Renault Clio IV TCe 90 Energy eco2

Renault Clio IV TCe 90 Energy eco2

5 portes - Essence - 90 ch - Boîte manuelle - Commercialisé en juillet 2012

Mis à jour le : 15/11/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Que Choisir regrette

  • Vitres arrière manuelles
  • Visibilité vers l’arrière
  • Manque de volume à l'arrière

La Renault Clio 4 inaugure le nouveau style du constructeur qui passe par une toute nouvelle face avant affichant un logo surdimensionné. Celle nouvelle mouture se remarque également par l’intégration des poignées de portes arrière dans les montants supérieurs.

La version essence TCe 90 ch que nous avons testée est équipée d'un petit moteur à trois cylindres d'un litre. Ce dernier s'est montré agréable, assez sobre et suffisamment performant pour la voiture. Cette motorisation est déclinée en deux versions, l'une affichant un taux d'émission de CO2 de 105 g/km et l'autre, pour 200 euros de plus, de 99 g/km. Côté confort, l'habitacle est accueillant et il possède un volume avant exceptionnel pour la catégorie. Dommage qu'il manque de rangements. Le châssis, sportif, est un peu raide mais assure une tenue de route de très haut niveau.

Carrosserie, coffre, autonomie

Extérieur, carrosserie

L’extérieur offre un choix de 5 variantes, de 2 ou 4 aspects de jantes selon leur taille et de 3 décors de toit. Pour faciliter le choix, Renault propose sur son site Internet un configurateur très simple d’utilisation qui permet de visualiser la voiture en fonction des options de personnalisation sélectionnées. Une aide précieuse tant pour se faire une idée précise du résultat final que pour connaître les prix exacts des options. Il faut néanmoins savoir que certaines, comme l’habitacle bicolore ou les éléments laqués, sont gratuites.

L'assemblage de la carrosserie est réalisé avec soin, même si on remarque quelques soudures inesthétiques et des ajustements parfois perfectibles.

Coffre

Le coffre est de forme pratique et possède l'avantage d'être peu profond, ce qui permet d'attraper facilement les objets placés contre la banquette. Mais son accès n'est pas des plus aisés à cause de la hauteur du seuil (74 cm) et de la distance qui le sépare du plancher (30 cm qu’il faudra dépasser pour décharger). Le volume du coffre est supérieur à la moyenne pour une citadine, avec 285 litres mesurés jusqu'au bas des parties vitrées. Le volume passe à 525 litres une fois la banquette arrière rabattue.

La roue de secours, optionnelle, ne réduit pas le volume car elle est placée dans un logement spécifique situé sous la voiture. Pratique mais un peu risqué car elle peut être démontée très facilement.

L'ouverture et la forme du coffre sont pratiques. Notez les deux points de fixation pour sangle antirotation Isofix.

Avec la banquette rabattue, le plancher n'est pas continu.

Capacités, autonomie

Avec 865 km, l'autonomie mesurée est très satisfaisante. Le toit peut supporter une charge classique de 80 kg mais la charge totale maximum n'est que de 450 kg. Sa petite taille permet à la Clio 4 de se faufiler facilement dans le trafic urbain, mais son diamètre de braquage est trop élevé pour une citadine (11 m) et limite la maniabilité.

Champ de vision, éclairage

La Clio 4 est jugée moyenne sur ce critère.

Le champ de vision à 360° est perfectible et la Clio 4 est particulièrement handicapée par la visibilité de trois quart arrière à cause des deux massifs montants qui abritent une minuscule vitre. En plus de cela, l'encombrement du véhicule vers l'arrière est difficile à appréhender. Le conducteur doit alors se reposer sur l’indispensable radar de recul optionnel pour éviter tout dommage à la carrosserie. C’est regrettable pour une citadine dont l’usage suppose de nombreuses manœuvres.

Champ de vision à 360° de la Clio 4.

Les larges montants arrière empiètent sur le champ de vision.

En revanche, le capot plongeant étant quasiment invisible par le conducteur, les obstacles à l'avant sont parfaitement repérés.

Les rétroviseurs extérieurs offrent un bon champ de vision, contrairement à celui de l'intérieur, très décevant.

L'éclairage xénon, les feux directionnels et l'éclairage d'angle ne sont malheureusement pas disponibles sur la Clio 4, alors que l'éclairage halogène est à peine suffisant, notamment par mauvais temps.

Habitacle

Poste de conduite

Poste de conduite simple et ergonomique.

En s’installant à la place du conducteur, nous avons apprécié la simplicité de l’organisation des différentes commandes. Déjà, le volant ne reçoit que celles du régulateur de vitesse, ce qui permet de prendre tout de suite ses marques. Tout ce qui concerne la climatisation et le chauffage est regroupé sur la console centrale, de manière assez accessible même si les commandes sont un peu basses. Le système multimédia Media Nav intégrant radio, kit mains libres Bluetooth, navigation… s’avère très intuitif et facilement programmable grâce à son écran tactile précis et d’une bonne sensibilité. À noter que le système multimédia connecté R-Link permet de disposer des informations trafic en temps réel et d’avoir accès à Internet.

Le combiné d'instruments se maîtrise rapidement.

Le combiné d’instruments est également très lisible et n’est pas trop surchargé d’informations. L'indication de la température du moteur fait cependant défaut : seul un voyant indique que le moteur est encore froid, ce qui signifie qu'il faut le ménager jusqu'à son extinction. Précisons que la Clio 4 dispose d’un indicateur de changement de vitesse de série, un équipement devenu obligatoire pour tous les nouveaux véhicules commercialisés depuis le 1er novembre 2012 et censé aider le conducteur à adopter une écoconduite. Une alarme signale l'ouverture du coffre ou d'une porte, sans toutefois indiquer laquelle.

Intérieur

La Clio 4 offre un intérieur chaleureux, gai et accueillant. Un intérieur que chacun pourra d’ailleurs personnaliser à son gré en choisissant entre 7 décors et 4 ambiances différentes. La qualité d'assemblage est d'un bon niveau. Les éléments en plastique laqués sont flatteurs et agréables au toucher, mais nous émettons des réserves sur leur tenue correcte dans le temps, notamment ceux placés aux endroits les plus exposés comme les contre-portes et sur le volant.

Nous avons été désagréablement surpris de voir que les vitres arrière, même en finition haut de gamme, sont à commande manuelle et que seule la vitre du conducteur possède une commande à impulsion (en option). Cela semble un peu pingre aujourd’hui. Si, de prime abord, l’espace de rangement aménagé au-dessus de la boîte à gants ne nous a pas semblé très pratique, nous avons été convaincus à l’usage. Grâce à son revêtement antidérapant, il est en effet possible d’y poser un téléphone sans qu’il ne glisse à chaque virage ni ne tombe par terre. Il sera donc d’autant plus appréciable que cette Clio manque d’espaces de rangement. En effet, la boîte à gants non éclairée n'est pas vraiment gigantesque, un seul mini espace est situé devant le levier de vitesses et les bacs des portières sont assez réduits.

Habitabilité

Le volume de l'habitacle avant est impressionnant, ce qui permet à des personnes mesurant 2 m de s'installer sans aucun problème. La largeur est particulièrement importante, ce qui est assez rare pour cette catégorie de véhicule. À l'inverse, l'arrière est plus exigu. Bien sûr, à bord d'une citadine, on ne peut s'attendre à trouver une place confortable au milieu de la banquette, et la Clio 4 ne fait pas exception. Mais les places latérales manquent elles aussi de confort à cause des garnitures de portes trop encombrantes et de la faible garde au toit sur les côtés.

Confort

Suspensions et châssis

Le châssis sportif dont est dotée la Clio 4 est très rigide. Mais son faible empattement, combiné à la faible course des suspensions, induit des transferts de charges fréquents entre les trains avant et arrière ce qui provoque un tangage permanent du véhicule. Un phénomène qui peut devenir pénible lors des longs trajets ou lors du franchissement de tronçons de route de surface irrégulière. Sur route, cela s’arrange car les suspensions gèrent beaucoup mieux les débattements plus importants. Les imperfections isolées de la chaussée (comme par exemple les plaques d'égout) sont, par contre, très bien amorties. Au final, sur un revêtement de mauvaise qualité, les vibrations émises par l'habitacle restent tolérables. Enfin, en virage, le véhicule ne prend pour ainsi dire pas de roulis.

Sièges

Le confort des sièges est correct. Celui du conducteur est réglable en hauteur, mais pas celui du passager. À l'avant, les sièges assurent un bon maintien latéral, malgré un rembourrage manquant un peu de rigidité, et le support lombaire est insuffisant. De même, l'assise est un peu courte. À l'arrière, le maintien latéral est quasi inexistant : l'assise est bien dessinée mais le dossier manque de relief. Néanmoins, les places arrière sont assez confortables pour une citadine.

