Taille-haies

Décryptage

Publié le : 11/12/2008 

Quand et comment doit-on tailler sa haie, que faut-il savoir sur les arbustes proposés en pépinières, quelles sont les erreurs les plus fréquemment commises par les jardiniers amateurs ? Les réponses d'un spécialiste.

 

Que Choisir : Quel est le premier conseil que vous donneriez à un particulier qui souhaite créer une haie ?

Pascal Prieur (1): Tout d'abord, ne pas être trop pressé !

La plupart du temps, les gens veulent une haie pour se sentir chez eux en isolant leur jardin des regards, de préférence rapidement, ce qui peut les amener à commettre plusieurs erreurs. La première est de s'orienter vers des végétaux qui poussent très vite. C'est satisfaisant au début, mais évidemment, une fois la haie parvenue à la hauteur désirée, il faudra continuer à tailler en permanence les végétaux, puisqu'ils continueront à croître. Deuxième erreur, laisser les arbustes grandir sans restriction les premières années, dans l'espoir qu'ils atteignent le plus vite possible une hauteur respectable. Ils vont le faire, mais le résultat, satisfaisant à court terme, décevra rapidement. La haie obtenue sera sans opacité, constituée d'arbustes manquant de densité.

Que Choisir : Et si on choisit des sujets déjà grands en pépinière ?

Pascal Prieur : Un arbuste qui a déjà poussé en hauteur ne s'étoffe pas spontanément depuis la base avec le temps. Les sujets hauts qu'on trouve dans le commerce ont en général été cultivés en conteneurs, serrés les uns contre les autres. Ils sont rarement préparés pour être mis en haie. On voit ainsi un certain nombre de particuliers rater leur haie pour avoir privilégié la hauteur à la densité. Le cas est fréquent avec le Cupressocyparis leylandii (ou cyprès de Leyland), un arbuste à croissance rapide systématiquement élevé en conteneurs qui a succédé au thuya.

À l'achat, mieux vaut donc privilégier la densité des plantes à leur hauteur. Votre patience sera récompensée !

Que Choisir : Et concernant la taille proprement dite, comment faut-il procéder ?

Pascal Prieur : Un arbuste de haie se ramifie à partir des points de taille. À rebours du sens commun, pour avoir une jolie haie dense, il est préférable de choisir des petits plants et de les tailler plusieurs fois par an les premières années. Lorsqu'on coupe un rameau, en général, il en repousse deux ou trois. Chacun d'eux poussera moins vite et l'ensemble contribuera à densifier la haie.

Quelle que soit la hauteur des arbustes que vous plantez, sauf s'ils sont suffisamment trapus, il faut les tailler dès la première année. N'hésitez pas à raccourcir de moitié vos plants de troènes, chalefs (Elaeagnus)...

Le photinia est à la mode en ce moment. Il est possible de l'amener à 1,50 m en 2 ans, mais le résultat sera nettement meilleur si on se donne plus de temps.

Concrètement, plus vous taillez fréquemment vos arbustes, plus ils se densifieront et moins ils pousseront vite. La bonne pratique pour former une haie consiste donc à trouver le meilleur compromis entre tailles fréquentes qui limitent la pousse et tailles plus distantes qui permettront de vite parvenir à la hauteur souhaitée ; mais vos arbustes continueront à pousser avec la même vigueur une fois la haie parvenue à la hauteur souhaitée.

Que Choisir : Peut-on rattraper une haie existante, mais sur laquelle des erreurs ont été commises ?

Pascal Prieur : Oui, sous réserve que la plante soit saine et à condition de pratiquer des tailles sévères. Si la haie est complètement dégarnie de la base, on peut sans hésiter la couper à 20 cm du sol, à moins qu'il ne s'agisse de conifères, qui n'émettraient pas de nouvelles pousses. Pour les autres plantes de haies, la nature est quand même relativement indulgente et vos plantes reformeront rapidement de nouveaux rameaux issus des points de coupe. Mais, la taille revigorant les plantes, ces nouvelles pousses devront être raccourcies deux à trois fois dans l'année pour densifier votre haie. Ne pas le faire engendrerait à nouveau des plantes manquant de densité.

Que Choisir : À quel moment tailler ?

Pascal Prieur : L'astuce mnémotechnique, c'est les mois en « a » : avril et août. Cela signifie qu'il faut effectuer les tailles une fois les froids totalement terminés et avant les refroidissements d'automne. C'est surtout valable pour les persistants, moins pour les caducs et bien sûr, ce n'est qu'indicatif. En revanche, il est important de souligner que les repousses sont moins vigoureuses après une taille effectuée à partir de la fin du printemps.

Que Choisir : De quels arbustes est formée la haie de votre jardin, et quel modèle de taille-haie employez-vous ?

Pascal Prieur : Une partie est constituée de plantes gardées en port naturel disposées sur une grande largeur. Pour le reste, j'ai planté des hêtres que je taille... au sécateur. Je n'ai pas de taille-haie. C'est un outil rapide, mais on travaille plus finement à la main. La coupe au sécateur est plus nette, ce qui diminue les risques de maladie, et on peut sélectionner les rameaux. De mon point de vue, une bonne taille est une taille qui ne se voit pas et le sécateur permet une taille plus naturelle, qui respecte davantage le végétal. Le sécateur est d'autant plus intéressant que les feuilles des plantes sont grandes et les rameaux gros.

Même quand on diminue de moitié les rameaux, l'idéal est de ne pas tout tailler à la même hauteur, d'étager la végétation et de ne pas faire apparaître à l'oeil les coupes. Or, il est impossible d'être sélectif avec un taille-haie.

(1) Pascal Prieur est auteur de « La Taille raisonnée des arbustes d'ornement » et de « La Taille des rosiers » (éditions Ulmer, 2006 et 2008).

Erwan Seznec