Citroën C5 Tourer HDi 140

Citroën  C5 Tourer HDi 140

break - diesel - 140 ch - boîte manuelle – commercialisé en octobre-08

Mis à jour le : 22/09/2023

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Novembre 2013.

Le moteur Diesel HDi 140 ch de 2 litres de cylindrée équipe actuellement la Citroën C5 Tourer (break) pour 3 de ses niveaux de finition : Confort, Exclusive et Millenium+ (série limitée). Notre essai datant de début 2011, il est antérieur au dernier lifting réalisé en 2012, mais nos résultats s'appliquent encore à la C5 actuelle, dénommée C5 II phase 2.2.

Deux types de châssis sont disponibles. Le plus sophistiqué est équipé de la suspension Hydractive III +, l'autre possède un amortissement classique à ressorts en acier. Cette seconde version que nous avons testée s'est montrée plutôt douce et confortable, et assure une bonne tenue de route. L'Hydractive III + est de type adaptative puisqu'elle tient compte du type de conduite et de route. Elle peut être réglée de deux manières (« confort » et « dynamique ») et ajuste automatiquement la hauteur du châssis en fonction de la vitesse et de l'état de la route, tout en conservant une assiette constante.

Le moteur HDi 140 est souple et performant, tout en restant très sobre. La prise en main peu intuitive du véhicule fait l'objet de quelques critiques, notamment à cause du volant encombré de boutons ou du système radio/navigation, compliqué à utiliser. Mais la C5 Tourer HDi 140 est dans son ensemble une routière agréable et performante.

Carrosserie, coffre, autonomie

Carrosserie

La carrosserie de la C5 Tourer est soigneusement assemblée et le soubassement aérodynamique réduit les turbulences et donc la consommation de carburant. Certains éléments peints semblent cependant un peu fragiles, comme les tabliers avant et arrière, ou les portières dont les baguettes de protection sont placées un peu trop bas pour être pleinement efficaces.

Carrosserie à la ligne sobre et racée, bien finie, mais mal protégée contre les petits chocs.

Accès à bord

L'ouverture du véhicule se fait grâce à une télécommande qui sert aussi à ouvrir et fermer les vitres et à commander l'éclairage. L'accès aux places ne pose pas de problème, grâce aux seuils placés à basse hauteur et malgré leur largeur importante. Il faudra toutefois veiller à ne pas se cogner la tête à la ligne de toit qui est assez basse.

L'éclairage d'accompagnement est installé de série.

Les portes arrière pourraient s'ouvrir plus en grand.

Habitacle

L'habitacle dégage une sensation de luxe et séduit immédiatement, notamment grâce aux baguettes en aluminium ou aux revêtements agréables au regard comme au toucher. Une inspection de près montre que l'assemblage des divers composants n'a pas été bâclé, mais que l'utilisation de matériaux bon marché n'a pas été évitée.

Intérieur plaisant et spacieux.

Le volume avant de l'habitacle est impressionnant. Il n'est que correct à l'arrière, où il vaut mieux ne voyager qu'à deux pour être vraiment à l'aise. Les personnes de plus de 1m90 risquent aussi de voir leurs genoux en contact avec le siège placé devant eux.

Les espaces de rangement utiles sont en nombre limité. Pas de range-bouteilles, ni même de porte-gobelets à l'avant. La boîte à gants ventilée et le gros coffre central placé sous l'accoudoir entre les occupants avant sont tout de même appréciables. Et à l'arrière, l'accoudoir central est muni de deux porte-canettes.

Poste de conduite

Le poste de conduite demande un certains temps de familiarisation notamment au niveau de l'utilisation des pédales et du volant dont le moyeu est couvert de commandes.

Le cockpit compliqué nécessite un temps d'adaptation.

La position des nombreux instruments est également perfectible car l'on a tendance à s'y perdre, d'autant plus que certaines informations sont dupliquées. Placées trop bas, les commandes de la climatisation sont peu ergonomiques alors que celles de la radio sont au contraire trop en hauteur. L'utilisation de cette dernière, ainsi que celle du système de navigation se révèlent assez compliquées. Mais une fois que l'on s'y est habitué, le cockpit de la C5 devient plaisant et les nombreuses fonctions rendent la conduite agréable et détendue. Les quatre vitres électriques séquentielles sont munies d'un système antipincement. Essuie-glaces et éclairage se mettent en marche automatiquement. Toutes les commandes sont bien éclairées (sauf celles du plafonnier). La température extérieure est affichée, de même que celle du liquide de refroidissement et de l'huile. L'écran multifonctions est bien placé dans le champ de vision du conducteur. Il permet notamment d'utiliser le système de navigation eMyWay (990 euros en finition Confort, de série sur l'Exclusive) qui peut être combiné avec la caméra de recul, option spécifique à la version break de la C5.