Bruit

Si le moteur est assez discret, le bruit intérieur est plutôt élevé : bruit de roulement des pneumatiques, bruit de l'eau projetée dans les passages de roues sur route mouillée, bruit du vent qui devient important à grande vitesse. Ainsi, à 130 km/h, nous avons mesuré 70,8 dB(A) dans l'habitacle, ce qui est au-dessus des valeurs habituellement constatées.

Chauffage et ventilation

Le résultat est globalement moyen. La température souhaitée est atteinte dans un délai assez raisonnable (en chauffage ou climatisation) mais la régulation est médiocre. De plus, le choix des réglages des flux d'air est limité.

Moteur et transmission

Le petit moteur à essence turbo-compressé de 90 ch est suffisant pour tracter la Clio 4 avec énergie dans la plupart des situations. Le passage de 60 à 100 km/h (simulation de dépassement) se fait en 8,1 secondes et la motorisation est relativement souple. Mais, si elle est globalement plutôt silencieuse, elle bourdonne fréquemment à bas régime et transmet des vibrations au volant, au levier de vitesses et aux pédales.

La boîte de vitesses manuelle à 5 rapports est correcte mais manque un peu de finesse. La précision est en effet moyenne et le passage des rapports parfois un peu rude. De son côté, l'embrayage manque de sensibilité. Au final, un rapide passage de rapport provoque souvent des saccades du châssis. Le passage de la marche arrière n'est pas très souple et accroche parfois, même depuis l'arrêt.

Les rapports sont bien étagés par rapport aux performances du moteur, mais un 6e rapport aurait été appréciable pour les parcours autoroutiers puisque le régime moteur grimpe à 3 500 tr/min à 130 km/h en 5e. L'indicateur de changement de vitesse (équipement obligatoire pour tous les nouveaux véhicules commercialisés depuis le 1er novembre 2012) recommande un rétrogradage assez précoce, ce qui ne va pas tellement dans le sens d'une écoconduite.

Comportement routier

Tenue de route, direction

La tenue de route est excellente, avec une légère tendance au sous-virage. Le véhicule est contrôlable même dans les situations les plus cauchemardesques, notamment grâce à un ESC très efficace.

Les 11 m de diamètre de braquage constituent un handicap pour une citadine – un mètre de moins serait parfait. Néanmoins, la direction assistée est bien démultipliée et rend les manœuvres aisées. Le revers de la médaille est le manque de retour. Le conducteur ressent alors parfois une sensation de « flottement » sur la route. La direction reste précise et réactive même pour des petites sollicitations.

Freinage

Le freinage est puissant, modulable et stable, malgré le court empattement du châssis. Lancée à 100 km/h, notre voiture test s'est arrêtée en seulement 36,1 m (moyenne des 10 mesures successives).

Sécurité

L’équipement de sécurité proposé de série sur toutes les versions est particulièrement riche et comporte l’ESC (Electronic Stability Control), le freinage antiblocage (ABS), l’aide au freinage d’urgence (AFU) et 6 airbags. À cela s'ajoutent différentes aides à la conduite comme le rappel (visuel et sonore) de bouclage des ceintures de sécurité (SBR) pour tous les passagers et le limiteur et régulateur de vitesse. La Clio 4 a par ailleurs très bien réussi son passage au crash test et obtient la note maximale de 5 étoiles, avec :
- 88 % pour la protection des adultes ;
- 89 % pour la protection des enfants ;
- 66 % pour la protection des piétons ;
- 99 % pour l'aide à la sécurité.

Environnement

La version de notre essai est annoncée pour un taux d'émission de CO2 de 105 g/km, mais elle existe également en version « écologique » avec un taux annoncé de 99 g/km. Nous avons mesuré 120 g/km de CO2 sur notre parcours spécifique qui est plus sévère que le test normalisé.

Grâce au système Stop & Start qui coupe le moteur à l'arrêt, la Clio 4 TCe 90 ch ne consomme que 5,7 l/100 km de sans plomb en environnement urbain. C'est sur route où elle se montre la plus sobre, avec 4,5 l/100 km. Sur autoroute, la consommation est également modérée pour un moteur à essence avec un peu moins de 6,4 l avalés aux 100 km. En moyenne, nos mesures relèvent une consommation de 5,2 l/100 km. En outre, les émissions des rejets polluants sont très faibles.

Yves Martin

Yves Martin

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique