Drone (vidéo) Comment choisir un drone

Drone (vidéo)

Comment choisir un drone

Depuis quelques années, les drones amateurs suscitent un véritable engouement auprès des Français. Les géants de l’aéronautique et de l’électronique grand public se sont lancés dans l’aventure, concurrencés par une myriade de start-up. Face à cette diversité, comment choisir un drone ?

 

Test Que Choisir : Comparatif Drones

Un drone est un aéronef sans passager commandé à distance. Il peut se déplacer en roulant ou en sautant mais, dans la plupart des cas, il vole. Il est souvent équipé de plusieurs hélices, ce qui lui vaut le qualificatif de « multirotor ».

Pour qui ?

Il existe des modèles très différents, du jouet destiné aux enfants aux appareils complexes réservés aux adultes expérimentés. Le choix se fait en fonction de son âge et de son niveau de pilotage, car faire voler un drone n’est pas toujours aisé. Pour vous initier à l’art du pilotage, n’hésitez pas à en choisir un simple à utiliser, quitte à investir par la suite dans un modèle plus perfectionné.

Pour quel usage ?

Le choix de l’appareil dépend aussi de l’utilisation que l’on souhaite en faire. Certains se contentent de rouler ou de voler, mais la plupart sont destinés à prendre des photos ou filmer. Dans ce cas, soit la caméra est intégrée, soit il est possible d'en fixer une sous le drone. Dans le premier cas, l’ensemble sera plus léger, plus facile à utiliser et plus ergonomique. Dans le second cas, vous pourrez faire évoluer votre matériel plus facilement : changer de caméra sans changer de drone, ajouter une plate-forme de stabilisation, éventuellement installer un appareil photo, etc.

Pour les amateurs de sensations fortes, il existe des drones plus rapides, plus agiles et plus solides appelés « racers ». Avec eux, on peut s’adonner au « drone racing » ou « FPV racing » (pour « First Person View »), des courses de drones à faible hauteur sur un parcours prédéfini.

Quel budget ?

Le prix d’un drone varie de quelques dizaines à plus de 1 000 €. Pour bénéficier d’une autonomie correcte et avoir la possibilité de filmer, comptez au minimum de 200 à 300 € et plus de 600 € pour un modèle plus perfectionné. Au prix du drone peuvent s’ajouter de nombreux accessoires susceptibles d’augmenter considérablement la facture (batterie de rechange, support de caméra, caméra, manette de contrôle, etc.).

Les critères à prendre en compte

L’autonomie

Les fabricants revendiquent une autonomie de 10 à 25 minutes selon les modèles. Nos tests ont montré que l’autonomie réelle était généralement assez proche de l’autonomie annoncée, même si celle-ci peut varie en fonction de la force du vent, de la température de l’air, de la charge du drone, de l’utilisation ou non d’un module de vidéotransmission, etc. Dans tous les cas, il est fortement conseillé de disposer d’une ou plusieurs batteries de rechange. Il est aussi possible, sur certains modèles, de remplacer la batterie fournie par un modèle plus performant. Les batteries de type lithium-polymère (LiPo) qui équipent la plupart des drones se rechargent facilement, mais sont sensibles aux chocs.

La caméra

Si vous choisissez un drone avec une caméra intégrée, pensez à vérifier la résolution des images et les formats vidéo disponibles. La présence d’un stabilisateur est un plus, tout comme le fait de pouvoir contrôler à distance l’orientation de l’objectif. Si le drone n’intègre pas de caméra, il peut être conçu pour accueillir une action cam voire, pour certains modèles, un appareil photo de type reflex. Des systèmes de fixation appelés « nacelles » peuvent être ajoutés pour diriger la caméra et stabiliser l’image. Enfin, mieux vaut opter pour un drone muni d’un retour vidéo. Cette fonctionnalité permet de voir en direct ce que filme le drone par le biais d’une application préalablement installée sur un smartphone ou une tablette, ou grâce à des lunettes spécifiques pour une immersion totale.

Le vol autonome

Certains drones récents sont capables de voler seuls, sans être pilotés. Grâce à la fonction GPS, il est possible d’indiquer à l’appareil une série de points de passage par le biais d’un logiciel spécifique. Le drone suit alors le plan de vol prévu sans que le pilote ait à intervenir. D’autres appareils, eux, sont capables de filmer un personnage en mouvement de manière autonome (fonction « Follow me » ), une fonctionnalité particulièrement intéressante pour certains sportifs désireux de filmer leurs exploits (skieurs, cyclistes, etc.).

Le vol en immersion

Connu aussi sous l’acronyme FPV pour « First Person View », le vol en immersion vous permet de piloter un drone comme si vous étiez à bord ! Il faut pour cela vous équiper de lunettes spéciales. Le vol en immersion est surtout utilisé par les adeptes des courses de multirotors.

La fonction 3D

Avec certains drones, les images filmées peuvent être modélisées en 3D. Vous profitez ainsi d’un paysage en trois dimensions sur votre écran.

Une fois votre drone choisi, maniez-le avec précaution et prenez le temps d’apprendre à le piloter. Véritables concentrés de technologie, ces appareils sont relativement fragiles. Pensez aussi à respecter la réglementation en vigueur, que ce soit pour des questions de sécurité ou de vie privée.

Glossaire

  • ARF (« almost ready to fly », ou « presque prêt à voler »). Le drone nécessite quelques manipulations avant de pouvoir voler. Les drones ARF s’adressent surtout aux adeptes d’aéromodélisme. Attention, les éléments à monter ne sont pas toujours fournis avec l’appareil.

  • BNF (« bind and fly », littéralement « reliez et volez »). Le drone nécessite une radiocommande pour pouvoir fonctionner.

  • FPV (« first person view »). Le drone est piloté en immersion grâce à des lunettes spéciales.

  • RTF (« ready to fly » ou « prêt à voler »). Le drone est déjà monté et paramétré.

  • RTH (« return to home » ou « retour à la maison »). Une fois cette fonctionnalité enclenchée, le drone peut revenir automatiquement à son point de décollage en cas de problème.

Test Que Choisir : Comparatif Drones

Anne-Sophie Bedel