Matelas à cauchemar

Publié le : 17/09/2014 

Tout juste sortie d’une situation de surendettement, Mme D., de Loire-Atlantique, trouve dans sa boîte aux lettres une invitation de la société Manycée, spécialisée dans les articles de literie, pour un repas offert dans un restaurant. Flattée d’avoir été sélectionnée, elle s’y rend. Après le déjeuner, elle est conviée dans un petit salon où on lui propose un matelas avec alèse « démagnétisante » aux vertus antistress. Elle signe le bon de commande, assorti d’un prêt Sofinco de 3 676 € pour un matelas, un surmatelas, une alèse, une couverture et deux oreillers. C’est à la livraison, lorsqu’elle doit commencer à rembourser le prêt, que Mme D. réalise sa bévue. Elle sollicite l’aide de l’UFC-Que Choisir de Nantes. Après examen des documents du vendeur, l’association locale décide d’exercer un recours contre Sofinco. En effet, l’organisme de crédit aurait dû vérifier la régularité des bons de commande utilisés par Manycée. Or, ils comportaient plusieurs erreurs (absence d’adresse complète de la société et des mentions en cas de rétractation). Sofinco a annulé le dossier et Mme D. peut dormir tranquille.