossiers de siège pour l’arrière.

Les -

Certains boutons de commande de l’autoradio sont trop petits.

Les vitres ne peuvent être commandées que lorsque le contact est mis.

Le cadran multifonction manque de lisibilité en raison d’un contraste trop juste. Seule la jauge à carburant est toujours bien lisible.

Boîte à gants très petite et non éclairée.

Le style intérieur est en phase avec celui de la voiture.

Bruit intérieur

La Fiat 500 n’est pas très silencieuse et le niveau sonore dans l’habitacle est plutôt élevé. Le moteur, quel qu’il soit, est clairement audible, à tous les régimes. Bien sûr, cela empire lorsqu’on monte dans les tours. C’est d’autant plus vrai sur la version diesel. À vitesse soutenue, les bruits aérodynamiques deviennent vite désagréables.

 

Chauffage, ventilation

Le test de chauffage (réalisé dans une chambre climatique à –10 °C) a été plutôt concluant. Le chauffage est rapide et efficace, assurant une bonne montée en température. Du moins à l’avant car, à l’arrière, le délai est plus long. Pour les modèles équipés de la climatisation (manuelle sur Lounge), le contrôle de la température est précis et efficace. Le filtre à pollen est alors monté en série.

Suspensions, amortissement

Deux configurations de suspensions se retrouvent sur la Fiat 500. Ainsi, dans les premières versions, elle est un peu sujette au roulis alors que pour les versions supérieures, elle reçoit un amortissement plus ferme. La 500 1.4 16V de 100 ch est largement la plus ferme des trois modèles testés. Le confort est appréciable en règle générale, mais devient moyen sur des mauvaises routes.

Au volant

Performances

Bien que la voiture approche de la tonne sur la balance, le moteur 1.2 de 69 ch se montre à la hauteur des espérances. Il est toutefois bien plus virulent sur les 3 premiers rapports et s’essouffle un peu par la suite. Pour une accélération franche, il est nécessaire de pousser les rapports pour disposer de toute la puissance. Très performant lorsqu’il est dans les tours, le 1.4 est moyennement agréable à bas régime en raison de son manque de couple. Avec 75 ch, le diesel est puissant et permet de bonnes accélérations. Il se conduit sans soucis dans toutes les circonstances.

Agrément moteur

Les moteurs tournent de façon régulière, sans à-coups ni vibrations, et ce à tous les régimes. Le 1.2 émet toutefois un bourdonnement lorsqu’il monte dans les tours. Le couple à bas régime est moyen, ce qui limite la nervosité. Le 1.4, lui, ne vibre pas et émet un bruit agréable. Quant au diesel, il est assez agréable à bas et moyen régimes, mais émet des vibrations à aux régimes plus élevés.

Changements de rapport

Le changement des 5 ou des 6 rapports se fait sans souci et tout en douceur. Le déplacement du levier de vitesses est court, ce qui favorise l’engagement des rapports. La marche arrière est équipée d’un système de sécurité par une bague située sur le levier de vitesses, évitant tout passage inopiné. Attention à ne pas manipuler le levier trop vite pour être certain d’engager le bon rapport.

Étagement des rapports

Dans tous les cas, les rapports sont assez longs, ce qui permet de limiter le régime moteur sur route et donc de favoriser la consommation. En revanche, avec l’essence 1.2, cela oblige le conducteur, au moment d’un dépassement par exemple,  à rétrograder pour disposer d’une bonne accélération.

Tenue de route

La tenue de route est excellente, tout comme la stabilité directionnelle. La voiture n’est pas très sensible aux ornières ni au mauvais revêtement de la route et conserve bien son cap. L’ESP, disponible en option sur certaines finitions, est toutefois vivement recommandé et sera salvateur dans les phases d’évitement rapide. Très sensible et efficace, ce système aide bien le conducteur à rester sur la bonne trajectoire. De son côté, l’antipatinage est assez brutal sur revêtement glissant et son intervention n’est pas très confortable.

Virages

Bonne aptitude en virage pour la Fiat 500. La voiture n’est pas trop sensible au lâcher d’accélérateur en courbe et conserve sa trajectoire. L’intervention de l’ESP, le cas échant, est parfois un peu brutale mais arrive au bon moment. On ne ressent pas trop de changement entre la conduite à vide et en charge.

Direction

La direction précise possède une bonne assistance adaptée à un usage urbain. Sur route, elle offre un agréable ressenti de la chaussée au conducteur. Avec son diamètre de braquage de 10 m en version à essence 1.2, la Fiat 500 est très maniable. En revanche, en version 1.4 essence et 1.3 diesel, elle est beaucoup moins maniable avec un diamètre de braquage qui atteint les 11,7 m. La commande City permet de disposer d’une assistance de direction encore plus puissante pour des manœuvres en toute tranquillité.

