Alimentation Tour de vis sur les teneurs en plomb et en cadmium

Alimentation

Tour de vis sur les teneurs en plomb et en cadmium

Publié le : 04/09/2021 

La Commission européenne a abaissé les teneurs maximales tolérables en plomb et en cadmium dans les produits alimentaires. Objectif : réduire l’exposition de la population à ces métaux dangereux pour la santé.

 

Dans le cadre de son Plan européen de lutte contre le cancer, Bruxelles a décidé de s’attaquer à deux métaux nocifs pour la santé, le plomb et le cadmium (lire l’encadré). Deux nouveaux règlements, publiés les 30 et 31 août 2021, revoient à la baisse les teneurs maximales d’une série de produits : certains fruits et légumes, des céréales et oléagineux, des champignons, des viandes et produits de la mer pour le cadmium, et les viandes, poissons et abats, des aliments pour nourrisson et les vins pour le plomb. Certains seuils ont été divisés par 2, à l’instar du plomb dans le sel ou le vin, voire par 5 pour les abats de volaille.

Les textes instaurent également des teneurs maximales pour tout un éventail de nouveaux aliments : des produits chocolatés, des préparations pour bébés, des compléments alimentaires et du sel pour le cadmium ; des champignons sauvages, mais aussi les épices (compte tenu de l’ampleur des fraudes associées à cette catégorie de produits) et le sel pour le plomb.

L’ensemble de la population exposé

Renforcer la réglementation devenait incontournable, au vu des conclusions de la récente étude française Esteban. Cette dernière souligne que l’ensemble de la population est exposé à ces métaux, et que la situation s’est dégradée depuis 2006 pour le cadmium. En 2009 déjà, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) notait que « l’exposition moyenne [en cadmium] des adultes dans l’Union européenne approche ou dépasse légèrement la dose hebdomadaire tolérable et que l’exposition de sous-groupes tels que les végétariens, les enfants, les fumeurs et les personnes vivant dans des zones hautement contaminées peut atteindre environ le double de ladite dose ».

Des effets délétères sur la santé

  • Le cadmium est reconnu cancérogène probable, mutagène possible et toxique pour la reproduction par les agences publiques de santé. Il peut également entraîner des atteintes rénales et une fragilité osseuse.

Sources principales d’exposition : coquillages et crustacés ; céréales du petit déjeuner (pour les enfants) ; pains et produits de panification ; pommes de terre et dérivés ; tabac…

  • Le plomb est un neurotoxique, avec des effets néfastes sur le système nerveux central, en particulier celui des enfants (avec un risque de retard de développement mental). On note également des atteintes cardiovasculaires et rénales.

Sources principales d’exposition : coquillages, crustacés et mollusques ; pain ; produits animaux ; eau du robinet ; alcool ; tabac, ainsi que le logement et l’exposition professionnelle.

Elsa Casalegno

Contacter l’auteur(e)