Coffre

La C5 Tourer possède un coffre au volume impressionnant (505 l). Avec la banquette arrière rabattue, le break peut emporter plus de 900 l de chargement, sachant que nos mesures s'arrêtent en dessous des parties vitrées pour des raisons de sécurité. On peut donc, exceptionnellement, charger encore plus jusqu'au toit.

Très bon coffre, volumineux et pratique.

L'accès au coffre est excellent grâce à la vaste ouverture et au seuil bas, situé à seulement 62 cm du sol. On regrette juste que le seuil ne soit pas dans la continuité du plancher qui se trouve 6 cm plus bas, mais avec la banquette arrière rabattue, le plancher ne présente pas de discontinuité, ce qui permet de faire glisser le chargement jusqu'au fond.

Plancher sans discontinuité avec banquette rabattue.

La banquette asymétrique 2/3-1/3 possède en outre une trappe à skis pour le chargement des objets longs. Le coffre est équipé de deux filets latéraux pour maintenir les petits objets. Le plancher dissimule également un espace de rangement supplémentaire où la roue de secours temporaire optionnelle trouvera sa place.

Notons que le mécanisme pour rabattre la banquette arrière est assez complexe et difficile à mettre en œuvre. Il faut aussi veiller à avancer les places avant et à redresser le dossier des places arrière pour pouvoir réaliser l'opération.

Champ de vision, éclairage

Le champ de vision du conducteur est satisfaisant, les appuie-tête pouvant être escamotés.

Champ de vision du conducteur à 360°,

Assez bonne visibilité de ¾ arrière.

La lunette arrière étant située assez haut, la zone arrière à proximité immédiate du véhicule est invisible. Par contre, le nez plongeant du capot moteur permet de bien repérer tous les obstacles proches à l'avant. Le rétroviseur intérieur est peu performant mais ceux des côtés (électriques et dégivrants) offrent au contraire une bonne visibilité vers l'arrière.

L'éclairage standard utilise des ampoules halogènes dont les performances sont correctes pour les finitions Attraction (non disponible dans la motorisation testée), Confort et Millenium+. Dès le niveau de finition Exclusive, la C5 bénéficie de projecteurs directionnels Xénon bi-fonction. Dans tous les cas, la C5 Tourer HDi 140 est équipée d'un éclairage d'angle statique et de l'aide au stationnement avant et arrière avec caméra de recul (en finition Confort, l'aide avant et la caméra de recul sont en option).

Enfin, l'éclairage d'accompagnement équipe la C5 de série.

Confort

Suspensions et châssis

En motorisation HDi 140, la suspension peut être de type métallique (à ressorts) ou de type Hydractive III + qui s'adapte automatiquement à la conduite et au type de revêtement. Elle assure également une assiette constante, possède deux états de raideur et un mode « sport ».

La suspension de notre exemplaire est de type classique à ressorts, plutôt douce et confortable. Les occupants du véhicule sont peu dérangés par les imperfections de la route ; la souplesse de la suspension engendre cependant un roulis et un tangage assez prononcés.

Sièges

Les sièges avant sont réglables en hauteur et celui du conducteur dispose d'un réglage lombaire. En finition Exclusive, trois packs les proposent en version chauffante, et massante pour celui du conducteur.

Les sièges avant possèdent un dossier de bonne hauteur et confortable, avec des mousses plutôt souples, mais en position basse, l'assise peut sembler très inclinée ce qui ne plaît pas à tous. L'assise des sièges arrière est trop basse et les passagers aux longues jambes risquent d'être installés dans une position inconfortable avec les genoux en hauteur et sans support des jambes.

Bruit

La cabine est bien insonorisée. Ni le vent, ni le moteur ne deviennent gênants, même s'ils sont perceptibles à grande vitesse. À 130 km/h, le bruit intérieur est mesuré à 68,2 dB(A), une valeur relativement faible.

