Peugeot 5008 2.0 HDi 150

Peugeot 5008 2.0 HDi 150

5 portes - Diesel - 150 ch – Boîte manuelle – Commercialisé en novembre 2013

Mis à jour le : 01/06/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Que Choisir regrette

  • Ergonomie du poste de conduite ;
  • Maniabilité en ville.

Lancé en 2009, le Peugeot 5008 a subi son premier restylage fin 2013. Le représentant de la marque Sochalienne dans la famille des monospaces compacts rattrape ainsi le retard qu'il avait sur ses deux principaux concurrents, les Renault Scénic et Citroën C4 Picasso, eux-mêmes liftés début 2013. Le nouveau 5008 arbore désormais une ligne plus dynamique tout en gardant un air de famille bien marqué, mais conserve un intérieur quasiment identique.

Le nouveau 5008 (à gauche) adopte une ligne plus dynamique que son devancier (à droite).

Nous avons testé la version équipée du moteur 2.0 HDi 150 ch à boîte de vitesses manuelle (6 rapports). Qualité de fabrication et habitabilité sont au rendez-vous. La motorisation est agréable et dynamique, et le niveau de confort est satisfaisant, tout comme la tenue de route. Le poste de conduite mériterait quelques améliorations au niveau de l'ergonomie, mais nous avons apprécié l'affichage tête haute installé de série dès l'entrée de gamme. La consommation et surtout le taux de CO2 ne sont pas particulièrement bas : un système Stop & Start serait le bienvenu. En ville, la direction très légère permet de manœuvrer sans effort, mais le diamètre de braquage important limite la maniabilité. Compact mais familial, le 5008 peut recevoir en option une troisième rangée de 2 sièges escamotables dans le plancher.

En donnant un coup de jeune à son 5008, Peugeot fait le minimum syndical pour maintenir son monospace dans l’air du temps. La bonne nouvelle est que ces petites retouches ne se traduisent pas par une augmentation de prix et la gamme 5008 commence à 23 200 euros (29 800 euros pour la version testée), soit 1 300 euros de moins que le Grand Scénic et 1 250 de moins que le Citroën C4 Grand Picasso. Un avantage financier qui aide à accepter les petits défauts qui n’ont pas été corrigés.

Carrosserie, coffre, habitacle

Carrosserie, accès à bord

La qualité de fabrication est d’un très bon niveau, avec quelques détails perfectibles. Par exemple, les pare-chocs peints sont coûteux à la réparation, d’autant plus que l’arrière devra être remplacé en un seul morceau. Et si le compartiment moteur est bien cloisonné, évitant turbulences et projections, le reste du soubassement n'est pas aérodynamique. On regrette que le bouchon de remplissage du réservoir doive être ouvert à l’aide de la clef.

Nous apprécions par contre les ouvertures de portes bien protégées des salissures et la présence de barres de seuil anti-rayures éclairées (1) à l'avant.

L'ouverture des portes se fait grâce à un verrouillage centralisé classique à télécommande. L'accès aux places est aisé malgré la grande largeur du seuil des portes, car ceux-ci ne sont pas trop hauts, les ouvertures sont larges et les sièges sont à une hauteur bien adaptée. Attention toutefois au pare-brise, très incliné, dont le montant peut être un obstacle pour la tête des personnes de grande taille. Pour accéder à la 3e rangée de sièges, il faut rabattre les sièges de la 2e rangée, ce qui libère un passage suffisant mais qui pourrait être plus large.

L'accès à bord est très aisé.

Habitacle

Si les changements s’opèrent à l’extérieur du nouveau Peugeot 5008, l’habitacle ne bénéficie d’aucune transformation notable. Il demeure bien fini et les matériaux, bien assemblés, sont très agréables au toucher. Les écarts entre les différents éléments de la planche de bord sont réguliers et la finition est soignée. L’intérieur utilise des matériaux de haute qualité avec notamment un tableau de bord partiellement moussé. Les éléments en aluminium et les surfaces brillantes confèrent au 5008 un aspect très chic. On note toutefois quelques petits défauts avec la vibration de certains plastiques et la présence d'éléments sensibles aux rayures.

