Musique en ligne

Les DRM détruisent la valeur de la musique

Publié le : 16/01/2007 

L'UFC-Que Choisir se félicite du changement de cap de certains producteurs indépendants de phonogramme qui ont décidé de délaisser les DRM (verrous techniques) pour proposer aux consommateurs des fichiers musicaux au format MP3.

Ces DRM sont en effet une vraie calamité pour les consommateurs et le développement du marché de la musique en ligne.

En effet, le consommateur ne peut écouter la musique achetée que sur certaines marques de lecteurs et parfois même qu'une seule ! Si le consommateur cherche alors à « neutraliser » le DRM, il s'expose à des poursuites judiciaires pour contrefaçon.

Cette situation est le résultat absurde de la loi DADVSI du 1er août 2006 qui en même temps qu'elle sanctuarise juridiquement les DRM ne reconnaît pas aux consommateurs le droit légitime à l'interopérabilité. Cette absence d'interopérabilité sciemment organisée et en particulier le développement du modèle : « une plate-forme de vente en ligne associée à une seule marque de lecteurs » privent ainsi radicalement le consommateur du libre choix de ses logiciels et de ses matériels d'écoute.

En imposant des conditions anormales d'usage, les DRM détruisent la valeur de la musique en ligne. Officiellement promus pour protéger les droits d'auteur, ils sont devenus le cheval de Troie de l'industrie informatique et des majors pour s'assurer, dès le départ, une maîtrise exclusive du marché.

Dans ces conditions, l'UFC-Que Choisir demande à tous les producteurs de permettre l'exploitation en ligne de leur catalogue sans verrous, c'est à dire sans DRM.