Fiches énergie

2. Pétrole

Publié le : 03/01/2006 

Ces quelques fiches permettent de faire le point sur l'état des différentes énergies, fossiles ou renouvelables. A partir de constats réalistes et hélas inquiétants concernant l'épuisement des réserves d'énergies fossiles et l'effet de serre, des réflexions sur des solutions sont proposées afin de protéger durablement notre avenir en même temps que notre budget et notre santé.

 

IV - LES ENERGIES FOSSILES

A. Les produits pétroliers

1 - Introduction

Huile minérale de couleur noire, le pétrole est essentiellement composé d'hydrocarbures (carbone + hydrogène). Le pétrole brut se trouve dans des gisements souterrains d'où on l'extrait pour servir de matière premières aux industries du raffinage et de la pétrochimie. Issus directement du raffinage, on trouve les gaz liquéfiés (butane, propane et GPL), les essences, les kérosènes, les gazoils, les fuels, les lubrifiants les bitumes et les paraffines.

Outre sa place dans le domaine énergétique, le pétrole est à la base de diverses industries comme les plastiques, les travaux publics etc.

2 - Etat des lieux

La demande mondiale d'énergie primaire demeure en forte croissance et elle a peu de chances de diminuer, à moyen terme, compte tenu du développement souhaitable et nécessaire des pays les moins riches. Actuellement les combustibles fossiles (pétrole, gaz naturel, charbon) fournissent 90 % de l'énergie primaire. Les réserves de gaz et de pétrole sont importantes mais limitées. La moitié des réserves prouvées de pétrole sera consommée en 2020 et la pénurie risque de s'installer vers 2050. De plus, on tient pour fort probable le lien entre réchauffement climatique et effet de serre du au CO2 émis par les énergies fossiles. Un effort considérable de recherche scientifique et technologique associé à des économies d'énergie sévères permettrait d'atteindre la fin du siècle sans cependant résoudre le problème climatique.

Au niveau mondial, la consommation annuelle de pétrole est de 3 Gtep (3 milliards de tonnes équivalent pétrole) ce qui correspond à 25 % de la consommation totale d'énergie.

Image

La Consommation du pétrole en France.

3 - Production

La France importe la quasi totalité du pétrole consommé (94.4%). Le pétrole provient de la Mer du Nord (37 %) du Moyen orient (29 %), et un peu d'Afrique (21,5 %) et de l'ex URSS (12 %). La sécurité d'approvisionnement sur l'ensemble de la chaîne pétrolière est donc un élément fondamental de la politique énergétique française. Les stocks de réserve correspondent à 3 mois de consommation.

4 - Consommation

La consommation totale primaire repart à la hausse + 0.9% après un tassement dû à la hausse des prix.

La consommation finale énergétique des produits raffinés augmente de 1.8 % du fait des transports et du résidentiel-tertiaire.

5 - Les prix, la fiscalité

Le prix du brut importé est soumis aux variations du marché mondial et subit les contre-coûts de la politique au Moyen Orient.

Les produits pétroliers sont soumis à la TIPP (taxe intérieurs des produits pétroliers) et à la TVA . La TIPP flottante jusque 2000 permettait de compenser les variations du brut . Elle est redevenue fixe par décision du nouveau gouvernement.

Les transporteurs routiers bénéficient de mesures très favorables pour leur profession, en 2002 pour une correspondance de 100 kWh : prix DGEMP (direction générale).

Fioul domestique : 4,20 euros - Propane pour une citerne louée : 8,59 euros - Charbon : entre 5,22 et 5,89 euros - Electricité : entre 6,28 euros (heures creuses) et 10,28 euros (heures pleines) - Gaz : entre 3,12 et 4,82 euros (suivant l'abonnement) - Bois : 1,75 euros.

Attention : les prix des carburants propane et butane avec location de citernes sont excessivement chers et les contrats de location sont très contraignants. Il faut donc bien réfléchir avant de s'engager dans cette voie.

6 - Conclusion

Le pétrole qui a été l'énergie du XX ème siècle atteint son niveau de production maximum. Avec l'essor des pays en voie de développement comme la Chine et l'Inde les ressources vont rapidement diminuer. Il faut sérieusement penser à des énergies de substitution.