Le 5008 nouvelle mouture ne change pas en termes d’habitabilité et les possibilités de modularité restent nombreuses. Chaque rangée de sièges peut en effet être repliée pour adapter le volume de chargement à ses besoins. Les sièges indépendants de la 2e rangée sont réglables longitudinalement et en inclinaison au niveau du dossier. Le siège du passager avant possède un dossier rabattable qui se transforme en tablette (sauf pour la finition Access). Grâce aux dimensions généreuses du monospace, la place disponible à l’arrière est suffisante pour que trois occupants trouvent leurs aises. Au 3e rang, l'espace est plus réduit et les 2 places ne peuvent accueillir que des personnes mesurant moins de 1m75 dans des conditions de confort décentes. À l'avant, le volume est très appréciable grâce à la largeur exceptionnelle de l'habitacle. L'espace pour les jambes permet d'accueillir des personnes de 1m90 avec encore une bonne garde au toit. Seule la grosse console centrale restreint un peu le volume inférieur.

L'habitacle est équipé de nombreux espaces de rangement : dans la console centrale, sous le siège du conducteur, sous la colonne de direction et dans les portes avant qui disposent de vide-poches volumineux ; à l'arrière : présence de poches aumônières au dos des sièges avant, petits vide-poches dans les portes, tablettes aviation et espaces dans le plancher. Notons que la boîte à gants est de taille réduite et qu'elle n'est éclairée qu'avec le contact. Chaque place latérale dispose d'une liseuse, en option pour la 3e rangée de sièges. Chacun des passagers arrière (2e rang) installés aux places latérales peut aussi disposer, en option (pack Vidéo), d'un écran 7" et d'écouteurs Bluetooth permettant de regarder des vidéos.

Le toit panoramique en verre (non disponible en version Access) apporte une luminosité appréciable et une sensation de volume encore accrue. Il peut être occulté par un vélum électrique si nécessaire. Seul inconvénient, il réduit la garde au toit des places de la 2e rangée.

Poste de conduite

Volant (réglable), levier de vitesses (placé assez haut) et pédales sont bien distribués. De même, les instruments se trouvent dans le champ de vision du conducteur, qui bénéficie en plus du traditionnel affichage tête haute. Installé de série sur toutes les versions du 5008, c'est un classique pour les monospaces Peugeot, que l’on retrouve aussi sur le 3008 et qui reçoit désormais la couleur pour les indications de navigation. L'écran peut aussi être escamoté, selon les envies du conducteur.

Au premier abord, le cockpit paraît compliqué à cause des nombreux petits boutons présents sur la console centrale. Passée une petite période d'adaptation, il s'avère que les fonctions principales sont simples d'utilisation mais pas toujours intuitives et l'ergonomie est perfectible. Le GPS (1) est assez délicat à programmer, la gestion des stations de radio un peu complexe et on confond souvent la molette centrale avec le réglage du volume. De même, l’interrupteur de commande du rideau pare-soleil de toit (1) est assez mal placé et est difficilement accessible lorsque l’accoudoir est déployé. C’est d’autant plus regrettable que le constructeur de Sochaux est capable de simplifier la vie du conducteur comme nous le soulignions lors de notre prise en main de la nouvelle 308.

Le volant, au contraire, est dépourvu de toute commande, mais il cache des satellites placés de part et d'autre. Invisibles pour le conducteur, il faudra donc bien les mémoriser avant de prendre la route car il n’est pas rare de s’emmêler les pinceaux en voulant changer de station de radio ou en voulant régler le régulateur de vitesse. De même, le fait de placer toutes les commandes sur des manettes limite les possibilités. Par exemple, l’affichage des indications de l’ordinateur de bord se fait par un unique bouton poussoir situé à l’extrémité de la manette droite (celle de commande des essuie-glaces). Chaque impulsion permet alors de modifier le thème indiqué (consommation, navigation…). Sauf qu’il est impossible de revenir en arrière. Ainsi, dès que l’on change une information, il faut « refaire un tour » pour revenir à la précédente. C’est long et peu pratique.

Enfin, notons que le levier permettant le réglage lombaire du siège conducteur (sauf sur finition Access), est difficile d'accès à cause de sa position haute.

Commandes et instruments sont bien placés mais l'ergonomie en général est perfectible.