Freinage

La distance d’arrêt pour la petite Fiat est de 37,5 m depuis 100 km/h avec le moteur 1.2 et de 36,5 m avec le diesel. La distance se raccourcit encore avec la version 1.4 et passe à 36 m. Le freinage est stable et conserve son efficacité dans le temps. La commande est précise et très réactive grâce à l’amplification de la puissance en cas de freinage d’urgence. Cela permet de bénéficier de toute la puissance de freinage et de réduire la distance d’arrêt.

Champ de vision

La visibilité est plutôt satisfaisante grâce à des piliers assez étroits. Seuls les montants arrière sont un peu larges et réduisent la visibilité de trois quarts arrière. La position légèrement surélevée du conducteur lui confère un large champ de vision vers l’avant. La vision vers l’arrière est assez bonne, notamment grâce à des appuie-tête presque entièrement escamotables, mais la forme du hayon limite la perception des obstacles placés près du sol. Les rétroviseurs extérieurs chauffants sont efficaces. En option, la voiture peut recevoir un rétroviseur intérieur électrochrome ainsi qu’une aide au stationnement arrière, efficace mais désagréable à l’usage.

Les montants arrière ne sont pas trop gênants pour la visibilité.

Sécurité

La Fiat 500 a été testée en 2007 par l’Euro NCAP. Son test n’a pas été remis à jour et ne comporte pas les évaluations instaurées à partir de 2009. Lors de son jugement, elle a obtenu un score maximal de 5 étoiles en matière de protection des occupants adultes..

Équipements montés de série

ABS, amplification de la force de freinage, ESP (en option), sept airbags (de genoux pour le conducteur, frontaux conducteur et passager, latéraux et rideaux) : la Fiat 500 est une citadine bien équipée en matière de sécurité.

Protection des adultes

Avec le score maximal de 5 étoiles pour la protection des occupants adultes installés à l'avant du véhicule, la Fiat 500 est très bien placée en matière de sécurité passive. Son habitacle ne s’est pas trop déformé au moment du crash frontal. L’airbag de genoux s’est avéré efficace tout comme les frontaux, pour les occupants de grande et petite taille, et cela quelles que soient les positions de réglage des sièges. Le tableau ne présente aucune arête ou protubérance risquant de blesser les jambes des occupants avant. Les appuie-tête avant se sont montrés efficaces pour des passagers de 1,90 m et seulement de 1,70 m pour l’arrière. En revanche, leur forme ronde manque d’agrément. Le rappel de non-bouclage de ceinture de sécurité est visuel et sonore. Les poignées sont assez résistantes pour supporter les efforts nécessaires au déblocage des portes après un accident.

Protection des enfants

Avec 3 étoiles sur 5, la protection des enfants n’est pas extraordinaire. Lors du choc latéral, la tête du mannequin de l’enfant de 3 ans n’a pas été bien retenue par le siège et est venue taper contre le second siège enfant, celui du mannequin de l’enfant de 18 mois. Si l’airbag passager se déconnecte facilement pour l’installation d’un siège enfant à l’avant, les informations fournies au conducteur au sujet du statut de l’airbag ne sont pas claires. À l’arrière, la présence de fixations Isofix facilite le montage mais l’indication de leur présence n'est pas évidente. Il est également possible de maintenir le siège enfant avec les ceintures de sécurité à 3 points, car ces dernières sont assez longues.

Protection des piétons

Le résultat est moyen concernant la protection des piétons avec seulement 2 étoiles sur 4. La faute à un capot relativement court qui ne donne pas beaucoup de possibilité pour assurer une protection correcte des piétons. L’avant du capot n’a marqué aucun point en matière de protection des jambes.

Environnement

La consommation moyenne du moteur 1.2 est de 5 l/100 km. En usage urbain, elle est de 6,1 l/100 km, puis de 3,9 l/100 km en usage extra-urbain et enfin de 5,9 l/100 km sur autoroute. Le 1.4 demande en moyenne 6,8 l/100 km. Dans le détail, la consommation passe à 8,4 l en ville, 5,5 l en usage extra-urbain et 7,4 l sur autoroute. Pour le diesel, la consommation moyenne est de 5 l/100 km, de 5,3 l/100 km en usage urbain, de 3,6 l/100 km en usage extra-urbain et de 7 l/100 km sur autoroute. Le diesel est équipé en série d’un filtre à particules.

À noter que Fiat propose un système d’aide à la conduite économique, l’Eco Drive, permettant de mieux maîtriser sa consommation.

Le véhicule en résumé

Type de véhicule : Citadine

Carrosseries disponibles : 3 portes, cabriolet

 

Les +

Facilité de prise en main et d’utilisation

Espace à l’avant généreux

Ergonomie, notamment du levier de vitesses

Freinage efficace

Tenue de route sans reproche (avec ESP)

Équipement assez complet

 

Les –

Prix d’achat élevé

ESP en option

Sécurité des piétons

Yves Martin, Septembre 2010.

Yves Martin

Yves Martin

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique