Toyota Verso 112 D-4D 7pl

Toyota Verso 112 D-4D 7pl

5 portes - Diesel - 112 ch – Boîte manuelle – Commercialisé en janvier 2014

Mis à jour le : 01/06/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Que Choisir regrette

  • Grand diamètre de braquage ;
  • Prix d'achat.

Présenté en 2009, le monospace japonais Toyota Verso s'adresse exclusivement au marché européen. Il a d'ailleurs été dessiné en France et est construit en Turquie. Après un restylage début 2013, le Verso se voit à nouveau mis au goût du jour avec des changements esthétiques minimes, quelques évolutions au niveau des logiciels (notamment le système de navigation Touch&Go 2) mais surtout avec l'apparition du nouveau moteur Diesel 112 D-4D développé par BMW qui équipe notre voiture de test. Le Verso est par ailleurs proposé en versions à essence avec les moteurs 132 VVT-i et 147 VVT-i de 1.6 l de cyclindrée. En 5 ou 7 places, 4 niveaux de finition sont disponibles : Active, Feel, Feel SkyView (avec toit panoramique) et Style. En septembre 2015, le prix de l'entrée de gamme en version diesel est de 26 800 € (7 places).

Dessiné en France, le Toyota Verso adopte les codes stylistiques des monospaces européens.

Le moteur turbo-diesel 112 D-4D 1.6 développé par BMW remplace l'ancien moteur 2.0, ce qui fait perdre en performances (avec 12 ch et 40 Nm de couple en moins) mais permet de gagner un peu en consommation (0,2 l/100 km en moins qu'avec le 2 litres). Cependant, cela ne suffit pas à hisser la note en consommation du Verso D-4D à 2 étoiles.

Les performances ne sont pas exceptionnelles mais grandement suffisantes pour tout un chacun, et permettent de s'insérer dans tout type de trafic. Bien que fonctionnant au diesel, le moteur est agréable et n'émet que quelques vibrations au niveau du volant dans certaines circonstances. L'habitabilité est très bonne à l'avant et au 2e rang de sièges, et la modularité est un point fort du Verso. Le 3e rang optionnel est en revanche peu confortable.

Dès le premier niveau de finition, le Toyota Verso possède un très bon équipement de sécurité.

Au final, le Verso 112 D-4D est un véhicule homogène dans ses performances, confortable, commode au quotidien et qui ne présente pas vraiment de défauts. À part peut-être son prix.

Carrosserie, habitacle, coffre

La qualité de l'assemblage est satisfaisante. On peut cependant voir des soudures peu esthétiques au niveau de l'ouverture des portes, qui doivent par ailleurs être claquées fort pour être refermées. Quelques irrégularités entre les différents éléments de carrosserie sont également visibles si l'on y regarde de près. Dommage que les portières soient démunies de baguettes de protection, ce qui les rend très sensibles aux aléas du stationnement en épis. Idem pour les jupes avant et arrière pour les créneaux. Le soubassement est bien caréné au niveau du moteur mais pas ailleurs. L'ouverture des portes est également bien protégée contre l'infiltration de salissures et leur seuil est recouvert d'une barre protectrice, à l'avant et à l'arrière.

Notre véhicule est équipé du système d’ouverture/fermeture et démarrage sans clé « Smart Entry & Start » fort pratique : les portes se déverrouillent dès qu'on sollicite une poignée. Avec cette carte, le démarrage se fait aussi en appuyant simplement sur un bouton, à partir du moment où elle se trouve à proximité. L'accès aux places avant et au second rang se fait aisément ; l'assise des sièges est à hauteur optimale et elles sont suffisamment éloignées du toit pour éviter de se cogner la tête. Premier et second rang sont équipés de poignées de toit pour s'aider à descendre de la voiture. Les portes sont solidement maintenues par les crans (3 à l'avant et 2 à l'arrière) même en pente. L'accès aux places du 3e rang est naturellement moins aisé, mais les enfants auxquelles elles sont destinées s'en accommoderont sans problème.

L'accès est aisé aux places avant et à celles du 2e rang...

...mais demande de la souplesse pour les 2 places d'appoint du 3e rang.

À bord, nous découvrons un habitacle classique qui a peu évolué avec le restylage de 2014. On remarque immédiatement la position peu commune des instruments, déportés vers le milieu de la planche de bord, et parfaitement ajustés. La console centrale regroupe la majorité des commandes et héberge un nouveau levier de vitesses de petite taille.

Intérieur moderne et soigneusement assemblé.

La qualité de finition de l'habitacle est satisfaisante. Les inserts argentés combinés aux contre-portes et au volant en cuir et à la planche de bord moussée apportent une touche de luxe. On trouve quand même des éléments en plastique dur (portes, partie inférieure de la planche de bord) qui risquent de montrer rapidement des traces d'usure et dont certains sont mal ébarbés.

L'habitabilité est excellente. Du moins à l'avant et au 2e rang, où les personnes de 1m90 trouvent leurs aises, avec une bonne marge de garde au toit. Le 3e rang est en revanche très exigu et ne convient qu'à des enfants ou bien des personnes mesurant moins de 1m60. Les finitions Feel SkyView et Style sont équipées d'un toit panoramique avec velum électrique qui améliorera encore la sensation d'espace (absent sur la version testée).

Tout comme l'habitacle, le coffre présente très bien, donnant une impression de haut de gamme. Les panneaux latéraux sont cependant fabriqués dans un matériau qui se raye facilement. Le volume en configuration 7 places est évidemment très réduit (95 l mesurés) mais satisfaisant une fois les 2 places d'appoint rabattues, avec 385 l (mesure effectuée jusqu'à la base des parties vitrées). Le volume de chargement atteint 1 605 l grand maximum si l'on escamote la 2e rangée de sièges et que l'on charge jusqu'au plafond. La barre de seuil est un peu élevée (69 cm) mais l'ouverture est vaste et la forme du coffre pratique, le plancher étant plat et quasiment au même niveau que la barre de seuil.

Avec la 3e rangée de sièges rabattue, le volume du coffre est tout à fait satisfaisant.

Sous le plancher se trouve un compartiment supplémentaire d'une capacité intéressante.

S'agissant d'un monospace, la modularité est nécessairement au rendez-vous. Sièges arrière réglables et rabattables de manière indépendante, nombreux espaces de rangement, deux boîtes à gants de taille acceptable dont une réfrigérée (1) (mais éclairée seulement quand les phares sont en marche), tablettes aviation pour le 2e rang de sièges (1), rangements sous le plancher, tiroir sous le siège passager (1), etc. Il faut signaler que la ceinture de sécurité au 2e rang, à la place du milieu, doit être déconnectée si l'on veut rabattre le siège, car elle est ancrée au niveau du plafond. L'opération n'est pas spécialement aisée.

Utilisation quotidienne

Le Verso est particulièrement commode au quotidien grâce à sa modularité et ses caractéristiques. Il peut transporter 5 personnes dans de vraies places séparées (les deux du 3e rang étant toutefois réservées à des enfants ou un usage ponctuel), l'autonomie de 1 035 km est plus que suffisante, la charge utile est généreuse, avec 680 kg, dont 100 maxi sur le toit, et la capacité de remorquage est grande (1,3 t ou 450 kg si non freiné). La charge d’appui verticale de 60 kg est cependant juste suffisante pour transporter deux gros vélos (vélos électriques par exemple). Le seul petit regret se situe au niveau de la roue de secours qui n'est tout simplement pas disponible, même en taille réduite.

Poste de conduite

Bien agencé, le poste de conduite est très ergonomique. Le volant réglable en hauteur et en profondeur dispose de suffisamment de course pour s'adapter à tous les gabarits. Le levier de vitesse, placé en hauteur, vient naturellement dans la main sans trop s'éloigner du volant, tout comme la majorité des commandes qui par ailleurs sont presque toutes éclairées.

Le cockpit est ergonomique et convient à toutes les statures.

Les instruments sont décalés vers le milieu ce qui surprend un tant soit peu, et certaines indications sont assez peu lisibles, comme l'indicateur de changement de vitesse. On note aussi que la consigne du régulateur de vitesse n'est pas affichée.

Malgré leur position excentrée, les instruments principaux restent bien lisibles.

Le volant héberge quelques commandes comme celle du régulateur/limiteur de vitesse, et celles de la radio qui viennent en complément de cette fonction sur l'écran tactile à haute résolution. Ce dernier permet l'utilisation du système multimédia Toyota Touch 2. Il mesure 6,1" et se trouve en hauteur et en parfaite position pour être manipulé sans trop distraire l'attention. Il permet notamment de piloter la radio/CD et les lecteurs multimédias portables. Il restitue également l'image de la caméra de recul installée de série dès l'entrée de gamme.

Détail de la console centrale, avec clim automatique.

Les versions Touch&Go 2 (en option) et Touch&Go Plus 2 (en finition Style) du système multimédia disposent d'un GPS et de services connectés permettant d'optimiser le parcours. La version Plus possède une commande vocale et peut lire des messages écrits.

Les commandes de la climatisation sont placées à bonne hauteur et l'utilisation du système est simple mais les réglages incrémentiels avec 1 touche ne sont pas commodes : une molette aurait été préférable.

Dès la finition Active, les vitres avant sont électriques, avec fonction impulsion et antipincement. Elles le sont à l'arrière à partir de la finition Feel qui bénéficie également de détecteurs de pluie et de luminosité.

Confort

La suspension un peu raide offre un bon confort tout en laissant perceptible l'état de la route quand il est mauvais. Les longues bosses sont franchies confortablement mais à grande vitesse, la course des ressorts augmente ; le châssis rebondit alors un peu quand la voiture est chargée. Petites bosses et joints de chaussée sont bien amortis, et l'inclinaison est modérée dans les virages s'ils ne sont pas brusques, et lors des accélérations/freinages. Le confort est très bon à vitesse modérée.

Le siège du conducteur est réglable en hauteur mais pas au niveau des lombaires. Le réglage du dossier des sièges avant est très grossier et le guidage en longueur manque de précision : il est possible de verrouiller les deux guides dans des positions incompatibles, c'est-à-dire avec le siège en biais ! Mis à part ces petits soucis, les sièges avant plutôt fermes sont confortables et offrent une bonne position assise. Ils assurent un bon support latéral grâce à leur relief, qui pourrait même être un peu plus marqué au niveau des épaules. Les sièges de la 2e rangée manquent en revanche de contour et de longueur d'assise, mais la position est globalement satisfaisante. Le dossier est par contre bien haut. Les deux places d'appoint logées dans le coffre ne possèdent quant à elles aucun relief et n'assurent donc aucun maintien latéral. Très proches du plancher, les assises ne procurent aucun support, et le dossier est très court. Bref, ces places inconfortables ne sont pas destinées à faire de longs parcours.

L'habitacle est assez bien insonorisé. Les bruits de roulement sont faibles sauf sur route en mauvais état. Le moteur reste discret tout comme le vent, sauf à grande vitesse. Nous avons mesuré 69 dB(A) à 130 km/h, valeur de bruit raisonnable.

Côté chauffage, nous avons été déçus par la faible vitesse de montée en température de l'habitacle, surtout à l'arrière. Notre version Feel est équipée de la climatisation automatique bizone (réglages distincts de température pour le conducteur et le passager avant).

Visibilité, éclairage

Le conducteur jouit d'une bonne visibilité à 360° sauf en diagonale arrière où les montants gênent la vue, comme très souvent. La vision de l'encombrement est bonne à l'arrière mais moins bien maîtrisée à l'avant à cause de la forme plongeante du capot. Par contre, les obstacles proches sont repérés facilement à l'avant, mais pas à l'arrière, notamment à cause de la position haute de la vitre.

Le champ de vision est globalement satisfaisant.

Le montant arrière massif gêne la vue en diagonale.

L'efficacité des rétroviseurs est juste correcte, surtout pour celui de l'intérieur. Ceux des portes sont électriques et dégivrants, et à partir de la finition Feel, ils sont rabattables électriquement. Mais en aucun cas celui du conducteur ne couvre l'angle mort.

Feux de jour, éclairage d'accompagnement et phares antibrouillard sont installés de série, de même que la caméra de recul dont l'image est restituée sur l'écran couleur tactile du système Toyota Touch 2. Les radars de stationnement avant et arrière équipent quant à eux uniquement le haut de gamme. Sinon, seul le radar arrière est proposé, en option. Les phares bi-xénon avec lave-phares sont également réservés à la finition Style et ils procurent un excellent éclairage de la route.

Le Verso possède un éclairage « Follow-me home » (phares à extinction différée) dès l'entrée de gamme.

Performances

Le moteur Diesel de 1,6 l n'affiche que 112 ch et un couple de 270 Nm à partir de 1 750 tr/min : il ne faut pas s'attendre à des miracles. Toutefois, il ne s'essouffle jamais en conditions d'utilisation de tous les jours. Le moteur est assez souple sur les 3 rapports du haut et le dépassement (60 à 100 km/h) se fait en un temps moyen de 8 secondes. Globalement agréable, le D4-D ne peut faire oublier qu'il s'agit d'un diesel. On constate notamment des vibrations dans le volant lors des accélérations ou à faible régime. À moyen régime, il reste assez discret.

Le passage des vitesses demande un peu d'attention pour que les rapports s'engagent aisément mais le passage rapide est possible, notamment grâce à la petite taille du levier. La marche arrière est munie d'un détrompeur mais elle s'enclenche en douceur même si la voiture avance encore un peu. L'embrayage est bien modulable, et les démarrages en côte sont facilités par le système d'assistance HAC qui maintient le frein pendant environ 2 secondes.

Le système de Stop & Start est particulièrement efficace. On peut notamment passer la première vitesse à l'arrêt sans que le moteur ne redémarre, ce qu'il ne fera qu'au moment d'embrayer.

Tenue de route, freinage

Peu sensible aux ornières et au vent latéral, le Verso possède une bonne stabilité directionnelle. Cependant, les coups de volant entraînent une forte inclinaison suivie de légères oscillations du train arrière. Bonne performance lors du test d'évitement d'obstacles, avec un léger départ du train arrière avant de retrouver la stabilité, le Verso restant à tout moment docile et contrôlable. Les courbes prises à grande vitesse provoquent un phénomène de sous-virage. Ralentir dans un virage engendre un léger départ du train arrière sans pour autant perdre le contrôle, notamment grâce à l'efficace ESP.

En position proche du neutre, la direction est légèrement molle. Par manque de retour, des corrections au volant sont parfois nécessaires dans les longs virages. La réponse est meilleure quand il s'agit de forts braquages, la direction devenant plus précise et informative. Les manœuvres ne demandent pas d'effort mais plus de 3 tours de volant séparent les positions extrêmes et le diamètre de braquage important (11,8 m) devient un inconvénient en ville.

Le freinage est excellent, réactif, bien incrémentable et sans effet de surchauffe. La distance d'arrêt à 100 km/h se situe aux alentours de 35 m, ce qui est une très bonne performance (moyenne de 10 mesures successives sur route sèche, avec pneus Michelin Primacy HP 215/55 R17 94W). La stabilité n'est pas affectée lors de freinages en virage, malgré une légère tendance au survirage.

Sécurité

Le Toyota Verso est richement équipé au niveau de la sécurité active et passive. Il possède, entre autres, de série sur toutes les versions :

7 airbags, régulateur de vitesse (qui est également limiteur pour les motorisations à essence), appuis-tête avant actifs, feux de jour, phares antibrouillard, indicateur de perte de pression des pneus, antipatinage, aide au démarrage en côte.

La finition haut de gamme Style possède en plus des phares bi-xénon.

Le Toyota Verso n'a pas été testé par l'Euro NCAP depuis 2010 mais les résultats restent valables pour la version restylée de 2014. Le modèle obtenait le score de 5 étoiles sur 5 avec :
- 89 % pour la protection des occupants adultes ;
- 75 % pour la protection des enfants ;
- 69 % pour la protection des piétons ;
- 86 % pour l'aide à la sécurité.

Environnement

Le nouveau moteur BMW turbo-compressé a été spécialement optimisé pour réduire la consommation et les émissions de CO2, annoncées respectivement à 4,5 l/100 km (cycle mixte) et 119 g/km. Nos mesures sont moins optimistes. En effet, nous obtenons une consommation moyenne de 5,3 l/100 km et 170 g/km de CO2 selon notre propre cycle, malgré la présence du Stop & Start qui permet de limiter la consommation en ville à 5,7 l/100 km. Au final, le Verso 112 D-4D n'est jugé que moyen en consommation et émissions de CO2.

Les émissions de rejets polluants sont raisonnables, avec un pic d'oxydes d'azote sur le cycle autoroute.

Notes

(1) Selon niveau de finition.

Yves Martin

Yves Martin

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique

:

Crash Test

Évaluations
Résultat
Protection des occupants adultes
Protection des enfants
Protection des usagers de la route vulnérables
Aide à la sécurité