Affichage tête haute fort appréciable, et écran du GPS (1).

La console centrale est un peu surchargée de boutons.

Champ de vision, éclairage

La position en hauteur du conducteur permet d'avoir une bonne vue sur le trafic. Le champ de vision à 360° est également satisfaisant, y compris de trois quarts arrière où les montants ne sont, pour une fois, pas trop larges. La perception des obstacles proches à l'avant et à l'arrière est juste correcte ; en cause pour l'arrière : la hauteur de la lunette. Aides au stationnement avant et arrière et caméra de recul optionnels (1) sont alors d'une grande aide pour les manœuvres en ville, d'autant plus que le 5008 n'est pas particulièrement maniable. À noter que la caméra de recul indique si la place est suffisante pour se garer et matérialise l’emplacement final de la voiture par des traits de couleur.

Les rétroviseurs extérieurs procurent une bonne visibilité mais sont dépourvus de système couvrant les angles morts.

L'éclairage à ampoules halogènes classique équipe le 5008 de série, mais le haut de gamme (Allure) peut être muni de projecteurs bi-xénon directionnels qui sont d'une excellente efficacité.

Champ de vision diagonal arrière correct.

Coffre

Le coffre volumineux est facile d'accès grâce à la grande ouverture verticale et rectangulaire, et à la position de la barre de seuil qui se trouve à seulement 60 cm du sol. Le décrochement entre plancher et seuil est faible donc l'effort à fournir pour décharger le véhicule sera limité.

Avec la 3e rangée de siège, il ne compte que 110 l. En configuration 5 places classique, il offre un volume respectable de 435 l et en escamotant les 2e et 3e rangées de siège, il atteint 950 l (mesures effectuées jusqu'à la base des parties vitrées). Chargé jusqu'au plafond, on obtient le volume record de 1760 l.

L'escamotage des places arrière (2e rangée) ne peut être réalisé que depuis l'habitacle mais le procédé est simple et sans effort.

L'éclairage du coffre est efficace grâce à ses deux lampes dont l'une est nomade en finition Allure. Par contre, le coffre possède peu d'aménagements destinés au rangement de petits objets.

Coffre avec et sans les 2 places supplémentaires du 3e rang.

Volume maximal disponible : 1760 l (chargé jusqu'au plafond).

Confort

Suspensions et châssis

Le confort général, pour tous les occupants avant, arrière et même ceux de la troisième rangée, est à mettre au profit de suspensions efficaces. Elles ont toutefois montré leurs limites lors des défauts de faible envergure (raccords, plaques d’égout ou ralentisseurs rainurés). Un peu trop fermes dans ces conditions, elles transmettent alors de petites secousses dans l’habitacle. Sur les rues pavées, les vibrations sont nettement perçues au niveau du volant, en plus du bruit émis, mais tout en restant supportables.

Sièges

Le confort des sièges avant est d’un bon niveau et les occupants sont assez bien lotis. Ils assurent un bon maintien et sont réglables en hauteur, en inclinaison et au niveau des lombaires (1). Ils disposent également d'accoudoirs (sauf en finition Access). L'assise est toutefois un peu courte. Leurs différents réglages permettent de trouver une bonne position qui rendra les longs trajets agréables. À l'arrière (2e rangée), les sièges offrent une position satisfaisante, avec une assise un peu trop courte cependant. Le faible relief des mousses n'empêche pas d'assurer un maintien convenable. Les sièges de la 3e rangée (option à 710 euros avec les rideaux pare-soleil) sont, eux, juste confortables. Ils possèdent un dossier et une assise trop courts et sans relief, et ne procurent que peu de support.

Bruit

L'habitacle du 5008 est bien insonorisé, comme en témoigne notre mesure de bruit à 130 km/h de seulement 66,9 dB(A). Le moteur Diesel reste discret sauf lors des accélérations.

Chauffage et ventilation

La climatisation est livrée de série, manuelle pour la finition Access, et automatique bi-zone pour les 2 autres niveaux de finition. La version automatique que nous avons testée est bien placée mais son accès est partiellement obstrué par le levier de vitesses. Son utilisation est intuitive, mais les boutons sont un peu petits.

Les occupants de la 2e rangée de sièges disposent d'aérateurs qu'ils peuvent régler eux-mêmes.

La montée en température est plutôt lente, à l'avant comme à l'arrière.

Moteur et transmission

Le moteur Diesel de 2.0 HDi 163 ch nous avait séduits lors de notre prise en main de la 5008. La version 2.0 HDi 150 ch de ce test est tout aussi agréable et presque aussi dynamique. Très souple en 4e et 5e vitesses, la motorisation conserve encore une bonne réserve de puissance en 6e vitesse. À 130 km/h, le régime qui reste modéré (2500 tr/min) autorise des reprises suffisamment vives pour les dépassements.

De discrètes vibrations du moteur sont perçues en permanence dans la cabine mais sans jamais devenir gênantes. Par contre, les accélérations à bas régime amplifient ce phénomène.

La boîte de vitesses aux rapports bien étagés est un peu dure et le passage des vitesses se durcit encore quand le régime augmente ; toutefois, les rapports sont passés aisément, bien que le levier manque un peu de précision. La marche arrière protégée par un détrompeur s'enclenche sans accroc même lorsque le véhicule avance encore. L'embrayage informatif facilite les démarrages, et pour être parfait, le 5008 dispose aussi d'une aide au démarrage en côte, du contrôle de traction et d'un frein de parking électronique qui se commande manuellement ou qui se déverrouille automatiquement dès que l'on accélère.

Comportement routier

Le 5008 possède une bonne stabilité directionnelle. Les changements de file brusques ou les manœuvres d'évitement provoquent des oscillations du train arrière qui mettent un peu de temps à se stabiliser. En situation limite d'accroche dans les virages, le châssis a tendance à sous-virer et l'ESP intervient docilement pour corriger la trajectoire ; l'action est réellement plus musclée dans les situations d'urgence (contre-braquage par exemple).

La direction très assistée restitue très peu le contact avec la route mais elle se manie sans effort. Il en résulte de fréquentes corrections dans les longs virages. Elle devient plus informative pour des sollicitations au volant plus marquées. Avec 12,4 m, le diamètre de braquage est un peu grand : en ville, le 5008 n'est pas ce que l'on appelle un véhicule maniable !

Le freinage est très efficace, avec seulement 36,4 m pour arrêter les 1660 kg (conducteur inclus...) lancés à 100 km/h.

Sécurité

Depuis le restylage de 2013, le 5008 n'a pas subi de changement de fond sur le volet de la sécurité ; il reçoit toutefois quelques nouveautés avec l'assistance au démarrage en côte. Cette aide maintient le freinage pendant deux secondes après que le conducteur ait relâché la pédale de frein. De même, l’antipatinage ASR intègre désormais une fonctionnalité supplémentaire, le Snow Motion, un système intelligent permettant de démarrer et de progresser efficacement sur des routes verglacées ou enneigées. Pour protéger les occupants en cas d’accident, le monospace est toujours doté de six airbags : deux frontaux, deux latéraux et deux rideaux. Ceux-ci couvrent même la dernière rangée de sièges sur la version 7 places. Le résultat des crash tests Euro NCAP réalisés sur l'ancienne version sont encore valables pour le nouveau 5008, qui obtient ainsi 5 étoiles selon le protocole 2013, et :
- 88 % pour la protection des occupants adultes ;
- 77 % pour la protection des enfants ;
- 72 % pour la protection des piétons ;
- 70 % pour l'aide à la sécurité.

Environnement

La consommation moyenne de gazole est mesurée à 5,5 l/100 km, ce qui est raisonnable mais le taux de CO2 émis au km, de 146 g, est plutôt élevé. En ville, le 5008 2.0 HDi 150 avale 6,3 l/100 km : un système Stop & Start aurait été le bienvenu pour limiter son appétit.

Les émissions de rejets polluants sont faibles à l'exception des NOx (oxydes d'azote), un peu élevés sur autoroute.

Notes

(1) Série, option ou non disponible, selon le niveau de finition.

Yves Martin

Yves Martin

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique

:

Crash Test

Évaluations
Résultat
Protection des occupants adultes
Protection des enfants
Protection des usagers de la route vulnérables
Aide à la sécurité