Super livrets

Sortez la calculette

Deux, voire trois ou quatre points de plus que le taux du livret A… Les super livrets bancaires ou livrets à taux boostés portent beau. Attention, ces superbes rendements ne durent qu’un temps. En outre, il s’agit de taux brut et non de taux nets d’impôt comme celui affiché par le livret A. Avant de céder à leurs charmes, faites quelques calculs.

 

Quel taux hors promotion et impôts ?

Les chiffres semblent encore attractifs : 5 % pour le livret de BforBank, 4,5 % pour le livret Orange d’ING direct, 3,25 % pour celui de Cortal Consors. À côté du livret A (2,25 % net d’imposition) et des livrets bancaires classiques (en moyenne autour de 1,5 % brut, soit 0,94 % nets), ces rendements font envie. Mais attention, cette épargne en apparence bien rémunérée peut se révéler trompeuse. Pour commencer, contrairement aux livrets réglementés, ces livrets sont imposés (37,5 % de prélèvement fiscaux et sociaux). Ainsi, un taux brut de 5 % correspond en réalité à un taux net de 3,12 %. Ensuite, les taux d’appel sont très limités dans le temps : entre 2 mois et 1 an. Après, le taux chute, parfois à un niveau inférieur à celui du livret A, voire à celui de certains livrets bancaires classiques.

Placement à court ou à long terme ?

Les super livrets sont-ils pour vous ? Pour répondre à la question, il faut clarifier son projet d’épargne. S’agit-il d’un placement à très court terme (par exemple vente d’un appartement avant rachat) ? Dans ce cas, les super livrets représentent la meilleure solution d’attente. Choisissez le meilleur taux en prenant bien soin de comparer les taux après soustraction d’éventuels frais de gestion (certains livrets continuent d’en prélever).

Deuxième cas de figure : vous souhaitez épargner sur un terme plus long. Dans ce cas, il faut examiner de près les taux après promo. Certains super livrets continuent d’offrir des taux supérieurs à ceux des livrets bancaires classiques, même hors période de promotion, d’autres non. Si vous avez fait le plein des livrets réglementés, vous pouvez piocher du côté des super livrets, en repérant les mieux-disants. Après une dernière vérification : les conditions de souscription ne doivent pas être trop contraignantes (pas de frais de gestion dissuasifs, pas d’obligation de souscrire une carte bancaire payante à côté, par exemple).

À noter : à compter du 1er juillet 2012, le taux global de prélèvements des livrets bancaires passe de 37,5 % à 39,5 % (le taux global de cotisations sociales sur les revenus du patrimoine et les produits de placements passe en effet de 13,50 % à 15,50 %).

Élisa Oudin