Chauffage et ventilation

La climatisation automatique bi-zone, avec température et distribution séparées, est installée de série (sauf en finition Attraction non disponible dans la motorisation testée).

Le chauffage est efficace : la température à l'avant atteint 22°C en seulement 14 minutes, en partant de -10°C. Il faut 5 minutes de plus pour que les passagers arrière puissent bénéficier de la même température.

Moteur et transmission

Le moteur 2.0 HDi est agréable et discret. Il délivre suffisamment de puissance pour assurer des dépassements énergiques, et fait preuve d'une agréable souplesse grâce à son couple élevé à bas régime. La boîte de vitesses à 6 rapports bien étagés est en harmonie avec le moteur, et le régime à 130 km/h n'est que de 2300 tr/min. La faible course du levier permet des passages de vitesses rapides bien que la précision soit perfectible. La marche arrière s'engage sans accroc, même si la voiture avance toujours.

Comportement routier

Tenue de route, direction

La C5 Tourer est très stable quelle que soit l'allure, et peu affectée par le vent latéral et les ornières. La direction réagit nerveusement lors des manœuvres brusques (évitement d'obstacles ou changement de file) qui peuvent s'accompagner d'oscillations, mais l'ESP corrige tous les défauts, et le risque de dérapage est inexistant.

De série, la C5 dispose d'un contrôle de traction intelligent (Snow Motion) et d'une assistance de direction variable qui confère une précision et une manœuvrabilité appréciables. La caisse montre toutefois une tendance au roulis lors des changements de direction, au cours desquels le train arrière met un peu de temps avant de se stabiliser. Pris à vitesse excessive, les virages provoquent un début de sous-virage efficacement rattrapé par l'ESP tout comme l'est le survirage en cas de décélération brutale.

Freinage

Rien à reprocher au freinage dont la distance (37 m depuis 100 km/h) est tout à fait correcte.

Sécurité

Riche est l'équipement de sécurité : en plus des airbags avant frontaux et latéraux, de l'airbag genoux du conducteur et des airbags rideaux de tête (avant et arrière), Citroën propose pour la C5 des airbags latéraux aux places arrière, inclus dans le pack sécurité optionnel accessible pour la finition Exclusive. L'alerte de franchissement involontaire de ligne (AFIL) fait également partie de ce pack.

Le système Citroën eTouch est un bouquet de services comprenant les appels d’urgence et d’assistance localisés. Il est disponible de série ou en option, selon le niveau de finition (excepté pour la finition Attraction), de même que la détection de sous-gonflage des pneumatiques.

Testée en 2009 par l'Euro NCAP, la C5 berline a obtenu 5 étoiles, avec :

81 % pour la protection des occupants adultes ;

77 % pour la protection des enfants ;

32 % pour la protection des piétons ;

83 % pour l'aide à la sécurité.

Le système d'assistance localisée a également été primé par l'Euro NCAP en 2010.

Ce résultat peut être attribué à la C5 Tourer. Il montre que la protection des occupants enfants et adultes est de haut niveau, mis à part lors du choc contre un poteau où le thorax du conducteur est gravement atteint. Par contre, les piétons n'ont pas fait l'objet d'une attention suffisante car la zone d'impact avec leur tête (enfant ou adulte) est dangereuse dans sa majeure partie. Seul le pare-chocs est suffisamment souple pour amortir le choc qui peut se produire avec les jambes.

Environnement

En 2.0 HDi 140 ch, la C5 est particulièrement propre et économique. Nous avons en effet mesuré une consommation moyenne de seulement 5,4 l/100 km. C'est en ville qu'elle brûle le plus de gazole, avec 6,8 l/100 km, tandis qu'elle consommera 4,5 l/100 km sur route et 5,7 l/100 km sur autoroute.

Le véhicule en résumé

Les +

Motorisation agréable et souple ;

Moteur économe ;

Châssis confortable (testé en version à ressorts, dite « métallique ») ;

Coffre volumineux et commode ;

Richement équipé.

Les -

Volant envahi de touches et de commandes ;

Demande un temps d'adaptation.

Lars Ly

Yves Martin

Yves Martin

Rédacteur

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique spécialisé