À fond dans le refus

Publié le : 28/12/2010 

Trois fois, le vélo d’appartement acheté chez Décathlon pose problème. L’enseigne finit par refuser tout échange ou remboursement, sauf si la cliente renonce à la garantie. À tort.

 

 

Pratiquant le cardio-training, C. L., une habitante de Loire-Atlantique, achète un vélo elliptique ­magnétique de marque Domyos au magasin Décathlon de Saint-Herblain (44). À la première utilisation, elle constate un claquement dans le ­pédalier. Décathlon procède à un échange. Mais le dysfonctionnement affecte aussi le nouvel exemplaire, malgré deux interventions du service après-vente. Décathlon accepte alors le remboursement, soit 279 €. Quatre mois plus tard, la cliente acquiert le même engin au prix de 299 €. Le même dysfonctionnement apparaît immédiatement. Excédée, C. L. exige d’être remboursée. Refus de Décathlon, qui consent à effectuer une réparation à condition que la cliente renonce à la garantie.

C. L. repousse la proposition et contacte l’UFC-Que Choisir de Nantes, laquelle rappelle au magasin qu’il est tenu de rembourser, même si c’est pour la seconde fois. Le code de la consommation (art. L. 211-7) pose une présomption de non-conformité pour les défauts apparaissant dans les six mois après l’achat, argumente l’association. Et, poursuit-elle, lorsque la réparation ou le remplacement sont impossibles parce qu’ils créent un inconvénient majeur pour l’acheteur, compte tenu de la nature du bien ou de l’usage qu’il recherche, celui-ci peut le rendre et se faire restituer le prix, ou le garder et récupérer une partie du prix (art. L. 211-10). ­Décathlon ne cédant pas, l’association conseille à C. L. de saisir le juge de proximité. À la réception de la ­convocation du juge, l’enseigne a remboursé le vélo.