Assureur retors

Publié le : 20/06/2014 

Conduisant la voiture de son père, une jeune femme heurte le véhicule qui la précède. Elle déclare l’accrochage à l’assureur, la compagnie CO Risk du Mans, et précise que sa voiture a elle aussi été heurtée à l’arrière par un troisième véhicule, mais sans dommages apparents. Ce dernier a poursuivi sa route. Le cabinet de courtage Arbona de Saint-Malo, représentant la compagnie d’assurances, prend prétexte de ce véhicule non identifié pour dire que la conductrice a fait une fausse déclaration, ce qui entraîne la nullité du contrat. La jeune femme réclamait également le remboursement des sommes versées aux tiers, soit 4 281,33 €. Désemparée, elle s’adresse à l’UFC-Que Choisir de Saint-Malo. Dans un courrier à CO Risk, l’association locale souligne que la consommatrice n’a nullement cherché à cacher l’accident et rappelle qu’il appartient à l’assureur d’apporter la preuve de la fausse déclaration. Et comme la conductrice bénéficie d’une garantie « tous risques », c’est à l’assureur de régler le sinistre. Message reçu : la compagnie fait savoir qu’elle prend en charge les dommages causés au véhicule et renonce à toute réclamation.