Miel 3 vertus santé prouvées

Miel

3 vertus santé prouvées

Nul besoin de se tourner vers les nobles produits de la ruche comme la gelée royale. C’est le modeste miel qui rend le plus de services.

 

1. Remplacer le sucre

Côté nutrition, le miel est une véritable alternative au sucre blanc (aussi appelé sucre raffiné). En plus d’être savoureux, il apporte quelques vitamines, minéraux et antioxydants. Mais son vrai atout, c’est son fort pouvoir sucrant. Pour le sucre blanc, qui sert de référence, il est fixé à 100. Pour le miel, il est de 130. Cela signifie qu’une moindre dose est nécessaire pour percevoir un goût sucré. Le miel est donc une option à privilégier pour accompagner yaourts et autres desserts.

2. Soulager le mal de gorge

Traditionnellement, le miel est utilisé dans des boissons chaudes contre les maux de l’hiver. Ce réflexe est en partie juste : en cas de toux aiguë – liée à une infection virale, par exemple –, il a tendance à réduire les épisodes de toux, notamment nocturnes. C’est peut-être dû au réflexe de salivation engendré par son goût sucré, qui augmenterait la production de mucus, soulageant ainsi l’inflammation du larynx et du pharynx. Le miel a aussi des propriétés antibactériennes. Mais pour en tirer le meilleur bénéfice, il ne faut pas le chauffer. Évitez donc de l’ajouter au thé ou au lait chaud. Ingérez-le plutôt tel quel, à la cuillère.

3. Soigner les plaies

Le miel peut s’appliquer à même la peau : il permet d’accélérer un peu la cicatrisation des plaies et des brûlures. En effet, il forme un film de protection sur la plaie et limite l’adhésion du pansement à celle-ci. Il évite également que les bactéries deviennent plus résistantes en formant un biofilm. Plusieurs propriétés expliquent cela. Le miel a un pH légèrement acide, il est riche en sucre et pauvre en eau, ce qui n’est pas propice à la survie des bactéries. Il secrète aussi du peroxyde d’hydrogène, qui a une action antibactérienne.

Attention. Cet usage doit se limiter à un cadre familial et pour des petites plaies, bénignes. Si la plaie ou la brûlure est trop étendue ou cicatrise mal, ou si elle présente des risques d’infection, consultez un médecin.

Choisir le bon miel

Si vous souhaitez faire un usage thérapeutique du miel, prêtez attention à celui que vous achetez. Dans l’idéal, achetez-le auprès d’un apiculteur, qui pourra vous renseigner sur son origine, sa fraîcheur et les conditions de récolte. Évitez les références disponibles en grandes surfaces car, trop souvent, elles ne sont pas conformes aux exigences de qualité, d’origine et de fraîcheur.

Pour les applications cutanées, le miel médical vendu en pharmacie (Medihoney, Revamil, Melectis, Urgo…) est une bonne alternative si vous ne pouvez pas en acheter via un circuit de proximité. Conservez votre pot de miel à l’abri de la lumière et de la chaleur pendant moins de 2 ans si vous souhaitez l’appliquer sur la peau. Ne le chauffez pas avant utilisation. Enfin, évitez les miels d’origine tropicale, car ils sont trop riches en eau.

Précautions d’usage

Ne donnez pas de miel aux enfants ayant moins de 1 an. Leur système immunitaire ne les protège pas encore de certains contaminants du miel, comme la toxine botulique, responsable du botulisme. Si vous souffrez d’allergie aux pollens, soyez prudent. En effet, certains miels contiennent des pollens en faible quantité, ce qui peut déclencher une réaction.

Audrey Vaugrente